Les Français et la proposition d’encadrement des loyers à la relocation Sondage Harris Interactive pour Century 21

Les Français et la proposition d’encadrement des loyers à la relocation

Sondage Harris Interactive pour Century 21

Enquête réalisée en ligne du 15 au 21 juin 2012. Echantillon de 1200 individus représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus, à partir de l’access panel Harris Interactive et d’un sur-échantillon de propriétaires bailleurs. Ces derniers ont été remis à leur poids dans l’échantillon global afin de conserver la significativité des résultats d’ensemble. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

Paris, le 28 juin 2012 – A la demande de Century 21, Harris Interactive a interrogé les Français et plus spécifiquement les propriétaires bailleurs sur leur perception de la proposition d’encadrement des loyers à la relocation faite le 4 juin par Cécile Duflot, ministre du Logement. Il s’agirait d’un dispositif mis en place par décret dans le but d’enrayer la crise du Logement et qui empêcherait les propriétaires d’augmenter le loyer demandé lors du passage à un nouveau locataire. Cette enquête comprenait donc des questions sur l’adhésion à cette proposition et les conséquences qu’elle pourrait avoir mais également sur la perception du rapport de force entre locataires et propriétaires aujourd’hui en France et les autres solutions envisageables pour résoudre la crise du Logement.

 

Que retenir de cette enquête ?

 

  • Près des trois quarts des Français sont favorables à la proposition (74%), dont 33% tout à fait favorables. Cette adhésion est néanmoins beaucoup plus forte parmi les locataires (87%) que les propriétaires bailleurs (63%).
  • 78% des Français pensent que cette mesure remplirait son rôle premier de frein aux loyers trop élevés et d’accession au parc locatif privé pour des ménages modestes (66%) mais qu’elle donnerait lieu à des formes de « rattrapage » de la part des propriétaires sur l’IRL (81%) et les travaux d’entretien et d’amélioration (55%). Plus d’un Français sur deux déclare par ailleurs que ce dispositif va décourager de nombreuses personnes d’investir dans des logements pour les louer (52%) et 42% déclarent même penser que cela va pousser certains propriétaires à vendre leur bien et donc diminuer le nombre de logements en location. De plus, une majorité de Français déclare que cette mesure ne permettra pas de réduire le nombre de loyers impayés (57%). Les conséquences anticipées de cette proposition sont donc à la fois positives et négatives.
  • Les propriétaires bailleurs interrogés déclarent majoritairement que cette mesure les amènerait à envisager d’appliquer plus systématiquement chaque année l’indice de référence des loyers (67% « oui ») mais pas à repousser ou abandonner des travaux dans les logements loués (59% « non ») et encore moins de vendre (67% « non ») ou de cesser de louer ceux-ci (71% de « non »).
  • Concernant le rapport de force entre propriétaires et locataires, les Français sont divisés. 35% déclarent que ce rapport est déséquilibré en faveur des propriétaires, 31% déséquilibré en faveur des locataires et 30% qu’il est équilibré. Les résultats à ces questions varient néanmoins fortement selon la situation avec une opposition relativement nette entre propriétaires bailleurs (47% « déséquilibré en faveur des locataires ») et locataires (51% « déséquilibré en faveur des propriétaires »).
  • Enfin, sur les autres solutions possibles pour lutter contre la crise du logement, les Français sont très nombreux à déclarer adhérer à la transformation des bureaux vides en logement (90%) et à la mise à disposition d’une partie des terrains de l’Etat afin d’y construire des logements (82%). L’accroissement du nombre de logements constructibles sur un même terrain convainc moins, avec 41% de Français « d’accord », dont seulement 14% « tout à fait d’accord ».

 

En savoir plus :

Share