Les classes moyennes, les nouveaux sacrifiés ?

Etude Harris Interactive pour l’émission « Capital » de M6

Dans le cadre de l’émission « Capital » diffusée dimanche 7 septembre au soir sur M6, Harris Interactive a interrogé les Français sur leur niveau de vie actuel en isolant les réponses des classes moyennes par rapport aux catégories supérieures et aux catégories populaires : Comment perçoivent-elles leur situation financière actuelle ? Jugent-elles la politique du Gouvernement comme plutôt juste ou injuste à leur égard ? Enfin, ont-elles le sentiment de mieux vivre ou moins bien vivre que les générations précédentes et qu’anticipent-elles pour les générations à venir ?

Que retenir de cette enquête ?

  • Interrogés sur leur situation financière actuelle, les Français se montrent partagés : 50% se déclarent « à l’aise » contre 49% « en difficulté ». Les perceptions diffèrent nettement selon la catégorie sociale d’appartenance puisque 83% des membres des classes supérieures se disent « à l’aise » contre 55% des classes moyennes et 23% des catégories populaires.
  • En revanche, les Français font majoritairement part du sentiment d’avoir un moins bon niveau de vie qu’il y a quelques années, quelle que soit leur catégorie d’appartenance (60%, contre 12% qui estiment au contraire avoir un meilleur niveau de vie et 27% qui évoquent davantage une continuité). Le constat d’une dégradation est néanmoins plus présent parmi les moins fortunés (68% des catégories populaires contre 58% des classes moyennes et 50% des catégories supérieures).
  • Au global, la plupart des Français (74%) estiment que la politique du Gouvernement est plutôt injuste envers les personnes comme eux, qu’ils ne reçoivent pas suffisamment (services publics, prestations sociales…) par rapport à leur contribution (impôts, cotisations…), quand 23% jugent au contraire cette politique plutôt juste. Encore une fois, les classes moyennes (74%) et a fortiori les classes populaires (78%) apparaissent sur cette question un peu plus négatives que les classes supérieures (68%).
  • Un peu plus d’un Français sur deux (55%) déclarent vivre moins bien que les générations précédentes et plus de sept sur dix (72%) anticipent que les générations futures vivront encore moins bien que la leur. Sur cette question on remarque que les classes moyennes sont les plus pessimistes pour l’avenir. A noter également des différences en fonction de l’âge : les Français de 65 ans et plus sont en effet plus nombreux à avoir l’impression qu’ils vivent mieux que leurs parents, tandis que les plus jeunes perçoivent davantage une dégradation sur ce point.

En savoir plus :

Share