Qu’attendent les Français de l’allocution de François Hollande lors du 14 juillet ?

Spontanément, qu’évoque cette allocution pour les Français ? Quelles sont les thématiques qu’ils aimeraient voir abordées en priorité par le Président ? A l’occasion de cette dernière prise de parole de François Hollande pour la fête nationale durant son quinquennat, quel bilan de François Hollande projettent-ils à la fin de son mandat ?

Enquête réalisée en ligne du 8 au 11 juillet 2016. Échantillon de 3450 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

Chaque année, le Président de la République prend la parole lors de la commémoration du 14 juillet, fête emblématique de la République Française qui revêt une dimension festive et symbolique. Cette année, il s’agira en outre de la dernière fois que François Hollande prendra la parole à cette occasion dans le cadre de son quinquennat. Dans notre baromètre de l’exécutif et des principales personnalités politiques, François Hollande stagne depuis plusieurs mois à un niveau de confiance relativement faible [2] et peine à rétablir la confiance des Français, y compris dans son électorat d’origine. A moins d’un an de la prochaine élection présidentielle, cette prise de parole de François Hollande revêt donc un caractère particulier : dans ce contexte, est-ce une allocation attendue de la part les Français ? Désirent-ils qu’il aborde certains sujets en particulier et défende le bilan de son élection ? Quel bilan projettent-ils d’ailleurs à la fin du mandat de François Hollande ?

[2] Baromètre de Juin 2016 : François Hollande (20%) et Manuel Valls (22%)

LCP a demandé à Harris Interactive d’interroger les Français afin de cerner leurs attentes vis-à-vis de cette allocution et mesurer le climat avant cette dernière prise de parole du 14 juillet dans le cadre du quinquennat.

Que retenir de cette enquête ?

  • A quelques jours du 14 juillet, les Français sont d’ores et déjà critiques sur la future prise de parole de François Hollande.
  • Le contexte social et politique dicte les sujets qui doivent selon les Français être prioritairement abordés par le chef de l’État à cette occasion : sécurité et terrorisme, chômage et loi Travail.
  • Les Français dressent un bilan négatif de l’action de François Hollande au global et sur différents domaines d’action.

allocution du 14 juillet (LCP)-Harris-Interactive-Hollande (5)

  • La dernière allocution présidentielle de François Hollande pour le 14 Juillet dans le cadre de son quinquennat suscite d’ores et déjà des commentaires négatifs
    Spontanément, le futur discours de François Hollande pour le 14 juillet ne semble pas engendrer d’attentes importantes. Lorsqu’ils pensent à cette future allocution, les Français ne pensent à « rien » en particulier ou déclarent s’attendre à un discours « inutile », fondé sur des « blablas », des « mensonges » ou « des promesses. »Dans la lignée des précédentes prises de parole de François Hollande, les Français anticipent également des éléments de langage autour de la thématique du « ça va mieux ». Alors que nous le verrons, une large majorité d’entre eux estime que la situation de la France se sera dégradée en mai 2017 par rapport à mai 2012.
  • De façon spontanée ou assistée, les Français attendent prioritairement que le Président de la République évoque les thématiques du chômage et de la sécurité
    Appelés à se prononcer spontanément sur ce que devraient être prioritairement les thématiques abordées lors de l’allocution de François Hollande du 14 juillet, les Français mentionnent en premier lieu le « chômage », « l’emploi » et le « travail » mais aussi « la sécurité » et le « terrorisme ».La dimension économique (« pouvoir d’achat », « impôts ») apparait également importante. La situation de l’Europe, notamment suite au résultat du récent Brexit au Royaume-Uni, se présente également pour les Français comme un sujet à aborder prioritairement. 23% estiment d’ailleurs que le Président devrait prioritairement prendre la parole sur les résultats de ce référendum et ses conséquences, 32% estimant qu’il devrait en parler de manière secondaire et 38% pensant que ce sujet ne devrait pas être abordé.
    Certains Français, déçus de son mandat et de ses actions, espèrent quant à eux que le Président annonce à l’occasion de cette allocution sa démission ou celle de son Gouvernement. De façon très contextuelle, quelques Français attendent également que le chef de l’État prenne la parole sur l’Euro de football.

allocution du 14 juillet (LCP)-Harris-Interactive-Hollande (9)

Ce sont les thématiques sécuritaires et économiques qui ont également été identifiées de façon « assistée » comme étant les plus prioritaires pour le discours de François Hollande.

La sécurité est une thématique qui devrait être prioritaire au cours de son allocution selon 58% des Français, au même niveau que le chômage. Près d’un Français sur deux jugent prioritaire l’évocation des thématiques de « la croissance économique » (47%) ou de « la loi Travail » (47%).

La « fiscalité, les impôts » sont également jugés importants pour le discours du chef de l’État, 44% jugent cette thématique prioritaire tandis que seuls 24% estiment que ce sujet ne devrait pas être abordé. Sur un grand nombre de sujets (place de la France en Europe, immigration, budget, éducation, libertés individuelles, jeunesse etc.) moins d’un tiers des Français estiment qu’ils ne devraient pas être abordés par le chef de l’État tandis que plus d’un tiers y voit des sujets prioritaires.

Sans juger cela prioritaire, la majorité des Français attend que François Hollande prenne la parole sur la cohérence de sa politique et son bilan.  

 

Les Français présentent des attentes moins importantes concernant l’éventualité de sa candidature en 2017,  l’évocation de l’organisation de la primaire socialiste (65% estiment que ces sujets ne devraient pas être abordés) ou encore ses relations avec Manuel Valls (70%) ou Emmanuel Macron (73%).

Ces dernières dimensions sont sûrement pour les Français relayées à une sphère plus privée ou politique, n’ayant pas leur place dans une allocution pour le 14 juillet. Les Français se montrent plus intéressés dans le cadre de cette prise de parole présidentielle par les aspects de fond, par les conséquences de l’action politique que par des aspects relationnels ou de stratégie politique. Les Français se montrent plus intéressés dans le cadre de cette prise de parole présidentielle par les aspects de fond, par les conséquences de l’action gouvernementale, que par des aspects relationnels ou de stratégie politique.

 

Dans le détail, des différences émergent en fonction de la sympathie partisane des répondants. Les sympathisants de Gauche attendent davantage une évocation des thématiques du « chômage », de « l’éducation », des « libertés individuelles »,  de l’« écologie » ou du « Brexit ».

Ils sont également davantage en attente d’explications concernant la « cohérence de la politique » du chef de L’État et son bilan. Les sympathisants de Droite attendent quant à eux plus que la moyenne une prise de parole sur des sujets comme la « sécurité », « l’immigration » ou « le budget ». Sans surprise, ces éléments reflètent les différences de priorités souvent mis en avant par les partis politiques de gauche ou de droite pour se différencier.

allocution du 14 juillet (LCP)-Harris-Interactive-Hollande (14)

  • Les Français projettent un bilan assez mauvais de François Hollande, considérant que la situation de la France en 2017 sera moins bonne qu’au début du mandatPlus de deux tiers des Français (68%) considèrent que la situation en France sera moins bonne à la fin du mandat de François Hollande qu’au début. La moitié des Français estime même que la situation se sera « beaucoup dégradée ». Si les sympathisants du PS se montrent un peu plus optimistes, moins de la moitié d’entre eux (46%) estiment que la situation se sera améliorée en 2017 par rapport à 2012.Dans le détail, ce constat négatif est partagé pour l’ensemble des domaines d’action testés, y compris sur des thématiques traditionnellement plus marquées à gauche comme « l’écologie » (23% pensent que ce domaine se sera amélioré), « l’éducation » (16%) ou la « jeunesse » (15%). Excepté pour l’écologie, entre 5 et 7 Français sur 10 estiment que sur un grand nombre de sujets, la situation en 2017 sera plus mauvaise qu’en 2012.Si les Français pouvaient également se positionner sur un avis neutre en répondant que la situation serait inchangée, ils se sont majoritairement positionnés négativement à l’égard de la situation qui sera laissée par le chef de l’Etat en 2017. Ce constat laisse présager de la difficulté pour le chef de l’Etat de convaincre à nouveau les Français – y compris ses électeurs de 2012 et les sympathisants PS qui se montrent plus positifs que le reste des Français mais de façon minoritaire.Les Français affichent d’ores et déjà leur scepticisme vis-à-vis de la prise de parole de François Hollande pour le 14 juillet. Estimant que la situation de la France sera moins bonne à l’issue du quinquennat de François Hollande qu’à son entame, les Français associent ce discours à un « blabla » inutile, jonché de « promesses » et de « mensonges ».Néanmoins, les Français attendent que François Hollande s’exprime prioritairement sur certains sujets comme la sécurité ou le chômage. Ces attentes sont particulièrement liées au contexte actuel : climat de crainte après les attentats de Paris et manifestations contre la loi Travail. Sur ces deux sujets, les Français anticipent très majoritairement une plus mauvaise situation de la France en 2017 qu’en 2012. Difficile dans ce cadre de redonner « espoir » aux Français qui sont très sévères à l’égard du bilan présidentiel.

En savoir plus

La note détaillée

Le rapport

 

Share

  • (place de la France en Europe
  • 14 juillet
  • Brexit
  • budget
  • chômage
  • éducation
  • Emmanuel Macron
  • Euro de football
  • françois hollande
  • immigration
  • jeunesse
  • LCP
  • LCP-AN
  • LCP-Assemblée Nationale
  • libertés individuelles
  • loi Travail
  • Manuel Valls
  • président
  • président de la république
  • sécurité
  • terrorisme