Les Français et les élections cantonales de mars 2011 Sondage Harris Interactive pour Le Forum pour la Gestion des Villes

Les Français et les élections cantonales de mars 2011

Sondage Harris Interactive pour Le Forum pour la Gestion des Villes

 

Enquête réalisée en ligne par l’institut Harris Interactive le 20 février 2011. Echantillon de 11 350 individus issus de l’access panel Harris Interactive, représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle de l’interviewé et taille d’agglomération.

 

A la demande du Forum pour la Gestion des Villes, Harris Interactive a interrogé un échantillon représentatif de Français sur leur connaissance et leur intérêt pour le prochain scrutin, à savoir les élections cantonales des 20 et 27 mars. Ces élections se dérouleront dans près de la moitié du pays.

 

Il s’agissait, à un mois de l’échéance, de savoir si les Français :

  • Avaient ou non entendu parler du scrutin ;
  • Connaissaient la nature des représentants élus par ce biais ;
  • Affichaient un intérêt à l’égard de la dernière élection au suffrage universel direct avant l’élection présidentielle de 2012.

 

Cette étude fait apparaître que :

  1. 7 Français sur 10 ont entendu parler des prochaines élections cantonales, la proportion étant légèrement différente que l’on soit concerné par le scrutin, car étant dans un canton renouvelable, (73%) ou ne l’étant pas (65%) ;
  2. les élections cantonales ne sont pas identifiées comme étant le moment de renouvellement des conseils généraux par un peu plus d’un Français sur deux. En effet, seuls 48% des Français savent que les élections cantonales permettent d’élire des conseillers généraux. 31% pensent qu’elles servent à élire des conseillers régionaux et 14% déclarent ne pas savoir.
  3. l’intérêt pour le scrutin est relativement faible : 44% des Français se déclarent intéressés dont 45% de ceux résidant dans des cantons renouvelables. Rappelons que c’est la dernière fois que les Français sont appelés aux urnes pour élire des conseillers généraux, dont le mandat expirera en mars 2014 avec l’élection des nouveaux conseillers territoriaux.
  4. les plus jeunes et les catégories populaires se montrent particulièrement peu au courant et peu passionnés par ce scrutin.

 

Non couplées à d’autres élections (municipales ou régionales) pour la première fois depuis 1994, les prochaines élections cantonales suscitent donc un regard distant.

 

70% des Français déclarent avoir entendu parler des élections cantonales qui auront lieu les dimanches 20 et 27 mars prochain. Cette proportion est à peine plus élevée parmi les personnes habitant dans un canton renouvelable (73%) et parmi les personnes inscrites sur les listes électorales (72%).
Les plus jeunes ont significativement moins entendu parler de ce scrutin : 44% des 18-24 ans et 54% des 25-34 ans (contre 84% des 50 ans et plus). On note également que les hommes affirment davantage en avoir entendu parler que les femmes (77% contre 63%) et les catégories supérieures davantage que les catégories populaires (72% contre 64%). Si la notoriété des futures élections cantonales est de même niveau parmi les sympathisants de gauche (77%) que parmi les sympathisants de droite (78%), on note toutefois une connaissance plus élevée parmi les proches de « petits partis » : Parti Communiste (90%), Parti de Gauche (87%), Debout la République (82%), Nouveau Centre (85%) ou encore Parti Radical (83%).

 

Si 7 Français sur 10 indiquent savoir que des élections cantonales vont bientôt avoir lieu, moins de 5 sur 10 (48%) ont connaissance de leur objectif, à savoir l’élection des conseillers généraux (49% dans les cantons renouvelables). Interrogés sur les représentants élus grâce aux élections cantonales 38% des Français se trompent, principalement en répondant « les conseillers régionaux » (31%). 14% avouent leur ignorance.
Les plus susceptibles de fournir une bonne réponse sont les hommes (59% contre 38% des femmes), les personnes âgées de 50 ans et plus (56% contre 30% des 18-24 ans), les catégories supérieures (58% contre 38% des CSP-), les plus diplômés (65% des personnes détenant un diplôme supérieur à Bac +2 contre 42% de celles ayant un diplôme inférieur au baccalauréat), et les sympathisants du Parti Communiste (74%) comme du Nouveau Centre (74%).

 

Enfin, 44% des Français se déclarent intéressés par les élections cantonales, dont seulement 12% très intéressés. A l’inverse, 46% font preuve d’un désintérêt pour ces élections. C’est avant tout l’âge qui influe sur l’intérêt accordé au scrutin : si 57% des 50 ans déclarent porter de l’attention à ces élections, ce n’est le cas que de 27% des 18-34 ans et 39% des 35-49 ans. On constate également que les femmes (39%), les catégories populaires (35%), les habitants de la région parisienne (40%) ou du Nord (39%) font état d’un intérêt moindre. L’intérêt et la notoriété étant pour partie liés, on observe une attention plus grande de la part des sympathisants communistes (77%).
Une nouvelle fois, on observe peu de différences entre les personnes habitant dans un canton renouvelable et celles habitant dans un canton non renouvelable (45% contre 44%).

 

En savoir plus :

Share