Baromètre Motards 2021

Enquête pour la Banque Populaire

Enquête réalisée par Harris Interactive en ligne du 13 au 27 mai 2021. 1Échantillon de 1 007 personnes représentatif des utilisateurs de deux-roues motorisés (moto ou scooter) au moins une fois par mois. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, région de l’interviewé(e) et fréquence d’utilisation d’un deux-roues motorisé.

 

Paris, le 1er septembre,

 

Télécharger le rapport complet

 

Natixis Assurances mène chaque année des actions sous l’égide de la Banque Populaire afin de sensibiliser sur les dangers de la route et proposer des conseils et services de prévention routière auprès de ses assurés. Cette année, Natixis Assurances et Banque Populaire ont souhaité accélérer leur engagement en matière de prévention routière deux-roues, avec la réalisation de la première édition du Baromètre des motards réalisé par Harris Interactive. A travers une enquête adressée auprès d’un échantillon représentatif d’utilisateurs réguliers1 de deux-roues motorisés (moto ou scooter) au sujet de la sécurité routière, l’objectif est de mieux comprendre la perception des conducteurs et leur attitude face aux risques d’accident, d’identifier leurs attentes face à la prévention routière et d’appréhender leur regard sur une proposition de partenariat d’une assurance avec l’application Liberty Rider.

 

Que retenir de cette étude ?

 

Le risque d’accident : une expérience directe pour la plupart des motards, mais une connaissance perfectible des gestes qui sauvent

Près des deux tiers des conducteurs déclarent avoir rencontré ou vécu une expérience d’accident (63%) : le plus souvent comme témoin (54%) mais 45% indiquent avoir déjà été impliqués eux-mêmes. Notons que les utilisateurs de cyclomoteurs (52%), davantage que ceux qui utilisent une moto (34%), ont tendance à se déclarer plus souvent impliqués dans un accident de la route.

Les deux tiers des conducteurs qui déclarent avoir été impliqués dans un accident de la route estiment que les services d’urgence ont été contactés (66%), le plus souvent par une personne impliquée dans l’accident (par eux-mêmes, 38% ou par une autre personne, 33%). Seulement 2% des conducteurs déclarent que les services d’urgence ont été contactés par une application smartphone détectant automatiquement les chutes.

 

Plus de 7 conducteurs sur 10 s’estiment bien informés sur comment réagir lorsqu’ils sont impliqués et/ou témoin d’un accident (respectivement 72% et 71%). Néanmoins ce degré d’information peut être renforcé : à peine plus d’un quart vont jusqu’à se définir comme « très bien informés » (respectivement 27% et 26%).

D’ailleurs, tous les conducteurs ne connaissent pas les deux premières priorités en cas d’accident de la route impliquant un motard. Seuls 69% citent parmi leurs 2 priorités qu’il faut prévenir les secours et 62% qu’il faut sécuriser les lieux pour empêcher d’autres accidents. Certains évoquent même des comportements dangereux : 14% estiment qu’il faut enlever le casque de l’accidenté et 13% qu’il faut lui donner à boire. Notons tout de même que les conducteurs identifient bien les services d’urgence à contacter en priorité en cas d’accident de la route impliquant un motard, même s’ils citent un peu plus les pompiers (50%) que le SAMU (36%), ces deux services sont mentionnés bien devant la police (9%).

 

Prévention routière : une attente forte à l’égard des assureurs

En matière de prévention routière, les conducteurs expriment une confiance forte dans les services d’urgence, notamment envers les sapeurs-pompiers (89%) et dans les forces de l’ordre, notamment les gendarmes (83%). Et bien qu’en fin de classement, les deux tiers des conducteurs déclarent faire confiance aux compagnies d’assurance (67%) pour agir dans le bon sens en matière de prévention routière.

D’ailleurs, les conducteurs jugent unanimement important (95%) qu’une assurance de deux-roues motorisé propose des outils de prévention à ses assurés. Cette dimension est même qualifiée de « tout à fait prioritaire » par 58% des conducteurs.

Les trois différents services de prévention envisagés de la part d’une assurance moto sont tous identifiés comme souhaitables par au moins 8 conducteurs sur 10 ; que ce soit pour l’accès à une application d’assistance à la conduite, prévenant directement les secours en cas d’accident (87%), pour les stages de sensibilisation aux risques de la route (84%) ou encore pour l’incitation à l’entretien de son véhicule dans des garages partenaires (82%).

 

Liberty Rider : une application plutôt bien identifiée et qui suscite un intérêt marqué de la part des conducteurs

56% des conducteurs déclarent avoir déjà entendu parler de l’application Liberty Rider, parmi lesquels : 4% affirment l’utiliser déjà en ce moment, 24% déclarent voir précisément ce dont il s’agit, 28% indiquent en avoir simplement entendu parler. Les profils jeunes, urbains et utilisant un cyclomoteur estiment mieux connaître cette application que la moyenne des conducteurs.

Les deux tiers des conducteurs se montrent intéressés par un accès aux fonctionnalités de l’application Liberty Rider via leur contrat d’assurance (68%). Et davantage encore parmi les profils âgés de 25 à 34 ans, issus des catégories aisées et ceux qui utilisent des deux-roues motorisés depuis moins de 5 ans.

Si un assureur proposait un accès complet à une application comme Liberty Rider dans le cadre d’un contrat d’assurance moto, cela serait associé à des traits d’image largement positifs par les conducteurs. Dans le détail, selon les conducteurs, une assurance qui proposerait un accès complet à ce type d’application serait une assurance qui prend soin de ses assurés (88%), qui est moderne (86%), qui s’adapte aux comportements de ses assurés (85%) et même qui est un véritable acteur dans la prévention (84%).

 

Télécharger le rapport complet

 

Share

  • Banque Populaire
  • Baromètre motards 2021
  • Liberty Rider
  • Natixis Assurance