Un Président Epatant ? | Test d’une méthode de vote alternative à l’élection présidentielle – Vague 3

Enquête Harris Interactive pour Epatant

Enquête réalisée en ligne du 18 au 21 mars 2022. Échantillon de 2344 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 1997 personnes inscrites sur les listes électorales. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, région et comportement électoral antérieur de l’interviewé(e).

La méthode alternative de vote suivante a été établie en collaboration entre Harris Interactive et Epatant. L’idée est de proposer une méthode de vote permettant à chaque citoyen d’exprimer avec son vote, non plus un seul choix, mais de faire 3 vœux, avec le principe dit « 1 + 1 – 1 = 1 ».

C’est-à-dire que les répondants à l’enquête se voyaient proposer de choisir non plus un seul candidat mais trois choix :

  • Un 1er choix pour le candidat de leur choix qu’il souhaitait le plus voir élu
  • Un 2nd choix pour le candidat de leur choix qu’il souhaitait le plus voir élu après le premier
  • Un 3ème et dernier choix négatif (ou « malus ») pour le candidat qu’ils souhaitent le plus ne pas voir élu

Ainsi, chaque candidat se voyait attribuer une voix lorsqu’un répondant lui attribuait son 1er ou son 2nd choix, et se voyait soustraire une voix en cas de choix négatif (« malus »).

Cette méthode présente l’avantage de conserver le principe « Un Homme = Une voix », les deux votes « pour » et le vote « contre » permettant de conserver cet équilibre.

Cette méthode et les résultats présentés sont proposés comme une alternative à la règle électorale actuelle, mais ne peuvent en aucun cas être assimilés à une intention de vote, et n’ont aucune valeur prédictive.

Les répondants à l’enquête se voyaient proposer le texte introductif suivant :

« Nous allons vous présenter une nouvelle manière de voter au premier tour de l’élection présidentielle. Il s’agit d’une méthode qui n’existe pas encore mais que nous souhaitons tester. »

Imaginez qu’au lieu d’avoir un seul bulletin de vote vous puissiez effectuer trois choix :

  • Un 1er choix pour le candidat que vous souhaitez le plus voir élu
  • Un 2nd choix pour le deuxième candidat que vous souhaitez le plus voir élu (après le premier)
  • Un 3ème choix (malus) pour le candidat que vous souhaitez le moins voir élu.

Puis la question :

« Quels sont les candidats parmi la liste suivante auxquels vous attribueriez vos deux choix et votre « malus » ? »

NB : Les répondants avaient également la possibilité de n’attribuer leurs choix à aucun candidat
  • Un répondant ayant donné sa première voix à un candidat ne pouvait pas donner sa seconde voix au même candidat ni, évidemment, un vote négatif à ce même candidat.
  • Un répondant ayant affirmé en première intention n’accorder sa voix à aucun candidat ne pouvait logiquement pas attribuer un second vote positif, néanmoins il pouvait attribuer un vote négatif (ou « malus ») au candidat de son choix.

 

Paris, le 28 mars 2022,

 

Télécharger le rapport

 

Voici la troisième, et dernière, édition du sondage Harris Interactive/Epatant. Rappelons-le ici, le journal Epatant et Harris Interactive ont invité un échantillon représentatif de Français inscrits sur les listes électorales à se prononcer en votant différemment du mode de scrutin actuel. Avec trois bulletins à sa disposition, l’interviewé peut voter pour… et contre.

La méthode alternative de vote suivante a été établie en collaboration entre Harris Interactive et le journal Epatant. L’idée de départ était de proposer une méthode de vote permettant à chaque citoyen d’exprimer avec son vote, non plus un seul choix, mais de faire 3 vœux, avec le principe dit du « 1 + 1 – 1 = 1 ».

C’est-à-dire que les répondants se voyaient proposer de choisir non plus un seul candidat mais de disposer de trois votes : un pour le candidat qu’ils souhaitaient le plus voir bénéficier de leurs suffrages, un pour le candidat auquel ils souhaiteraient en second le plus accorder leur vote, un troisième et dernier choix « malus » pour le candidat qu’ils souhaitent le moins voir bénéficier de votes.

Cette 3ème vague d’enquête est également la première dans laquelle nous avons testé la liste officielle des candidats à l’élection présidentielle. 6 mois après la première mesure réalisée avec cette méthodologie nouvelle que retenons-nous de cette étude ?

  1. Même en faisant évoluer l’offre (ajout de Jean Lassalle et retrait d’Arnaud Montebourg), les résultats ressemblent à ceux de la vague d’étude précédente…et aux évolutions que l’on observe par ailleurs dans les intentions de vote « classiques ». Emmanuel Macron passe en première position (25% contre 20% la fois précédente et 18% lors de la première enquête), Marine Le Pen en deuxième (22% après 19% et 18%). Jean-Luc Mélenchon progresse à nouveau (11% après 8% et 3% lors de la première enquête) ;
  2. Emmanuel Macron est de loin le candidat bénéficiant du 1er choix, avec 29% des personnes interrogées (+8) ;
  3. Dans cette nouvelle mesure post-début de la guerre en Ukraine, le Président bénéficie notamment d’un report plus prononcé de la part des électeurs (en 1er choix) d’Anne Hidalgo (32% lui attribuent leur 2nd choix, +12), Yannick Jadot (27%, +5) mais également Valérie Pécresse (48%, +11). Un échange moins automatique dans le sens inverse : 30% des électeurs d’Emmanuel Macron attribuent leur 2nd choix à Valérie Pécresse (-16) ;
  4. Avec cette méthode Valérie Pécresse est créditée de 17% des suffrages, contre 28% lors de la dernière enquête (réalisée peu de temps après sa victoire au congrès des Républicains). Si elle récolte le même pourcentage de « malus » que lors de la dernière vague (4%), la candidate LR subit un recul dans les proportions de 1er choix (9%, -6) et de 2nd choix (12%, -4) ;
  5. Éric Zemmour génère toujours le plus d’opposition. Près d’1/4 des personnes interrogées lui attribuent leur vote « malus » (23%, stable), contre 6% pour Marine Le Pen (après 10% lors de la 1ère vague et 7% lors de la 2nde) ;
  6. Comme observé lors de la dernière vague les électeurs d’Éric Zemmour penchent nettement vers Marine Le Pen en seconde intention (71%, soit 14 points de plus que lors de la dernière mesure), et envisagent bien plus que ceux de l’ex-dirigeante du Rassemblement National de voter pour le candidat Reconquête ! (34%) ;
  7. Néanmoins les Français ne se précipitent pas plus qu’il y a deux mois pour se saisir d’un bulletin malus : 23% d’entre eux ne profitent pas de l’occasion qui leur est offerte de disqualifier un candidat, une proportion qui est restée stable tout au long de cette mesure (22% lors des deux vagues précédentes) ;
  8. Comme observé précédemment, à droite comme à l’extrême-droite, le vote « malus » se focalise de nouveau contre Emmanuel Macron (et dans une moindre mesure Jean-Luc Mélenchon). A gauche et au centre Eric Zemmour est, de loin, le candidat recueillant le plus de malus (1/4 à 1/3 des électeurs de Fabien Roussel, Jean-Luc Mélenchon, Anne Hidalgo et Emmanuel Macron attribuent leur « malus » à l’ancien chroniqueur, et même 44% des électeurs de Yannick Jadot).

Télécharger le rapport

Share

  • epatant
  • présidentielle 2022