Les Français, l’e-administration et l’enregistrement de données personnelles en ligne Sondage Harris Interactive pour Berger-Levrault

Les Français, l’e-administration et l’enregistrement de données personnelles en ligne

Sondage Harris Interactive pour Berger-Levrault

Enquête téléphonique réalisée par l’institut Harris Interactive du 13 au 18 janvier 2012. Echantillon national de 1005 individus représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région d’habitation de l’interviewé(e).

Paris, le 24 janvier 2012 – Harris Interactive a réalisé une enquête auprès d’un échantillon représentatif de Français pour Berger-Levrault afin de mesurer leur perception de l’e-administration et de la possibilité offerte d’enregistrer des données personnelles en ligne : l’e-administration est-elle perçue comme trop ou pas assez développée aujourd’hui en France ? Quelles sont les avantages et inconvénients perçus de l’enregistrement de données sur les sites d’e-administration ? Quelles données les Français sont-ils prêts ou non aujourd’hui à enregistrer sur la Toile ?

 

Cette enquête fait apparaître que :

 

  • Si 47% des Français considèrent aujourd’hui qu’il n’y a ni trop ni pas assez de possibilités offertes d’effectuer des démarches en ligne, 22% considèrent que l’e-administration est trop développée et autant qu’elle ne l’est pas assez, des lignes de fracture assez nettes apparaissant dans la population entre des catégories fortement « connectées » (jeunes, diplômés, cadres…) et des catégories plus distantes d’Internet (personnes âgées, peu ou pas diplômées, habitant en zone rurale…).
  • Trois-quarts des Français estiment que l’enregistrement de données personnelles en ligne permet de réaliser plus rapidement les démarches administratives et plus de la moitié que cela permet d’offrir un service plus adapté. Cependant, il existe de véritables craintes quant à la sécurisation de ces données : en effet, beaucoup craignent une possible diffusion des données personnelles, voire leur récupération à des fins frauduleuses. De plus, plus de 8 Français sur 10 estiment que le développement de l’e-administration et cet enregistrement des données sont susceptibles d’entraîner une perte de contact avec les agents administratifs et une difficulté à avoir un interlocuteur « en direct ».
  • 48% des internautes indiquent avoir déjà enregistré des données personnelles sur le site d’une administration, le plus souvent ayant trait à leur état civil ou à leur situation familiale. En revanche, 52% déclarent ne l’avoir jamais fait et 16% sont réticents à le faire, quel que soit le type d’information testé. Cette réticence est surtout marquée lorsqu’il est question des cordonnées bancaires (77% indiquent n’être pas prêts à le faire), des revenus (70%) ainsi que du dossier médical (68%).

graph_berger_24012012

 

En savoir plus :

Share