L’opinion des Français suite à l’intervention de François Hollande du 31 mars 2014 et à l’égard de la nomination de Manuel Valls

Etude Harris Interactive pour LCP

Paris, le 2 avril 2014 – Suite à l’allocution télévisée tenue le lundi 31 mars 2014 par François Hollande et à la demande de LCP, Harris Interactive a réalisé une enquête sur cette intervention publique du Président de la République, auquel seulement 25% des Français faisaient confiance fin mars 20141 . Les personnes ayant regardé ou entendu parler de cette intervention ont-elles jugé François Hollande convaincant ? Quel regard les Français portent-ils sur la nomination de Manuel Valls comme Premier ministre à la place de Jean-Marc Ayrault ? Cette nomination traduit-elle selon eux une bonne prise en compte des résultats du scrutin municipal ? Quels principaux traits d’image attribuent-ils au Président de la République, ainsi qu’a son nouveau chef de gouvernement ?

Que retenir de cette enquête ?

  • Parmi les Français ayant regardé ou entendu parler de l’allocution présidentielle, 21% déclarent avoir trouvé François Hollande convaincant, soit une proportion en recul de 10 points par rapport à la dernière intervention télévisée du Président de la République – qui s’était certes tenue dans un cadre différent, à l’occasion de la conférence de presse du 14 janvier dernier2. Ainsi, les personnes ayant été exposées à cette allocution télévisée portent un regard très majoritairement négatif, puisque 75% d’entre elles indiquent ne pas avoir trouvé le chef de l’Etat convaincant. Les sympathisants de Droite exposés à cette intervention se montrent quasi unanimement critiques : 88% d’entre eux jugent que François Hollande n’a pas été convaincant ce lundi. Auprès des sympathisants de Gauche en général, seule une personne sur deux estime que le Président s’est globalement montré convaincant (49%), même si les sympathisants socialistes en particulier portent un regard plus positif (57%).

  • Si la prestation de François Hollande n’a majoritairement pas été jugée convaincante, l’annonce de la nomination de Manuel Valls comme Premier ministre à la place de Jean-Marc Ayrault suscite en revanche des réactions plus partagées. Ainsi, la moitié des Français (50%) se déclarent satisfaits de cette nomination, quand 45% indiquent au contraire ne pas être satisfaits. Qui plus est, cette mesure suscite une satisfaction majoritaire aussi bien parmi les sympathisants de Gauche (64%) que parmi les sympathisants de Droite (56%). A l’inverse, les sympathisants du Front National et les personnes ne se sentant proches d’aucune formation politique portent un regard largement négatif sur cette décision du chef de l’Etat (respectivement 67% et 60% « pas satisfaits »). 48% des Français jugent également que cette nomination de Manuel Valls constitue une prise en compte appropriée des résultats des élections municipales par François Hollande. Ce jugement est certes partagé par 62% des sympathisants de Gauche (68% des sympathisants PS, 61% des sympathisants Europe-Ecologie Les Verts et 40% des sympathisants du Front de Gauche), mais il suscite des réactions contrastées parmi les sympathisants de Droite (50% oui, 49% non) et est rejeté par la plupart des sympathisants frontistes (59%) ou des personnes sans préférence politique (59%).
  • Parmi différentes personnalités évoquées pour faire partie du gouvernement remanié, aucune ne voit sa présence souhaitée par une majorité de Français, qu’il s’agisse de personnalités socialistes comme Bertrand Delanoë (38% souhaitent qu’il soit présent au gouvernement), Ségolène Royal (37%), Martine Aubry (34%) ou Claude Bartolone (25%), ou de personnalités écologistes comme Cécile Duflot (19%) ou Jean-Vincent Placé (15%). Notons toutefois que les sympathisants de Gauche sont plus de six sur dix à souhaiter voir Bertrand Delanoë, Ségolène Royal ou Martine Aubry au gouvernement. En revanche, si la présence de Cécile Duflot est désirée par une courte majorité (55%) des sympathisants écologistes, elle n’est souhaitée que par 35% des sympathisants de Gauche dans leur ensemble, et 31% des sympathisants socialistes en particulier. 41% des sympathisants Europe Ecologie Les Verts déclarent souhaiter voir Jean-Vincent Placé entrer au gouvernement, pour 27% des sympathisants socialistes.
  • De façon plus prononcée encore qu’en janvier dernier, date de la dernière mesure réalisée par Harris Interactive3, l’image de François Hollande auprès des Français est particulièrement négative. La critique ne semble pas tant se structurer autour de son intégrité morale (42% le jugent sympathique, 39% honnête) que sur son manque supposé de leadership : moins d’un quart des Français disent aujourd’hui du chef de l’Etat qu’il est « dynamique » (17%), qu’il « sait faire preuve d’autorité » (17%), qu’il « est capable tenir ses engagements » (17%), qu’il « dirige bien la France » (18%), ou encore qu’il « sait où il va » (20%), quand seulement 27% le qualifient de « courageux » (-11 points sur ce qualificatif par rapport à janvier). Cette image personnelle dégradée contribue sans doute à ce que seulement 17% des personnes interrogées jugent le Président de la République « rassurant ». Les Français semblent également mettre en cause la capacité de François Hollande à choisir la bonne direction pour le pays : seulement 20% jugent que le Président de la République « comprend bien les préoccupations des Français », 22% qu’il « peut réformer le pays dans le bon sens », 24% qu’il « a des bonnes idées pour la France », 26% qu’il est « compétent ». Enfin, 31% jugent qu’il « représente bien la France à l’étranger ». A l’exception de cette dernière dimension internationale, l’image de François Hollande s’est uniformément dégradée depuis janvier 2014. Sur la majorité des traits d’image évoqués, le chef de l’Etat bénéficie certes d’une opinion majoritairement positive auprès des sympathisants de Gauche, mais il est perçu de façon extrêmement critique par les sympathisants de Droite, tout particulièrement en ce qui concerne son énergie.
  • En revanche, le nouveau Premier ministre Manuel Valls dispose quant à lui d’une image positive, lui conférant en premier lieu un caractère volontaire et énergique : 71% le jugent « dynamique », 69% « capable de faire preuve d’autorité », 65% « courageux » et 59% « sachant où il va ». Environ un Français sur deux attribue également à Manuel Valls une certaine fiabilité : 58% le qualifient de « compétent », 55% de « crédible », 53% de « capable de tenir ses engagements ». De même, environ la moitié des personnes interrogées attribue à Manuel Valls la capacité d’incarner une politique nationale : 52% jugent qu’il est « capable de représenter la France à l’étranger », 49% qu’il « a de bonnes idées pour la France », 47% qu’il « peut réformer le pays dans le bon sens ». Enfin, bien que plutôt positifs, les avis sont légèrement plus partagés concernant ses qualités humaines : 55% le jugent « honnête », 48% « rassurant », 47% « capable de comprendre les préoccupations des Français » et 43% « sympathique ». Notons que sur l’ensemble de ces traits d’image, Manuel Valls est à peine mieux perçu par les sympathisants de Gauche qu’il ne l’est pas les sympathisants de Droite, lesquels portent presque toujours un regard majoritairement positif à son sujet. De façon générale, l’image de Manuel Valls est néanmoins en léger recul par rapport à la dernière mesure réalisée par Harris Interactive en octobre 20134.

1Enquête Harris Interactive pour Délits d’Opinion, réalisée en ligne du 24 au 27 mars 2014. Echantillon de 1 438 individus représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).
2Enquête Harris Interactive pour LCP, réalisée en ligne le 14 janvier (à partir de 19h30) et le 15 janvier 2014. Echantillon de 946 personnes représentatif de la population française âgée d’au moins 18 ans, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région d’habitation de l’interviewé(e).
3Enquête Harris Interactive pour LCP, réalisée en ligne le 14 janvier (à partir de 19h30) et le 15 janvier 2014. Echantillon de 946 personnes représentatif de la population française âgée d’au moins 18 ans, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région d’habitation de l’interviewé(e).
4Enquête Harris Interactive pour Le Figaro Magazine, réalisée en ligne les 21 et 22 octobre 2013. Echantillon de 1 085 personnes représentatif de la population française âgée d’au moins 18 ans, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région d’habitation de l’interviewé(e).
En savoir plus :

 

Share