Pour une transition plus juste

Enquête Harris Interactive pour le collectif Plus jamais ça

Enquête réalisée en ligne du 16 au 18 février 2022 auprès d’un échantillon de 1 046 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. La méthode des quotas et redressement a été appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

Paris, le 11 mars,

 

Afin de mieux comprendre les représentations du grand public, le collectif « Plus jamais ça » a souhaité interroger les Français sur leur perception de la transition écologique et sociale en France.

 

Télécharger le rapport

 

Quels sont les enseignements principaux de cette enquête ?

 

Le constat d’une mauvaise prise en compte de l’environnement…

  • Spontanément, les Français associent d’abord la transition écologique à des conséquences économiques et sociales qui suscitent un certain nombre d’inquiétudes voire sont perçues comme néfastes (« cher », « augmentation », « coût », « emploi »…). Le thème de l’énergie par ailleurs est évoqué à de nombreux reprises.

 

  • Parallèlement, les Français sont très partagés concernant la bonne prise en compte du respect de l’environnement : 47% d’entre eux estiment que les acteurs du monde agricole prennent bien en compte le respect de l’environnement contre 53% qui partagent une opinion inverse. Cette perception s’ancre dans une vision plus globale des politiques publiques agricoles dont les Français regrettent pour un tiers d’entre eux qu’elles poussent à une logique de rendement, alors qu’ils attendent davantage dans ce domaine l’encouragement d’une offre proposant des produits à coût réduit pour le consommateur, d’investissements plus importants de la part du monde agricole dans des procédés de production plus vertueux ou encore l’incitation à augmenter la qualité des produits tout en respectant davantage l’environnement.

 

  • A ce titre, dans le cadre de la campagne présidentielle, seuls 37% des Français estiment que les candidats prennent bien en compte les différentes thématiques sociales et environnementales et 44% concernant les médias. Cela s’inscrit dans une vision globale plus mitigée des Français dont seuls 49% pensent que le travail des scientifiques est bien pris en compte par les pouvoirs publics.

 

Mais les Français se montrent optimistes et se prononcent en faveur des mesures pour une transition écologique et sociale

  • Pour autant, ils restent optimistes sur la capacité à réussir cette transition : 85% des Français pensent qu’il est possible de trouver un juste équilibre permettant à la fois de créer des emplois et lutter contre le dérèglement climatique. Les bénéfices apportés par la transition écologique en matière d’emploi sont essentiellement perçus par un intérêt renforcé des emplois (49%) et par les créations d’emploi (48%). Moins d’un tiers des répondants estiment que ces métiers seront mieux rémunérés.

 

  • Ainsi, ils jugent efficaces des mesures qui permettraient une meilleure prise en compte de l’environnement : 64% des Français pensent qu’il est efficace de faire payer plus cher des comportements polluants. Les mesures à destination des entreprises rencontrent un plus fort taux d’adhésion : 9 Français sur 10 se disent favorables à conditionner les financements de l’Etat aux grandes entreprises à leur engagement en faveur de la transition écologique et sociale.

 

  • Certains acteurs recueillent plus de confiance que d’autres : les acteurs de la société civile (associations en faveur de l’environnement (78%), dirigeants de PME (58%), citoyens (58%)) sont les premiers acteurs de confiance identifiés pour lutter contre le dérèglement climatique. A l’inverse, les pouvoirs publics, les dirigeants de grandes entreprises et les responsables et formations politiques pâtissent d’un déficit de confiance majoritaire de la part des Français pour agir et faire des propositions dans ce domaine.

 

  • Ces aspirations écologiques se conjuguent avec une adhésion des Français envers les mesures en faveur du pouvoir d’achat : lors du prochain quinquennat, 59% indiquent qu’il est tout à fait prioritaire d’investir massivement pour baisser la facture énergétique des plus pauvres, 61% qu’il est tout à fait prioritaire d’augmenter le SMIC mais aussi de favoriser l’accès à une alimentation saine et de qualité. En effet, parmi les 23% de Français déclarant être rarement, voire jamais, attentifs à la provenance des produits issus de l’agriculture, 41% indiquent ne pas y faire attention pour des raisons de moyens, les produits qui leur font envie étant trop chers. La transition écologique est ainsi directement liée à des enjeux financiers pour les ménages français. De cette manière, 42% des Français estiment que les aides pour encourager les particuliers à adopter des comportements plus vertueux constituent le moyen le plus efficace pour favoriser la transition écologique. A l’inverse, les moyens à destination des entreprises et des plus aisés sont moins efficaces pour favoriser cette transition aux yeux des répondants : 35% jugent efficaces les aides aux entreprises conditionnées à des actions mises en place pour un meilleur respect des critères environnementaux et sociaux et seulement 24% envisagent la fiscalité comme un moyen efficace pour favoriser la transition écologique. Si les enjeux environnementaux semblent bien identifiés par les Français, ils sont étroitement liés à des enjeux économiques forts.

 

Télécharger le rapport

 

Share

  • collectif plus jamais ça
  • environnement
  • société
  • transition écologique