Poursuite de l’amélioration de la cote de confiance dans l’exécutif Baromètre Harris Interactive pour Le Parisien-Aujourd’hui en France

Poursuite de l’amélioration de la cote de confiance dans l’exécutif

Baromètre Harris Interactive pour Le Parisien-Aujourd’hui en France

 

Paris, le 6 juin 2011 — Dans un contexte de moindre prise de parole présidentielle, le couple exécutif poursuit sa – légère – remontée dans l’opinion. Le Président de la République recueille la confiance de 22% des Français (+1 point) et le Premier Ministre, avec 10 points de plus dans l’opinion (32%), connaît la même évolution (+1 point).

 

Alors même que l’actualité récente a été émaillée d’événements suscitant la stupeur (« affaire DSK ») ou la critique de l’opinion (suppression des panneaux annonçant les radars fixes), les Français ont probablement retenu, dans la structuration de leurs jugements, les événements à caractère international : modification de la nature de l’intervention militaire en Libye et surtout G8/G20 de Deauville. On se rappellera que la confiance à l’égard de Nicolas Sarkozy et, incidemment, celle de François Fillon, avaient progressé lors de grandes séquences internationales (Géorgie, Présidence française de l’Union Européenne, G20 de Londres au cours duquel le débat s’était porté sur les paradis fiscaux…).
On relèvera, lorsqu’il s’agit des raisons de la confiance exprimées spontanément par les Français à l’égard de Nicolas Sarkozy, une forte mobilisation du terme « France », et ce de manière plus prononcée qu’en mai dernier, ainsi que dans une moindre mesure du terme « monde ».

 

baroexe1

 

La progression de la confiance est essentiellement le fait des sympathisants de Droite (+1 point), des personnes âgées de 35 à 49 ans (+4) et des retraités (+6), ainsi que des catégories supérieures (+3).

La légère croissance rencontrée par le couple exécutif au cours de ces derniers mois ne doit pas, cependant, masquer le pourcentage de Français n’exprimant pas leur confiance. Si la réforme et sa conduite constituent aujourd’hui l’un des facteurs centraux d’adhésion, les conséquences perçues – et l’impression d’une politique participant à l’accroissement des inégalités – participent aux critiques. Il s’agira probablement de l’un des enjeux de ces prochains mois.

 

En savoir plus :

Share