Les Français et la « démocratie positive »

Etude Harris Interactive pour les Editions de l’Archipel

Paris, le 15 janvier 2014 – A la demande des Éditions de l’Archipel et à l’occasion de la sortie du livre de Gérard Mermet « Réinventons la France, Manifeste pour une Démocratie Positive », Harris Interactive a réalisé une étude afin d’’identifier la perception qu’ont les Français de la démocratie aujourd’hui en France. Les trois valeurs de la devise républicaine, « Liberté, Égalité, Fraternité » sont-elles bien appliquées dans notre société actuellement ? A qui les Français souhaiteraient-ils donner plus de pouvoir afin d’améliorer le fonctionnement de la démocratie ? Par quels moyens et dans quelle mesure aimeraient-ils participer à l’élaboration des politiques publiques ?

Que retenir de cette enquête ?

  • Selon une majorité de Français (56%), la liberté est bien appliquée en France, contrairement à la fraternité et à l’égalité. En effet, seuls environ deux Français sur dix estiment que ces deux valeurs sont bien appliquées (respectivement 23% et 19%) dans la société actuelle dont 3% « très bien appliquée ».
  • De plus, une profonde dichotomie se dessine entre, d’un côté, les Français qui déclarent que la démocratie fonctionne de façon satisfaisante en France (51%, dont 71% des sympathisants de Gauche et 57% des plus diplômés) et ceux qui pensent le contraire (47%, dont 75% des sympathisants du Front National et 56% des CSP-).
  • Plus de huit Français sur dix (83%) estiment qu’il faudrait donner plus de pouvoir aux citoyens pour améliorer le fonctionnement de la démocratie. Une majorité (56%) pense qu’il faudrait donner plus de pouvoir aux experts et un peu plus d’un tiers (38%) aux organisations syndicales de salariés. En revanche, 83% ne pensent pas que pour améliorer le fonctionnement de la démocratie, il faudrait donner plus de pouvoir aux syndicats patronaux d’une part, et aux responsables politiques d’autre part.
  • Enfin, d’une manière générale, les Français se déclarent disposés à participer davantage aux processus d’élaboration de politiques publiques. Plus particulièrement, au moins huit Français sur dix indiquent qu’ils souhaiteraient participer davantage en contrôlant la mise en œuvre des politiques et en jugeant de leur efficacité, en choisissant entre différentes propositions issues de concertations ou encore, en expérimentant de nouveaux modes de participation démocratique comme le vote électronique ou le budget participatif. Dans une moindre mesure (75%), ils souhaiteraient également participer davantage en répondant à des consultations, forums et autres formes de concertation publique (dans le monde « réel » ou sur internet). Enfin, proposer des idées en vue de l’élaboration de ces politiques publiques est le mode de participation le moins envisagé par les Français (69%). Si les Français font donc montre d’une forte envie de davantage prendre part aux politiques publiques, c’est donc davantage au moment du choix ou de l’évaluation, plutôt qu’au moment de leur conception.

En savoir plus :

Share

  • démocratie
  • Éditions de l’Archipel
  • français
  • Gérard Mermet