Questions d’actualité dans le cadre de la niche parlementaire 2023

Enquête Toluna Harris Interactive pour La France Insoumise

Enquête réalisée en ligne du 8 au 10 novembre 2023. Échantillon de 1094 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, région.

 

Paris, le 29 novembre,

 

A la demande du groupe parlementaire de la France Insoumise, Harris Interactive a interrogé les Français sur plusieurs mesures qui seront présentées par le groupe LFI à l’Assemblée nationale dans le cadre de sa niche parlementaire 2023.

 

Télécharger le rapport complet

 

Que retenir de cette enquête ?

 

Dans l’ensemble, la majorité des mesures testées recueillent l’approbation d’une majorité de Français, à la fois chez les sympathisants des différentes formations politiques de gauche mais également auprès des proches des autres partis de l’échiquier politique. Dans le détail :

  • La quasi-totalité des Français se montrent favorables à la mise en place d’une loi visant à indexer les salaires sur l’inflation (92%), à des niveaux très proches selon la proximité politique. De même, plus de 9 Français sur 10 se déclarent favorables à une loi organisant la réouverture d’accueils physiques dans les services publics pour limiter la dématérialisation des procédures pour les citoyens (91%), cette mesure traversant également les clivages partisans. Enfin, la garantie par la Constitution du droit à l’avortement recueille également l’approbation d’une large majorité de la population (90%), allant des sympathisants de la France Insoumise à ceux du Rassemblement National.

 

  • 88% des Français se disent favorables à la création d’une commission d’enquête parlementaire chargée d’étudier et d’évaluer la gestion par l’Etat des risques naturels majeurs dans les collectivités d’Outre-mer. Ce niveau d’approbation est similaire au sein de l’ensemble des sympathisants des différentes formations politiques.

 

  • Afin de limiter l’inflation des produits de première nécessité, les Français se montrent largement favorables à plusieurs mesures : l’encadrement des marges réalisées par la grande distribution (90%), par les activités de raffinage de pétrole (88%) ou les industries agroalimentaires (87%), mais aussi l’instauration d’un prix plancher pour l’achat des matières premières agricoles aux producteurs (88%). Ces mesures sont une nouvelle fois accueillies positivement quelle que soit la sympathie partisane.

 

  • Face aux difficultés de se loger de certains jeunes, plusieurs propositions rencontrent l’adhésion d’une large partie de la population et en premier lieu l’encadrement des loyers à la baisse (86%) pour empêcher les propriétaires de louer les logements à des prix supérieurs à ceux définis par la commune. Par ailleurs, 8 Français sur 10 se déclarent favorables à l’augmentation des dispositifs d’aide personnalisée au logement (APL), de l’allocation de logement sociale (ALS) et de l’allocation de logement familiale (ALF) à destination des moins de 25 ans à hauteur de 150€ par mois.

 

 

D’autres mesures reçoivent également le soutien d’une majorité de Français, mais de manière un peu moins prononcée :

  • Toujours dans le cadre de la crise du logement, 7 Français sur 10 se montrent favorables à l’augmentation de la proportion minimale de logements sociaux dans les communes de 30 à 35%.

 

  • La proposition d’un moratoire sur les projets de « méga-bassines », ayant pour conséquence l’interdiction de leur construction pendant 10 ans pour laisser le temps aux scientifiques de déterminer leur éventuel impact sur l’environnement, recueille l’approbation de 7 Français sur 10, et plus encore chez les proches d’EELV (84%) et de la France Insoumise (77%).

 

  • La suppression de la disposition autorisant les policiers à utiliser leur arme lorsqu’ils ne peuvent immobiliser autrement qu’avec cette dernière un véhicule dont les conducteurs n’obtempèrent pas pour un retour à l’invocation de la légitime défense de droit commun est accueillie favorablement par près de 2/3 des Français (65%), une proportion qui varie peu selon la sympathie partisane.

 

  • 6 Français sur 10 se déclarent favorables à la garantie pour les familles monoparentales de l’allocation de soutien familial (ASF) même lorsque la situation de l’allocataire évolue. Sur cette question, on peut noter des nuances selon la proximité politique, les sympathisants LFI (80%) et EELV (76%) soutenant largement cette proposition, alors les proches des Républicains (53%) et du Rassemblement national (58%) sont plus partagés.

 

  • Les Français se montrent plus partagés concernant l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et la Nouvelle-Zélande, adopté par les eurodéputés de la commission du commerce international. Si 40% d’entre eux se montrent favorables à cet accord, une proportion similaire s’y déclare opposée (38%), les 22% restants ne le connaissant pas assez pour se prononcer.

 

Enfin, les Français ont été interrogés à propos de la question de la réforme des retraites, au cœur des débats au cours de cette année 2023 :

  • Près de 3/4 d’entre eux se déclarent favorables à l’abrogation du report de l’âge légal de la retraite à 64 ans pour revenir à 62 ans (74%), une proposition largement soutenue par les sympathisants des formations politiques de gauche (LFI : 88%, PS : 86%, EELV : 80%) et par ceux du Rassemblement national (84%). Si elle est moins populaire auprès des proches de la majorité présidentielle et des Républicains, une courte majorité s’y montre tout de même favorable (respectivement 55% et 51%).

 

  • Près de 2/3 des Français accueillent même favorablement un retour à l’âge légal de départ à la retraite à 60 ans (65%), une opinion là aussi plus prononcée chez les sympathisants de LFI (89%), du PS (74%), d’EELV (75%) et du RN (81%) et recueillant cette fois l’approbation d’une minorité de proches de la majorité présidentielle (40%) et des Républicains (35%)

 

  • Par ailleurs, une large majorité de Français auraient souhaité que la réforme des retraites soit soumise au vote des parlementaires (74%) et qu’elle ne soit pas adoptée par la procédure de l’article 49.3. Cet avis est partagé par plus de 8 sympathisants LFI (84%), PS (88%), EELV (83%) et RN (81%) sur 10 et est même majoritaire auprès des proches des Républicains (64%) et de la majorité présidentielle (58%).

 

 

Share

  • Assemblée Nationale
  • la France insoumise
  • lfi
  • niche parlementaire