Le regard des Français sur l’organisation du second tour des élections municipales

Enquête Harris Interactive pour LCI

Enquête réalisée en ligne le 22 mai 2020 (après la conférence de presse d’Édouard Philippe pour annoncer l’organisation du second tour des élections municipales le 28 juin 2020). Échantillon de 1 222 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région d’habitation de l’interviewé(e).

 

Suite à la conférence de presse tenue par Édouard Philippe portant sur la date retenue pour le second tour des élections municipales, Harris Interactive a interrogé les Français (échantillon représentatif de 1 222 personnes) afin de mesurer leurs réactions :

 

Télécharger le rapport

 

  • 54% des Français affirment comprendre cette décision du gouvernement, quand 46% indiquent qu’ils ne la comprennent pas. La compréhension est légèrement moindre parmi les habitants des communes directement concernées par ce second tour (52%). Pour rappel, le dimanche 15 mars, seuls 46% des Français affirmaient comprendre le maintien du premier tour ;
  • Parmi les personnes inscrites sur les listes électorales dans une commune concernée par le second tour, 56% se déclarent certaines d’aller voter et seulement 35% tout à fait certaines. Rappelons toutefois que l’intention déclarée de voter ne suffit pas à anticiper avec précision la participation effective et que le taux national de participation au premier tour était inférieur à 45%.

Dans le détail, les personnes âgées de 65 ans et plus déclarent plus que les autres qu’elles iront voter (62% certains dont 48% tout à fait certains) tandis que – comme dans le cadre du premier tour – les personnes âgées de 35 à 49 ans sont moins enclines à se déplacer. Politiquement, les électeurs proches de La République En Marche (82%) comme des Républicains (67%) ou encore EELV (64%) affirment plus que les autres qu’ils iront voter. De leur côté, seuls un électeur sur deux proche du PS ou 41% de ceux de la France Insoumise indiquent avec certitude qu’ils se déplaceront le 28 juin prochain ;

  • Parmi les 44% d’inscrits « pas certains » d’aller voter, les principales réticences sont liées à la crise sanitaire: parce qu’ils ont peur d’être eux-mêmes contaminés (54%), mais aussi parce que le contexte ne permettrait pas aux candidats de présenter leur projet (33%). 28% voient également dans le fait de ne pas aller voter une manière d’exprimer leur mécontentement à l’égard de l’exécutif.
  • 50% des inscrits sur les listes électorales dans les communes concernées considèrent qu’ils prendraient un risque élevé en se rendant dans leur bureau de vote le 28 juin, si l’élection était maintenue. Cette crainte est partagée de façon relativement homogène par toutes les catégories de population, à l’exception des seniors, qui envisagent presque paradoxalement le risque comme plus faible (59%).
  • La crise sanitaire et le rôle des maires, notamment dans la distribution de masques, ont-ils modifié l’importance que les Français attribuent à leurs édiles municipaux? Pas fondamentalement, puisque 55% estiment que cela n’a rien changé à leur regard. Mais plus d’un tiers (35%) affirment toutefois qu’ils perçoivent désormais les mairies comme jouant un rôle plus important que par le passé.
  • À chaud, on n’observe pas d’incidence majeure de cette annonce sur la perception de l’action gouvernementale en général. 36% des Français jugent toujours que le gouvernement a été à la hauteur de la situation face au coronavirus. Et la moitié des Français (49%) continue à estimer que le gouvernement n’a pas pris des mesures suffisamment importantes depuis le départ de la crise sanitaire. Soit deux mesures quasi-identiques à celles recueillies il y a quinze jours.

 

Télécharger le rapport

 

Share

  • élections municipales
  • LCI