Les Français et l’enseignement catholique

Les Français et l’enseignement catholique

Etude Harris Interactive pour La Vie

Enquête réalisée en ligne du 23 au 26 août 2013. Echantillon de 1 572 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région d’habitation de l’interviewé(e).

Paris, le 29 août 2013 – A la demande de La Vie, Harris Interactive a réalisé une enquête interrogeant le regard des Français sur l’enseignement catholique. Cette enquête ne cherchait pas à opposer enseignement public et enseignement privé catholique, mais bien à comprendre les principales représentations des Français sur l’enseignement catholique en propre : celui-ci dispose-t-il d’une bonne image ? Les Français pourraient-ils envisager d’y scolariser leur(s) enfant(s) ? Quelles motivations associent-ils au fait de scolariser son enfant dans un établissement catholique, selon qu’ils soient eux-mêmes tentés par cette éventualité ou qu’au contraire ils ne l’envisagent pas en ce qui les concerne ?

 

Que retenir de cette enquête ?

 

  • Six Français sur dix (60%) déclarent avoir une bonne image de l’enseignement catholique : les personnes catholiques (77% bonne image) et les sympathisants de Droite (82%) se montrent très majoritairement positifs, quand une majorité des personnes sans religion (64% mauvaise image) et des sympathisants de Gauche (56% mauvaise image) portent un regard inverse.
  • Les Français sont très partagés quant à savoir s’ils envisageraient d’inscrire leur enfant dans un établissement catholique : 49% y sont ouverts, parmi lesquels principalement des personnes âgées (57% des personnes de 50 à 64 ans), catholiques (66%) et proches de la Droite (70%), quand 49% des Français affirment au contraire ne pas pouvoir l’envisager, parmi lesquels la plupart des sympathisants de Gauche (71%) et des personnes sans religion (71%). La variable de catégorie sociale ne semble pas profondément œuvrer.
  • Les Français susceptibles d’avoir inscrit ou d’inscrire leur enfant dans un établissement catholique justifient leur choix non seulement par la qualité qu’ils attribuent à l’enseignement dispensé (53%), mais aussi voire surtout par la discipline et l’autorité (58%) et par les valeurs morales (42%) qu’ils associent à ce type d’établissements – ces deux dernières dimensions étant tout particulièrement citées par les personnes catholiques (respectivement 62% et 48%). En revanche, très peu indiquent que leur choix repose principalement sur l’enseignement de la religion catholique (4%) ou sur le projet éducatif inspiré de l’évangile (2%).
  • Les Français n’envisageant pas personnellement d’inscrire leur enfant dans un établissement catholique semblent juger que le choix de l’enseignement catholique est un choix par défaut, dont les motivations principales sont la déception à l’égard de l’enseignement public (50%, soit de loin l’élément le plus cité), et la volonté de s’affranchir de la carte scolaire (32%), même si la question de la discipline et de l’autorité est également avancée (38%).

 

En savoir plus :

La note détaillée

L’ensemble des résultats

Share