Qu’est-ce que la gauche aujourd’hui ?

Etude Harris Interactive pour L’Humanité Dimanche

Paris, le 12 septembre 2014 – Deux semaines après notamment le remaniement ministériel et à la demande de L’Humanité Dimanche, Harris Interactive a interrogé les Français sur leur définition de la gauche et leur regard sur le positionnement du gouvernement : ont-ils le sentiment que la politique menée par le gouvernement de Manuel Valls est de gauche ? Quelle orientation politique attendent-ils de cette politique gouvernementale ? Plus généralement, quelles sont les priorités affectées par les Français à la gauche ? Quels points de vue expriment ceux qui se définissent précisément comme étant à gauche de l’échiquier politique ?

Que retenir de cette enquête ?

  • Pour définir spontanément ce que signifie « être de gauche », les Français mobilisent principalement le terme « social » ; le plus souvent pour désigner un champ d’action de façon générale, comme par exemple à travers l’expression « faire du social ». Dans leur définition de la gauche, les personnes interrogées citent également un certain nombre de valeurs : « solidarité », « partage », « égalité », « justice ». Les personnes qui se déclarent elles-mêmes proches de la gauche proposent des définitions mettant davantage en avant des valeurs : « justice sociale », « solidarité », « partage des richesses ».
  • Aujourd’hui, seuls 19% des Français ont le sentiment que la politique du gouvernement dirigé par Manuel Valls est de gauche : les Français sont plus nombreux à estimer que cette politique gouvernementale est de droite (24%), du centre (25%) ou ni de gauche, ni de droite (30%). L’ancrage à gauche de la politique du gouvernement est donc très largement contesté par les Français, et tout particulièrement par les personnes qui se déclarent elles-mêmes de gauche : celles-ci sont une majorité relative à considérer que la politique gouvernementale est de droite (37%), quand 31% la jugent du centre et seulement 18% la qualifient « de gauche ». Notons que les électeurs de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle de 2012 sont particulièrement enclins à juger que la politique gouvernementale est de droite (48%). Ainsi, les principales personnes jugeant que la politique menée actuellement par le gouvernement est de gauche sont… les personnes qui se situent elles-mêmes à droite.
  • Or, un Français sur trois (32%) émet le souhait que la politique menée par le gouvernement de Manuel Valls soit de gauche, soit une majorité relative par opposition aux personnes souhaitant que la politique gouvernementale soit de droite (23%), du centre (23%), ou en dehors de tout axe politique gauche-droite (20%). Logiquement, les personnes qui se déclarent proches de la gauche expriment très majoritairement leur souhait de voir l’action du gouvernement axée à gauche (75%).
  • Dans leur ensemble, les Français estiment que la gauche devrait poursuivre de nombreux objectifs – certains d’entre eux ne faisant pas partie des priorités traditionnellement associées à la gauche. Ainsi, plus de neuf Français sur dix (94%) estiment que la gauche devrait s’atteler à diminuer la dette publique de la France, dont 65% estiment même cela prioritaire – en faisant, de loin, la première priorité attribuée à la gauche par les Français. Au-delà de « la gauche » de façon générale, cette priorité absolue s’adresse sans doute davantage au Parti socialiste, actuellement au pouvoir et idéalement placé pour agir en matière de finances publiques. Néanmoins, les priorités désignées par l’ensemble des Français ne sont pas toujours celles attendues par les personnes qui se déclarent elles-mêmes de gauche : la réduction de la dette publique est ainsi un cas emblématique d’objectif jugé très largement prioritaire par les Français (65%), mais sensiblement moins par les sympathisants de gauche (51%). De façon plus prononcée encore, le fait d’alléger les cotisations sociales pour les entreprises est jugé prioritaire par près d’un Français sur deux (45%), mais par seulement 24% des personnes de gauche.

  • Néanmoins, certains objectifs sont jugés prioritaires par plus d’un Français sur quatre et davantage encore parmi les sympathisants de gauche : la lutte contre les inégalités hommes/femmes (47% parmi les Français, 64% à gauche), le renforcement du contrôle sur les grandes entreprises au service du public (47% parmi les Français, 56% à gauche), la défense des salariés face aux patrons (43% parmi les Français, 61% à gauche), l’encadrement des loyers (43% parmi les Français, 53% à gauche), l’augmentation du SMIC (42% parmi les Français, 55% à gauche), ou encore la hausse des impôts des personnes les plus riches (41% parmi les Français, 61%).
  • D’autres objectifs apparaissent plus spécifiquement comme des priorités attendues par une majorité des personnes de gauche, mais qui ne sont jugées prioritaires que par moins de quatre Français sur dix. Parmi ces priorités spécifiques aux sympathisants de gauche, on retrouve notamment la création de nouveaux pouvoirs pour les salariés dans les entreprises (39% des Français en font une priorité, 52% à gauche), la lutte contre les discriminations sur la couleur de peau, la nationalité ou l’origine (37% parmi les Français, 58% à gauche) ou encore la défense des « 35 heures » (34% parmi les Français, 55% à Gauche).
  • Enfin, certains objectifs sont à la fois jugés peu prioritaires par les Français, mais aussi par les sympathisants de gauche, dont seule une minorité leur affecte un caractère prioritaire. Ainsi, la lutte contre le réchauffement climatique est quasi unanimement attendue de la part de la gauche, tant par les Français (86%) que par les personnes de gauche (92%), mais elle est jugée relativement peu prioritaire, aussi bien parmi l’ensemble des Français (39%) que parmi les sympathisants de gauche (47%). D’autres objectifs sont également perçus comme prioritaires par une minorité de Français et de personnes de gauche : la lutte contre les discriminations liées à la religion (29% des Français, 40% à gauche), l’augmentation du nombre de fonctionnaires (22% des Français, 36% à gauche), la régularisation des étrangers payant des impôts en France (22% des Français, 42% à gauche), l’augmentation des prestations sociales (20% des Français, 33% à gauche) ou encore l’élargissement à tous les étrangers du droit de vote aux élections locales, alors qu’il est aujourd’hui ouvert exclusivement aux étrangers issus de l’Union européenne (14% des Français, 32% à gauche). Rappelons que ces derniers objectifs ne sont pas pour autant refusés par les personnes de gauche : ces dernières sont toujours une majorité absolue à souhaiter que la gauche s’empare de ces différents sujets, mais ils apparaissent cependant comme moins prioritaires aux yeux du « peuple de gauche ».

En savoir plus :

Share