Les Français à la suite du rebondissement dans « l’affaire Dominique Strauss-Kahn » Sondage Harris Interactive pour Le Parisien Aujourd’hui en France

Les Français à la suite du rebondissement dans « l’affaire Dominique Strauss-Kahn »

Sondage Harris Interactive pour Le Parisien Aujourd’hui en France

Enquête réalisée en ligne du 1er juillet 2011 (à partir de 20h) au 2 juillet 2011. Echantillon de 1 000 individus représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

Paris, le 4 juillet 2011 – A la demande du Parisien- Aujourd’hui en France, Harris Interactive a réalisé une enquête auprès d’un échantillon représentatif de Français. Ce sondage a été réalisé après le rebondissement dans “l’affaire Strauss-Kahn”, marqué par les révélations du New York Times, la position du procureur Cyrus Vance et, au final, la libération sur parole de Dominique Strauss-Kahn, qui sont susceptibles de modifier la “donne” au sein du Parti Socialiste.

 

On le sait, les chefs d’accusation à l’encontre de Dominique Strauss-Kahn sont à ce jour maintenus. Quoi qu’il en soit, dès la journée de vendredi, un certain nombre de dirigeants socialistes, tout comme d’observateurs, s’interrogeaient sur les conséquences politiques de cet événement. Parmi celles-ci, deux questions, notamment, se posaient : faut-il ou non repousser la date limite de dépôt des candidatures à la primaire socialiste (dans l’état actuel, il est possible de déposer sa candidature jusqu’au 13 juillet, alors que la prochaine audience à laquelle assistera Dominique Strauss-Kahn devrait se dérouler cinq jours plus tard) ? Dominique Strauss-Kahn a-t-il encore un avenir politique en France ?

 

Il serait prétentieux de considérer qu’il est possible de répondre tout à fait à ces deux questions à travers cette seule enquête. Ce sondage, réalisé “à chaud”, après que l’ensemble des Français ait pu prendre connaissance de la décision du tribunal de New York, permet cependant d’esquisser des pistes de réponses :

  • Une courte majorité de sympathisant socialistes (55%) souhaite que la formation politique dont ils sont proches “aménage le calendrier de la primaire (…) le temps de permettre à la justice américaine de faire toute la lumière « sur l’affaire Dominique Strauss-Kahn »”. 44% de ces mêmes sympathisants ne le souhaitent pas. 51% des sympathisants de l’ensemble de la Gauche se déclarent également favorables à un tel aménagement. Les Français, dans leur ensemble, n’y sont pas favorables (43% répondant positivement, 49% négativement).
  • Une majorité relative de Français (49% contre 45% d’avis contraire) souhaite, “sans préjuger de son innocence ou de sa culpabilité, voir Dominique Strauss-Kahn revenir un jour sur la scène politique française“. Les sympathisants de Gauche (60%), et plus encore du Parti Socialiste (65%), adoptent la même attitude. On observera que seuls 10% des sympathisants socialistes ne le souhaitent pas du tout (22% de l’ensemble des Français), tandis qu’à l’inverse près d’un tiers des sympathisants du PS souhaite avec intensité (“oui, tout à fait”, 32%) que “DSK” revienne sur la scène politique française.

 

Comment analyser ces résultats ? Probablement en soulignant l’impact des attentes que les uns et les autres formulent à l’égard de Dominique Strauss-Kahn. On remarquera ainsi le lien étroit entre le souhait de voir l’ancien dirigeant du FMI reprendre un rôle politique en France et les réponses apportées à la question relative au calendrier de la primaire aménagée : 69% des personnes souhaitant le retour de “DSK” sur la scène politique nationale accueilleraient favorablement le report de la date limite de dépôt des candidatures tandis que les Français ne souhaitant pas que Dominique Strauss-Kahn revienne en politique y seraient défavorables, pour les trois quart d’entre eux.

 

En savoir plus :

Share