Le regard des Européens sur les innovations technologiques et l’intelligence artificielle

Enquête Toluna Harris Interactive pour Viva Technology

Enquête réalisée par Toluna Harris Interactive en ligne du 19 au 24 avril 2023. Echantillons de 1 029 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus / 1 035 personnes, représentatif de la population allemande âgée de 18 ans et plus / 1 065 personnes, représentatif de la population britannique âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes sexe, âge, CSP de l’interviewé, région d’habitation pour la France / sexe, âge, activité professionnel de l’interviewé, région d’habitation pour l’Allemagne et le Royaume-Uni.

 

 

Paris, le 14 juin,

 

A l’occasion de l’ouverture de l’édition 2023 de VivaTech, Toluna Harris Interactive a réalisé, à la demande de Viva Technology, une enquête dans 3 pays européens destinée à mieux comprendre le regard que portent leurs habitants sur le développement des nouvelles technologies et notamment l’intelligence artificielle (IA), mais également sur le rôle attendu des startups et la perception du développement de la FemTech.

Afin de répondre à ces questions, Toluna Harris Interactive a interrogé pour chaque pays un échantillon de 1000 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans et plus en France, en Allemagne et au Royaume-Uni.

 

Que retenir de cette enquête ?

  • L’intelligence artificielle est très largement connue : 95% des Européens en ont déjà entendu parler, dont plus de la moitié (54%) s’en font une idée précise. Parmi les 3 pays de l’étude, cette connaissance de l’intelligence artificielle est un plus prononcée en Allemagne (56%) qu’en France (53%) et en Angleterre (52%), mais également auprès des hommes (63%), des moins de 35 ans (61%) et des catégories aisées (63%).

 

  • Si le développement de l’IA est majoritairement perçu comme une avancée positive pour la société (55%) ou neutre (11%) notons qu’1/3 des Européens anticipe plutôt des effets négatifs (34%). Si les Britanniques font état d’une perception plus positive (60%), les Français et Allemands se montrent plus partagés (52% d’effets positifs, 38% de négatifs). A ce sujet il est intéressant de noter que les Européens ayant la plus grande proximité avec les nouvelles technologies de manière générale (cadres et professions intellectuelles supérieures, salariés ayant une position les amenant à s’intéresser aux enjeux technologiques…) se montrent nettement plus positifs quant aux différents aspects relatifs au développement de l’IA.

 

  • Plus précisément, le développement du recours à l’intelligence artificielle est jugé souhaitable dans 4 domaines principalement : le secteur industriel (78%), le domaine de la santé (73%), le domaine des transports (72%) et le secteur de la sécurité (70%). Les Européens se montrent nettement plus réticents en revanche quant au développement de l’intelligence artificielle dans les domaines de l’éducation (48%), du juridique (47%) et dans le domaine artistique (36%). On relève que les Britanniques, qui disposent par ailleurs d’une meilleure opinion générale de l’IA, estiment que des développements sont souhaitables dans l’ensemble de ces domaines.

 

  • En ce qui concerne l’investissement de différents acteurs dans le développement des technologies pour faire face aux enjeux environnementaux, les startups, perçues comme plus proches et plus concernées par le sujet, apparaissent à la fois comme acteurs les plus mobilisés (71%) et envers lesquelles les Européens font le plus confiance (68%), devant les grandes entreprises (67% les considèrent mobilisées et 53% dignes de confiance). Les TPE et PME suscitent également la confiance de la majorité des Européens (respectivement 67% et 59% de confiance), avec des disparités géographiques entre pays européens liées certainement au tissu d’entreprises existant dans ces pays. L’Etat est en revanche perçu comme étant à la fois peu mobilisé (55%) et moins digne de confiance (41%), avec une part encore moins importante en France (38%).

 

  • Enfin, l’industrie FemTech est encore assez confidentielle : un quart des Européens déclarent en avoir entendu parler mais seuls 4% en ont une idée précise, avec des niveaux de notoriété très proches dans les différents pays. Cette industrie est un peu plus identifiée par les plus jeunes (32% en ayant entendu parler) et si ses effets sur l’égalité hommes / femmes sont identifiés par 70% des Européens, ils sont toutefois considérés comme peu impactant : 18% estiment que l’industrie FemTech peut contribuer significativement à une plus grande égalité entre les hommes et les femmes contre 52% qui limitent ses effets sur quelques aspects. Il est intéressant de noter que dans ce domaine le regard des Européens et des Européennes est sensiblement le même, que ce soit en notoriété ou dans les effets attendus sur l’égalité femme/homme.
Share

  • intelligence artificielle
  • nouvelles technologies
  • technologie
  • viva tech
  • viva technology