Les primaires socialistes et la réaction des Français à la photographie de Dominique Strauss-Kahn à côté d’une Porsche Sondage Harris Interactive/Le Parisien – Aujourd’hui-en-France.

Les primaires socialistes et la réaction des Français à la photographie de Dominique Strauss-Kahn à côté d’une Porsche

Sondage Harris Interactive/Le Parisien – Aujourd’hui-en-France.

 

Enquête réalisée en ligne du 13 au 14 mai 2011. Echantillon de 1050 individus issus de l’access panel Harris Interactive, représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé.

 

Paris, le 16 mai 2011 – A la demande du Parisien/Aujourd’hui-en-France, Harris Interactive a réalisé une enquête auprès d’un échantillon national représentatif de 1050 Français. Cette enquête a eu lieu les 13 et 14 mai, soit juste avant l’inculpation de Dominique Strauss-Kahn à New-York pour «agression sexuelle, tentative de viol et séquestration».

 

Ce sondage fait apparaître, après une semaine au cours de laquelle le train de vie de Dominique Strauss-Kahn a fait l’objet d’une exposition médiatique importante, un Directeur Général du FMI restant la personnalité que les sympathisants de Gauche souhaitent voir désignée à l’issue des primaires (34%, 41% parmi les socialistes). On observera que François Hollande se situe désormais en deuxième position de citations (24% des sympathisants de Gauche, 25% de ceux du Parti Socialiste) et qu’il est aujourd’hui plus mentionné que l’actuelle première secrétaire du Parti Socialiste, Martine Aubry (respectivement 18% et 16%).

 

Ce sondage révèle également la réaction des Français à « l’affaire Porsche ». Les citoyens ne semblent pas tenir rigueur de cet épisode à Dominique Strauss-Kahn : ce moment ne leur apparaît pas particulièrement grave (19%, 13% des sympathisants socialistes), les Français ne se déclarent pas spécialement choqués (22% sont choqués, 15% des sympathisants socialistes) pas plus qu’ils estiment qu’un socialiste candidat potentiel à la présidentielle n’aurait pas à utiliser de tels véhicules (38% sont sur cette position, 33% des sympathisants socialistes).

 

On se rappellera enfin que « la mesure à chaud » d’un événement ne préjuge en rien de son évolution dans les esprits. Si « l’affaire Porsche » apparaît aujourd’hui contenue, rien ne permet d’assurer que cette photo ne pourra pas structurer à termes certaines représentations. Gardons en mémoire que, juste après la nuit au Fouquet’s de Nicolas Sarkozy et sa présence sur le yacht de Vincent Bolloré, les Français n’avaient pas accordé d’importance à ces attitudes. L’impact sur l’opinion qu’ils portaient sur le Président était ténu. Il se révèle aujourd’hui plus important non seulement du fait du rappel par un certain nombre d’acteurs politiques de ces « événements » mais également parce que, pour une partie des Français, ces moments illustrent une partie de sa politique. Rien n’indique, avec certitude, qu’il ne pourrait en être de même au cours des mois à venir pour le Directeur Général du FMI.

 

En savoir plus :

Share