Les Français et les maladies chroniques

Enquête Toluna Harris Interactive pour Pro BTP

Enquête réalisée en ligne les 18 et 19 avril 2024. Échantillon de 1 052 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, région et taille d’agglomération de l’interviewé(e).

 

Paris, le 3 mai,

 

  • Les maladies chroniques sont des maladies très bien identifiées par les Français : 96% d’entre eux indiquent en avoir déjà entendu parler dont 68% de manière précise. Une bonne connaissance de ces maladies davantage partagée par les femmes, les 35-49 ans, les CSP+ et les personnes se sentant en mauvaise santé. Dans le détail, 64% des Français déclarent bien connaître ce qui distingue les maladies chroniques des autres maladies et 60% les types de maladies qu’on appelle maladies chroniques. En revanche, les Français se montrent moins à l’aise concernant d’autres dimensions liées à ces maladies chroniques comme les facteurs qui favorisent leur développement (40%) ou encore leurs traitements (37%). De fait, les Français se montrent très partagés concernant les principales causes du développement des maladies chroniques : 44% d’entre eux attribuent l’apparition de ces maladies principalement à des facteurs génétiques, 33% au mode de vie et 22% à des facteurs environnementaux.

 

  • Dans les représentations, les maladies chroniques sont majoritairement considérées comme impactant fortement le quotidien des personnes concernées (92%), pouvant toucher tout le monde à un moment de sa vie (91%). Ces caractéristiques associées au fait qu’elles puissent toucher de plus en plus de Français (87%) ou encore qu’elles puissent générer des discriminations envers les personnes concernées (78%) sont d’autant plus inquiétantes qu’elles sont perçues comme des maladies graves (64%), dont il est difficile de guérir définitivement (32%). Elles apparaissent néanmoins relativement bien prises en compte par le système de santé aujourd’hui (69%).

 

  • Bien informés sur les maladies chroniques de manière générale, les Français le sont également sur des maladies spécifiques mais de manière moins marquée. Près de 6 Français sur 10 déclarent se sentir bien informés sur l’hypertension (59%) et le diabète (63%), même si cette connaissance reste relative, 13% d’entre eux indiquant avoir une maîtrise précise de ce que sont chacune de ces maladies. En matière de prévention, les Français identifient trois principaux comportements pour réduire les risques de développement d’hypertension ou de diabète : l’adoption d’une alimentation équilibrée (91% pour l’hypertension / 89% pour le diabète), le fait de bien dormir (89% / 73%) et la pratique d’une activité physique ou sportive régulière (87% / 83%). De manière générale, il est à relever que les Français perçoivent mieux l’efficacité des différents comportements de prévention pour l’hypertension que pour le diabète, qui apparait plus complexe à influencer par des gestes du quotidien. Enfin, même s’ils se montrent informés sur les sujets de l’hypertension et du diabète, l’application concrète de certaines attitudes en matière de prévention de ces maladies est perfectible. En effet, seul le contrôle de la tension par un professionnel de santé est une pratique à laquelle les Français déclarent avoir toujours majoritairement recours (66%), ce qui peut s’expliquer par le fait qu’il s’agit d’un contrôle de routine quasi-systématiquement effectué lors d’un rendez-vous médical. Les Français ne sont qu’une minorité à déclarer avoir déjà fait et continuer à faire les autres comportements recommandés en matière de prévention de l’hypertension et du diabète. Des contrôles auxquels les Français les plus âgés déclarent davantage se soumettre.

 

Télécharger le rapport complet

Share

  • diabète
  • hypertension
  • maladies chroniques
  • pro btp
  • santé
  • traitements