Les vacances des Européens en France… vues par les Européens et les Français

Les vacances des Européens en France… vues par les Européens et les Français

Sondage Harris Interactive pour Voyages-sncf.com

Enquête réalisée en ligne du 03 au 10 avril 2013 pour les volets belge, allemand et italien et du 03 au 05 avril 2013 pour le volet français :
– Echantillon de 1000 individus représentatifs de la population belge âgée de 18 ans et plus ;
– Echantillon de 1000 individus représentatifs de la population allemande âgée de 18 ans et plus ;
– Echantillon de 1000 individus représentatifs de la population italienne âgée de 18 ans et plus;
– Echantillon de 1555 individus représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus.
Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, statut d’activité et région de l’interviewé(e).

Paris, le 26 avril 2013 – A la demande de Voyages-sncf.com, A la demande de Voyages-sncf.com, Harris Interactive a réalisé une enquête afin de déterminer comment les habitants de trois pays européens frontaliers de la France – Belgique, Allemagne et Italie – choisissent leur destination de vacances et organisent leur séjour, et quelle est la place de la destination France dans leur projet vacanciers : quelles sont les caractéristiques de la France les plus susceptibles de les inciter à prendre des congés dans l’Hexagone ? Où se rendraient-ils en priorité ? Qu’oseraient-ils goûter parmi les spécialités culinaires françaises ? Et enfin, que ramèneraient-ils comme souvenir de leur voyage ? Leurs réponses coïncident-elles avec les endroits que leur feraient visiter les Français, les plats que ces derniers leur feraient manger ou encore avec les présents qu’ils glisseraient dans leur valise lorsqu’ils quitteraient la France ?

 

Quels sont les principaux enseignements de cette enquête ?

 

  • Les répondants des trois pays déclarent avoir fréquemment recours au digital pour la recherche d’une destination vacances et l’organisation de leur séjour, même si les discussions et les supports papier conservent une place importante. En effet, les récits des proches constituent une source d’information première pour les Belges et les Allemands, seuls les Italiens citant d’abord l’influence des sites Internet dédiés au tourisme. De manière générale, les Italiens indiquent davantage avoir recours au Web et aux réseaux sociaux pour prévoir leur vacances.
  • Une fois sur place, les voyageurs des trois pays ont tendance à privilégier le « face-à-face » afin d’obtenir des renseignements sur l’organisation de leur séjour en France (sur le lieu où ils résident, à l’office de tourisme puis dans la rue), mais l’usage du numérique apparait également très répandu. Une nouvelle fois, les Italiens se distinguent par leur usage accru des modes d’information numériques quand les Allemands privilégient les modes d’information papier.
  • La France semble avant tout attirer les Belges, Allemands et Italiens en vacances par la beauté de ses paysages, l’authenticité de ses villages et son patrimoine culturel. Les Belges mettent ensuite davantage l’accent que les autres sur la gastronomie et les sports d’extérieur, les Allemands sur l’art de vivre et les Italiens sur l’animation culturelle, le shopping et la fête.
  • Les Italiens et les Allemands aimeraient en priorité passer des vacances à Paris quand les Belges font état de souhaits plus différenciés, optant pour Paris mais aussi la Bretagne, la Côte d’Azur et le Sud-Ouest. Quant aux Français, ils feraient visiter d’abord à ces Européens en congés la Ville Lumière mais aussi le Sud-Ouest et la Vallée de la Loire.
  • Les crêpes bretonnes et les fromages français très forts sont les deux spécialités gastronomiques que les trois nationalités seraient le plus prêtes à goûter lors d’un voyage en France. Le foie gras tente les Belges mais très peu d’Allemands, alors que c’est la première spécialité gastronomique que les Français proposeraient à ces voyageurs, quel que soit leur pays d’origine.
  • La gastronomie est mise en avant dans les souvenirs typiques à ramener de France : en effet, les européens interrogés glisseraient avant tout dans leur valise une spécialité régionale ou une bouteille de vin, avant des produits d’art ou d’artisanat. Cela correspond d’ailleurs à ce que leur offriraient les Français.

 

En savoir plus :

La note détaillée

L’ensemble des résultats

Share