Les attentes des catégories populaires Sondage Harris Interactive pour L’Humanité Dimanche

Les attentes des catégories populaires

Sondage Harris Interactive pour L’Humanité Dimanche

Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 janvier 2012. Echantillon de 639 individus membres des catégories populaires (actifs employés ou ouvriers, retraités anciens employés ou ouvriers et chômeurs employés ou ouvriers) issus d’un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

Paris, le 26 janvier 2012 – A la demande de L’Humanité Dimanche, Harris Interactive a réalisé un sondage auprès des membres des catégories populaires (qu’ils soient actifs ou retraités) afin d’identifier les dossiers qui leur apparaissent prioritaires aujourd’hui, et de mesurer leur confiance dans la capacité des candidats à l’élection présidentielle et des formations politiques à répondre à ces différents dossiers.

 

Que retenir de cette enquête ?

 

  • Le chômage, le système social et le pouvoir d’achat constituent les trois domaines d’actions qui devraient le plus constituer, selon les membres des catégories populaires, des priorités dans les mois et années à venir.

graph_Huma_26012012

 

  • A quelques mois de l’élection présidentielle, les membres des catégories populaires font preuve d’une faible confiance dans les responsables politiques : en effet, invités à désigner le candidat (à l’élection présidentielle) ou le parti politique (dans le cadre des prochaines élections législatives) le plus capable de faire face aux différents sujets, ils donnent en général comme première réponse « aucun ». Combinés à des taux importants de répondants ne se prononçant pas, ces chiffres traduisent une forte désaffection à l’égard de ce qu’ils peuvent dénommer la « classe politique » en général et/ou une faible croyance en sa capacité à changer réellement les choses dans un contexte économique très dégradé.
  • En outre, il ne semble guère exister aujourd’hui au sein des catégories populaires de prisme de lecture unifié ou de « cohérence idéologique », au sens où très peu de répondants désignent sur tous les thèmes toujours le même candidat ou la même formation politique. Cet éclatement des réponses traduit l’absence aujourd’hui de réflexe partisan, pas tant remplacé par de l’opportunisme politique que par une lecture moins évidente de l’espace politique, espace où les frontières apparaissent de plus en plus brouillées : l’exécutif de Droite pouvant reprendre à son compte des idées étiquettées de Gauche (comme la taxe financière) ou la Gauche pouvant chercher à s’emparer de thématiques traditionnellement marquées à Droite (comme la sécurité). En revanche, les répondants font relativement peu de différences entre les capacités du candidat et celles de la formation politique qu’il représente.
  • En dépit de ces remarques, l’on voit apparaître des tendances associant plus ou moins des thématiques à un candidat / une formation politique. François Hollande et le Parti Socialiste apparaissent comme les plus à même à répondre aux principales attentes des catégories populaires, en créant des emplois, en sauvegardeant le système de protection sociale française et en améliorant le pouvoir d’achat des Français. Sur ces trois points, il devance légèrement Marine Le Pen et le Front National, tandis que la confiance dans l’actuel Président apparaît fortement érodée. François Hollande et le Parti Socialiste sont également présentés comme les mieux placés concernant l’éducation, le logement et la réduction des inégalités sociales. En revanche, Nicolas Sarkozy conserve le « leadership » sur les questions de réduction des déficits (à égalité avec Marine Le Pen), la sauvegarde de l’euro et la promotion d’une Europe forte. Pour ces trois tâches, l’UMP est également désignée comme la formation politique la plus en mesure de présenter des députés compétents aux prochaines élections législatives. Quant à Marine Le Pen, elle est perçue par les catégories populaires comme celle étant la plus capable de comprendre la « réalité des gens » comme eux et il s’agit d’une dimension importante dans la structuration du vote, mais également la plus en mesure d’assurer la sécurité des biens et des personnes, devant Nicolas Sarkozy et François Hollande à égalité. Eva Joly et le mouvement Europe-Ecologie / Les Verts conservent le primat en ce qui concerne la protection de l’environnement.

 

En savoir plus :

Share