Regard des Français sur la transition énergétique, ses enjeux et ses conséquences potentielles, à la veille de la COP21

Enquête Harris Interactive pour LCP-AN

Enquête réalisée en ligne entre du 27 au 29 octobre 2015. Échantillon de 1 014 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région d’habitation de l’interviewé(e).

À environ un mois du début de la 21ème Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, plus connue sous l’acronyme « COP21 », LCP-AN a demandé à Harris Interactive d’interroger les représentations des Français sur les enjeux associés à la transition énergétique.
Il s’agissait notamment de comprendre le regard porté par les Français sur cette transition, sur ses conséquences anticipées, ses conditions de réussite, ou encore le sentiment exprimé par les personnes interrogées de réaliser des efforts afin de la favoriser.

 

Que retenir de cette enquête ?

  • Aux yeux des Français, la transition énergétique constitue principalement un enjeu environnemental (50%), bien plus qu’un enjeu politique ou géopolitique (24%), économique (13%) ou social (13%).
  • Les Français ne s’attendent pas unanimement à ce que la transition énergétique crée des emplois : 41% des personnes interrogées anticipent certes des créations d’emplois à venir, mais 6% prévoient plutôt des destructions d’emploi, tandis que 53% pronostiquent un bilan équilibré, avec autant d’emplois détruits que créés.
  • Principale condition de réussite à la transition énergétique identifiée par les Français : le développement des énergies renouvelables (44%), davantage cité que l’amélioration de l’efficacité énergétique (28%), la diminution de la consommation d’énergie (21%) ou encore le développement de nouvelles sources d’énergie comme le gaz de schiste (7%).
  • Interrogés sur les conséquences de la transition énergétique, une majorité de Français estime que le prix de l’énergie va augmenter, non seulement à court terme (64% anticipent une énergie plus chère), mais également à moyen terme (47%, soit une majorité relative), voire à long terme (41%, soit encore une majorité relative).
  • Enfin, six Français sur dix (60%) ont aujourd’hui le sentiment de faire des efforts importants pour favoriser la transition énergétique.

Fr-transition-energ-LCP-AN-02112015

En savoir plus:

La note

Le rapport

 

 

 

Share

  • COP21
  • énergies renouvelables
  • français
  • la transition énergétique
  • LCP-AN
  • Nations unies