Regard des Français sur les enjeux liés au vapotage – Baromètre Vague 2021

Enquête pour France Vapotage

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 3002 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus, du 20 au 26 avril 2021. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socio-professionnelle et région d’habitation.

 

Paris, le 28 mai,

 

Avec la crise sanitaire, certains Français témoignent de leurs difficultés quotidiennes. Isolement, repli sur soi, anxiété, autant d’éléments qui peuvent favoriser les conduites addictives et à risques. Dans ce contexte et celui de la journée mondiale sans tabac 2021, la Fédération France Vapotage a souhaité faire le point sur la situation. Harris Interactive a ainsi interrogé les Français, qu’ils soient eux-mêmes fumeurs ou non, vapoteurs ou non, sur leur perception de la cigarette électronique et les représentations qui lui sont associées.

 

Télécharger le rapport

 

Quels enseignements retenir de cette nouvelle vague d’enquête ?

  • Les Français estiment la cigarette électronique nettement moins nocive (32% la considèrent très dangereuse pour la santé, un nocivité perçue proche de celle du sucre, 23%) que le tabac, considéré à 60% comme très dangereux.

 

  • Estimée moins dangereuse, elle est surtout perçue comme un moyen efficace de la lutte contre le tabagisme : 67% des Français considèrent que l’e-cigarette est une solution efficace pour réduire sa consommation de tabac (+10 points par rapport à septembre 2019) ; et 48% la perçoivent même comme un moyen efficace d’arrêter complètement la consommation de tabac. Une perception qui est très largement soutenue par les publics les plus concernés : ceux qui indiquent vapoter dans le cadre d’un arrêt ou d’une diminution du tabac sont plus de 8 sur 10 à confirmer l’efficacité de la méthode.

 

  • Perçue comme un allié dans la lutte contre le tabagisme, les Français encouragent les pouvoirs publics à s’intéresser davantage à la question de l’e-cigarette, en assurant une meilleure diffusion de l’information scientifique disponible sur le sujet (76%), et en distinguant une législation propre au vapotage (permettant un meilleur contrôle, des régulations propres, etc.), alors qu’il est aujourd’hui soumis aux mêmes normes que le tabac (64%).

 

  • Le rôle des pouvoirs publics est d’autant plus perçu comme important par les vapoteurs qu’ils sont nombreux à déclarer un risque de reprendre ou d’augmenter leur consommation de tabac si le vapotage devenait plus contraignant, que ce soit par une augmentation significative des tarifs (64% estiment qu’ils pourraient reprendre ou augmenter leur consommation de tabac si cela se produisait), par un accès plus restreint aux produits (61%) ou encore si seul l’arôme tabac était désormais autorisé (58%).

 

  • Le vapotage apparait ainsi comme un allié dans la lutte contre le tabagisme, mais un allié fragile qui peut être remis en cause en cas de décisions contraignantes à son égard, et au sujet duquel les Français, et surtout les fumeurs, ne sont pas encore bien informés.

 

Télécharger le rapport

 

Share

  • français
  • France Vapotage
  • vapotage