Observatoire de l’accès au numérique en santé

Enquête pour Fondation Roche

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 2029 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus, du 23 au 29 mars 2021. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

Paris, le 18 juin,

 

Depuis le début de la crise sanitaire et les restrictions qui ont assigné les Français à résidence plusieurs fois, les solutions numériques se sont très largement démocratisées, et ce dans tous les domaines, mais particulièrement dans celui de la santé. Téléconsultations, applications de santé, prise de rendez-vous en ligne, semblent aujourd’hui faire partie du quotidien de nombreux Français. Avec quelles conséquences ? Qu’il s’agisse d’accès au numérique lui-même, d’accessibilité des technologies ou de partage des données personnelles, ce développement rapide du numérique en santé soulève de nombreuses questions sur lesquelles la Fondation Roche a voulu interroger les Français.

 

Télécharger le rapport complet

 

Que retenir de cette enquête ?

 

Recours aux outils numériques dans le domaine de la santé : UN USAGE SATISFAISANT ET DES PERSPECTIVES OPTIMISTES…

  • Nombreux sont les Français qui indiquent avoir déjà eu recours à des outils numériques dans le domaine de la santé, et notamment à des plateformes comme Doctolib ou Maiia (71%).

 

  • Les Français sont satisfaits voir très satisfaits des outils qu’ils utilisent, qu’il s‘agisse : des plateformes de prise de rendez-vous médicaux en ligne : 92% ; des plateformes de téléconsultation : 88% ; des sites et applications de santé mis en place par le gouvernement (TousAntiCovid, Dossier Médical partagé, Améli, etc.) (86%).

 

  • Le développement des technologies en santé est teinté d’optimisme : 86% des Français estiment qu’il s’agit d’une bonne chose et 74% pensent que l’utilisation de ces outils permettra d’améliorer leur suivi médical dans le futur.

 

 

Mais des LIMITES REELLES…

  • Les Français ne perçoivent pas les bénéfices immédiats des outils numériques pour leur propre santé : L’amélioration de sa propre santé est la dernière perspective que les Français attendent du développement des outils numériques (25%), loin derrière la fluidification du système dans son ensemble (40%) ou des démarches administratives (49%).

 

  • Les Français sont loin d’être toujours à l’aise avec ces outils : S’ils ne se sentent pas particulièrement en difficulté face au numérique, 47% des Français estiment néanmoins aujourd’hui qu’ils ne sont pas suffisamment à l’aise avec ces outils pour pouvoir en utiliser pleinement les possibles.

 

  • Et en conséquence, ils craignent que ces outils les éloignent du système de santé: 50% des Français déclarent craindre être moins bien soignés à l’avenir s’ils ne maîtrisent pas suffisamment les outils numériques.

 

 

Inégalités d’accès aux soins, inégalités d’accès au numérique, des risques cumulatifs ?

  • Les Français perçoivent le système de santé existant comme comportant des inégalités : 76% considèrent qu’il existe en France de grandes inégalités concernant l’accès aux soins et à la santé de manière générale ; 37% ont eux-mêmes le sentiment de vivre dans un désert médical. Mais eux-mêmes se s’avouent pas facilement défavorisés à l’égard de cet accès : 8% des Français seulement se reconnaissent dans cette définition, 33% se sentant ni favorisés ni défavorisés.

 

  • Malgré ces inégalités, une grande satisfaction à l’égard des soins : 87% des Français interrogés déclarent être satisfaits de la qualité des soins prodigués ; cette proportion atteint 94% parmi les personnes âgées de plus de 65 ans.

 

  • Comme pour la santé, les Français estiment qu’il existe de grandes inégalités dans l’accès au numérique (79%). 5% des Français s’estiment défavorisés quant à l’accès aux technologies numériques ; 32% ni favorisés ni défavorisés. 13% des Français (pourtant interrogés en ligne) déclarent mal maîtriser les outils numériques – 22% chez les 65 ans et plus ; et seuls 28% ont le sentiment de très bien les maîtriser, les 58% restant étant plus modestes. Avec quels risques cumulatifs ? 52% des Français qui se déclarent défavorisés à l’égard de l’accès aux technologies numériques se déclarent également défavorisés à l’égard de l’accès aux soins.

 

Retrouvez tous les enseignements de l’enquête dans notre rapport et sur notre site.

 

Télécharger le rapport complet

 

Share

  • Développement du numérique
  • Enjeux de santé
  • Fondation Roche