/home/customer/www/harris-interactive.co.uk/public_html/wp-content/themes/boot/page.php

Près d’un tiers des Français déclarent avoir déjà donné leur sang plusieurs fois

Près d’un tiers des Français déclarent avoir déjà donné leur sang plusieurs fois.

La Journée Mondiale du don du sang, qui aura lieu le 14 juin, a pour but de sensibiliser les populations à l’importance de donner son sang, mais également de rendre hommage aux donneurs.

Harris Interactive a souhaité participer à cet événement en interrogeant les Français sur leurs perceptions et attitudes par rapport au don du sang : la fréquence à laquelle ils donnent leur sang, les raisons pour lesquelles ils n’ont pas l’intention ou pas la possibilité de donner leur sang, les éléments qui seraient à leurs yeux susceptibles d’augmenter le nombre de donneurs.

Nous avons également souhaité mesurer la connaissance des Français vis-à-vis des nouvelles conditions d’éligibilité au don du sang, qui ont été élargies il y a un an.

Les principaux enseignements de cette étude sont les suivants :

 

Les Français font don de leur sang à une fréquence faible.

  • 57% des Français disent avoir fait don de leur sang au moins une fois au cours de leur vie.
    • Ce sont les femmes qui donnent le plus (61% contre 53% pour les hommes).
    • Parmi l’ensemble des donneurs français, près de 81% affirment avoir donné leur sang plusieurs fois.
    • On observe, dans le détail, que les catégories sociaux-professionnelles supérieures (CSP+) s’impliquent significativement plus dans le don du sang que les « CSP – » (respectivement 52% contre 43%)
    • Les seniors sont ceux qui donnent le plus leur sang : 57% des femmes de plus de 50 ans et 53% des hommes de cette même tranche d’âge affirment avoir donné plusieurs fois leur sang.

 

  • En revanche, la fréquence des dons de sang s’avère faible : 69% des Français ayant donné plusieurs fois leur sang affirment qu’ils le font moins d’une fois par an, voire rarement.
    • La régularité du don du sang apparaît mieux ancrée dans les habitudes des « CSP -» ayant donné plusieurs fois leur sang : ils sont 41% à faire don de leur sang plusieurs fois par an.

 

  • Plus inquiétant encore, les Français n’ayant donné qu’une seule fois leur sang jusqu’à présent disent majoritairement qu’ils n’ont pas l’intention de redonner leur sang.
    • 73% des personnes de plus de 50 ans n’ayant donné leur sang qu’une fois n’ont aucune intention de le faire de nouveau.
    • Les autres classes d’âge sont moins catégoriques et n’excluent pas de donner de nouveau leur sang : c’est particulièrement vrai pour les « 15-24 ans » qui à 76% affirment avoir peut-être l’intention de faire à nouveau don de leur sang.

 

Bon nombre de Français affirment ne pas ou plus donner leur sang pour des raisons d’éligibilité.

  • Un peu plus d’un tiers des Français (36%) qui n’ont jamais donné leur sang se justifient par l’impossibilité qu’ils ont de le faire, notamment pour des raisons de santé.
    • 45% des personnes de plus de 50 ans affirment qu’elles n’ont jamais donné leur sang parce qu’elles ne le peuvent pas. C’est la première raison invoquée dans cette tranche d’âge, la deuxième étant l’absence d’occasion de le faire (39,5%).
    • Le reste de la population invoque principalement quatre raisons : un tiers d’entre eux disent ne jamais avoir eux l’occasion de donner leur sang, 31% disent ne pas pouvoir donner leur sang, 23% disent ne pas supporter les piqûres, enfin 16% invoquent un manque de temps pour aller dans un organisme.
    • La majeure partie de la population (61%) invoque des raisons de santé pour expliquer l’impossibilité de faire don de leur sang. Contrairement aux autres catégories d’âge, les répondants les plus jeunes (15 – 24 ans) citent le poids (< à 50 kg) comme première raison (39%), la santé n’arrivant qu’en deuxième avec 38,5%.

 

  • Les raisons pour lesquelles les Français n’ont pas l’intention de donner à nouveau leur sang permettent de relativiser leur refus.
    • 81% des Français n’ayant donné qu’une fois leur sang jusqu’à présent refusent de donner à nouveau leur sang, simplement parce qu’ils estiment ne plus répondre aux critères d’éligibilité.
    • Parmi les causes d’inéligibilité avancées, la première concerne des questions de santé (58%). Dans le détail, 54% des seniors invoquent cette raison pour justifier l’impossibilité de donner à nouveau leur sang et jusqu’à 71% pour les « 35 – 49 ans ».
    • Sans surprise, la deuxième raison la plus citée par les personnes de plus de 50 ans est le dépassement de la limite d’âge au don du sang (45%), sans toujours préciser l’âge en question. A noter cependant que 18% des seniors considèrent ne plus pouvoir donner leur sang au-delà de 60 ou 65ans. Pour rappel, la limite d’âge a été repoussée à 70 ans révolus depuis avril 2009.

 

Tandis que les Français se disent globalement plutôt bien informés sur le don du sang, peu d’entre eux connaissent les nouvelles conditions d’éligibilité au don du sang.

  • Le recul de la limite d’âge à 70 ans révolus n’est connu que de la moitié des Français. Pire, il ne l’est que de 47% de la population senior, quand 58% des 15-24 ans disent connaître cette condition.
    • Globalement, cette catégorie des « 15-24ans » est la mieux informée de la population française sur les conditions d’éligibilité au don du sang. Seul un tiers d’entre eux dit ne connaître aucune des nouvelles conditions d’éligibilité, contre en moyenne 44% pour le reste de la population.

 

L’augmentation du nombre de donneurs, une question d’aménagement du temps de travail pour les Français.

  • Pour 2/3 des Français, autoriser le don du sang pendant les heures de travail pourrait augmenter le nombre des donneurs.
    • 29% des Français estiment qu’un dédommagement pourrait augmenter le nombre des donneurs. Les « 15 – 24ans » sont 47% à le penser.
    • Enfin, 25% des Français jugent qu’un élargissement des conditions d’éligibilité aux homosexuels pourrait être à même d’augmenter le nombre de donneurs.

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Ce sondage a été réalisé en ligne par Harris Interactive du 5 au 12 mai 2010, auprès d’un échantillon de 1 000 personnes représentatives de la population française, âgées de 15 ans et plus. Les répondants ont été sélectionnés au sein de l’access panel d’Harris Interactive et gérés par quotas et redressements sur les critères de sexe, d’âge, de région, et de catégorie socioprofessionnelle.

Share