Les Français et l’immobilier : les multiples facettes de l’achat immobilier

Enquête Harris Interactive pour le Conseil Supérieur du Notariat

Enquête réalisée en ligne du 5 au 15 octobre 2021 auprès d’un échantillon national représentatif de 1637 répondants âgées de 18 ans et plus, constitué d’après la méthode des quotas : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, après stratification par région. Toute diffusion de ces résultats doit être accompagnée des éléments techniques suivants : la mention « Etude Harris Interactive pour les Notaires de France », la méthode d’enquête, les dates de réalisation et la taille de l’échantillon.

 

Paris, le 13 décembre,

 

Que retenir de cette enquête ?

 

  1. Les Français ont en moyenne effectué 5 déménagements au cours de leur vie. La récente crise sanitaire a occasionné une forte mobilité, motivée par le souhait de gagner en qualité de vie.

 

  • Les Français indiquent en moyenne avoir changé de logements 5 fois au cours de leur vie. De manière logique, plus les interviewés sont âgés, plus ils sont susceptibles d’avoir connu un nombre important de logements (les moins de 35 ans affirment avoir changé de logements près de 4 fois en moyenne alors que les plus de 55 ans mentionnent en moyenne avoir changé près de 6 fois de logements au cours de leur vie). On observe quelques différences selon les régions, le nombre moyen de changements est plus élevé en Occitanie et en Bretagne et plus faible en Ile-de-France et dans le Grand Est.

 

  • Les raisons à l’origine des déménagements des Français sont multiples. L’accès à un meilleur logement (41%), la volonté de devenir propriétaire (39%) ainsi que le déménagement pour le travail ou les études (35%) sont les raisons les plus souvent évoquées, juste devant le souhait d’avoir une meilleure qualité de vie / de vivre sur un territoire plus agréable (26%, en progression de 3 points sur cette vague).

 

  • Relevons que la crise sanitaire a provoqué une mobilité plus forte au cours des 18 derniers mois, et ce mouvement ne semble pas totalement terminé. En effet, près d’1 Français sur 5 dit avoir connu un déménagement au cours des 18 derniers mois, dont 39% qui relie ce déménagement directement à la crise (cela concerne surtout les répondants les plus jeunes ou ceux disposant d’une résidence secondaire, mais toutes les catégories de population sont concernées par cette mobilité accrue). De plus, 16% indiquent avoir un projet de déménagement à court terme (dans l’année), avec là aussi une proportion non-négligeable de déménagements futurs liés à la crise (38%). Les principales motivations des personnes ayant déménagé ou projetant un déménagement en raison de la crise sont la volonté d’avoir un extérieur et un logement plus grand pour près de 70%, et également la volonté de vivre dans une zone moins densément peuplée (60%).

 

 

  1. Le choix du lieu de vie est porté principalement par des critères relatifs aux caractéristiques du logement (disposer d’un extérieur et taille du logement plus importante), critères dont l’importance a sans doute encore été accentuée par les confinements successifs.

 

  • Les critères guidant le plus le choix du lieu de vie sont le fait de disposer d’un extérieur (balcon, terrasse, jardin…) (55%) et la taille du logement (52%), deux critères qui concernent directement la nature du logement et le confort au sein de ce dernier.

 

  • Vient ensuite la sécurité (50%) qui vient compléter le podium des critères les plus importants pour les Français.

 

  • Relevons que le coût de la vie (36%), 6e place, anciennement le troisième critère le plus important pour les Français semble désormais moins un critère décisif. Si le pouvoir d’achat demeure une préoccupation majeure des Français, il semblerait que les arbitrages actuels les conduisent à accepter de consacrer une somme plus importante à leur logement.

 

 

 

  1. L’achat de sa résidence principale constitue un objectif de vie pour la plupart des Français. Un objectif qui nécessite d’être bien accompagné.

 

  • 34% des répondants indiquent qu’ils étaient propriétaires de leur logement précédent. 60% sont actuellement propriétaires ou accédants à la propriété et lorsqu’ils se projettent sur leur prochain logement, 72% anticipent qu’ils en seront propriétaires. Des taux apparaissant comme très stables et qui traduisent la forte aspiration à la propriété. Chez les locataires, la situation est d’ailleurs le plus souvent subie (57%, +5 pts). 76% des Français indiquent d’ailleurs que selon eux, il faut absolument être propriétaires avant la retraite (en hausse +4 pts) et même 44% affirment qu’on n’a pas vraiment réussi sa vie si on n’obtient pas le statut de propriétaire.

 

  • Le fait de devenir propriétaire de son logement est perçu comme un bon investissement (90%, +3pts) et apparait comme rassurant (90%, +3pts).

 

  • Les Français sont davantage prêts à franchir le pas, même si toutes les conditions ne sont pas réussies, mais suffisamment pour qu’ils jugent que c’est le bon moment d’achat (41%, +6pts).

 

  • Si l’achat est rassurant et qu’une majorité des Français estime qu’il n’est jamais trop tôt pour penser à l’immobilier (89%), c’est également une source d’angoisse pour plus de la moitié des personnes interrogées (55%). Dans leur parcours immobilier, ils se sentent pourtant majoritairement bien informés (67%) et bien accompagnés (85%).

 

 

  1. Si l’achat de sa résidence principale constitue toujours l’objectif pour la majorité des Français, il ne revêt pas pour tous les mêmes contours et la même signification.

 

  • On observe plusieurs groupes de Français avec des caractéristiques différentes en matière de parcours immobilier. Le groupe le plus important (24%) regroupe les personnes pour qui l’accès au statut de propriétaire a été un véritable aboutissement s’inscrivant dans une logique de poursuite d’une meilleure qualité de vie. Ce groupe regroupe davantage de personnes âgées, aux revenus plutôt confortables et habitant davantage en zone rurale.

 

  • Pour le deuxième groupe, l’achat est à l’inverse une perspective plus lointaine voire inaccessible (23%). Ce profil est constitué en plus grande proportion de personnes âgées aux faibles revenus. On trouve dans ce groupe de nombreuses personnes qui indiquent ne pas être propriétaires, faute de moyens.

 

  • Le troisième groupe (également 23%) conçoit l’achat immobilier comme un véritable projet, mené de façon rationnelle. Les membres de ce groupe sont plus jeunes et plus souvent actifs. Ils utilisent fortement internet pour se renseigner sur l’immobilier et accordent une importance non négligeable à la connectivité de leur logement.

 

  • Le quatrième groupe (16%) est plus jeune et plus urbain. Sur-représenté en région parisienne, ce groupe accueille une majorité de propriétaires ou de futurs propriétaires qui achètent notamment dans l’optique de faire un investissement et de se rassurer. Ce sont les mieux informés en ce qui concerne l’immobilier et ils sont prêts à consacrer le plus d’argent par mois pour un achat.

 

  • Pour finir, le dernier groupe (14%) regroupe des répondants dont la mobilité a surtout été dictée par des considérations personnelles. Avec une majorité de locataires (57%) en situation subie, c’est le groupe le moins bien informé en matière d’immobilier. Les membres de ce groupe ont davantage changé de logement pour des raisons personnelles : mise en couple ou séparation, arrivée d’un enfant, décès, rapprochement d’autres membres de la famille.

 

Télécharger le rapport complet

 

 

Share

  • achat immobilier
  • Conseil supérieur du Notariat
  • déménagement
  • français
  • habitation
  • Immobilier
  • qualité de vie