Le rôle attribué à l’État et aux pouvoirs publics face aux fermetures d’entreprises

Sondage Harris Interactive pour L'Humanité Dimanche

Enquête réalisée en ligne du 5 au 7 décembre 2012. Echantillon de 1199 individus représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

Paris, le 14 décembre 2012 – A la demande de L’Humanité Dimanche, Harris Interactive a réalisé un sondage auprès des Français sur le rôle que doivent selon eux jouer l’État et les pouvoirs publics face aux fermetures d’entreprises : doivent-ils intervenir pour empêcher ces fermetures ou n’est-il pas de leur ressort d’intercéder ainsi dans la sphère économique ? Sans prétendre saisir la complexité de ce sujet et appréhender la capacité perçue de l’État à mener à bien cette mission, cette étude souhaitait déterminer la position des Français sur cette question de principe.

 

Trois-quarts des Français estiment que l’État et les pouvoirs publics doivent intervenir pour empêcher la fermeture des entreprises

 

Face à cette question, une très large majorité de Français (75%) considère que l’Etat et les pouvoirs publics sont dans leur rôle quand ils tentent d’empêcher la fermeture d’entreprises, ce chiffre démontrant l’importance accordée à l’Etat régulateur en France. Les femmes (78%), les personnes âgées de 35 à 49 ans (80%), les catégories populaires (82%) et les peu ou pas diplômés (83%) sont les plus nombreux à tenir cette position. Un quart estime en revanche qu’ils n’ont pas à le faire, cette opinion, bien que minoritaire, étant plus répandue parmi les hommes (28%), les plus âgés (34% des personnes de 65 ans et plus), les cadres et professions libérales (34%), les plus diplômés (37%) et les plus aisés (42%).

 

graph_humadim_14122012

Les ressorts du positionnement sur cette question de principe interrogeant la légitimité d’intervention du politique dans la sphère économique se révèlent avant tout partisans. Ainsi, 90% des sympathisants d’Extrême-Gauche et de Gauche, 90% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et 83% des électeurs de François Hollande au premier tour de l’élection présidentielle de 2012 soutiennent l’idée que l’Etat et les pouvoirs publics doivent intervenir pour prévenir la fermeture d’entreprises. Les sympathisants d’Extrême-Droite défendent très largement la même position, à hauteur de 80%. En revanche, les sympathisants de Droite sont plus mitigés, 56% estimant qu’il s’agit là d’une mission pouvant incomber aux pouvoirs publics quand en revanche, 44% étant d’avis contraire (59% contre 41% parmi les anciens électeurs de Nicolas Sarkozy). Si on ne peut au sein de notre pays opposer des sympathisants de Droite libéraux refusant tout interventionnisme de l’Etat et des sympathisants de Gauche accordant la priorité au politique sur l’économique, on observe toutefois des opinions plus ou moins tranchées en fonction de la sympathie partisane.

En savoir plus :

La note détaillée 

L’ensemble des résultats

Share

  • Droite
  • élection présidentielle
  • Etat
  • Extrême-Droite
  • Extrême-Gauche
  • français
  • françois hollande
  • Gauche
  • interventionnisme
  • Jean-Luc Mélenchon
  • l’Humanité Dimanche
  • Nicolas Sarkozy