Les Européens et l’efficacité énergétique

Étude Harris Interactive pour SPIE

Enquêtes réalisées par internet du 07 au 15 octobre 2015. Échantillons nationaux représentatifs de 1000 personnes dans chacun des pays suivants : France, Allemagne, Belgique, Pays-Bas et Royaume-Uni. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle (pour la France) ou niveau de revenus (pour les autres pays) et région d’habitation.

Alors que la France s’apprête à recevoir la COP21 en décembre à Paris, SPIE a souhaité dresser un état des lieux de la notoriété et de la perception de l’efficacité énergétique en France, en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni (1). Ont-ils entendu parler de cette notion ? Comment la comprennent-ils ? Quelles sont les actions à mettre en place selon eux ? Considèrent-ils que leur pays est plutôt en avance, en retard ou au même niveau que les autres pays ? Qui sont les acteurs mobilisés et ceux qui devraient l’être à leurs yeux ? Personnellement, quel rapport ont-ils à la température intérieure ? Enfin, comment perçoivent-ils la COP21 ?

(1)Dans ce document, le terme « Européens » renvoie par conséquent au périmètre de l’étude, soit les Français, les Allemands, les Belges, les Néerlandais et les Britanniques.

Que retenir de cette enquête ?

    • Si la majorité des Français (68%), des Belges (68%) et des Néerlandais (60%) indique avoir entendu parler de l’efficacité énergétique, c’est surtout en Allemagne (92%) et au Royaume Uni (94%) que cette notion est la mieux connue.

 

    • Spontanément, les Européens associent surtout l’efficacité énergétique à l’isolation et dans une moindre mesure à l’énergie solaire, aux équipements à basse consommation et aux appareils intelligents de gestion de l’énergie. En assisté, ils évoquent avant tout la lutte contre le gaspillage énergétique.

 

    • Pour optimiser et réduire la consommation d’énergie, les Européens comptent en premier lieu sur le progrès technique, l’implication des citoyens et dans une moindre mesure une fiscalité incitative et un changement radical des modes de vie avec la décroissance, ils rejettent majoritairement à l’inverse l’idée d’une fiscalité punitive.

 

    • Les Allemands (52%) considèrent majoritairement que leur pays est en avance en matière d’efficacité énergétique alors que les Français se voient plutôt en retard (51%) et les autres pays dans la moyenne.

 

    • Les Européens se disent aujourd’hui attentifs à la consommation d’énergie dans les lieux qu’ils fréquentent et jugent notamment que les magasins et les bâtiments publics sont trop chauffés. Ils situent en revanche majoritairement la température intérieure idéale au-dessus de 19°, norme recommandée par l’ADEME en France, mais se déclarent prêts à suivre des recommandations en la matière.

 

    • Pour les Européens, une meilleure gestion de l’énergie s’appuiera avant tout sur les citoyens et passera dans les bâtiments par l’amélioration de l’isolation, l’installation de dispositifs d’économies d’énergie et la sensibilisation des utilisateurs, le développement du recours aux énergies est peu mobilisé par les Européens.

 

  • La COP21 bénéficie d’une meilleure notoriété auprès des Français et dans une moindre mesure des Allemands, néanmoins tous les Européens déclarent majoritairement qu’il s’agit d’un événement majeur qui les intéresse mais s’interrogent sur ses conséquences concrètes.

En savoir plus

Le rapport

La note détaillée

Share

  • Allemagne
  • Belgique
  • COP21
  • efficacité énergétique
  • Européens
  • France
  • Pays-Bas
  • Royaume-Uni
  • SPIE