Le regard des Français sur les relations franco-chinoises

Etude Harris Interactive pour Ella Factory

Paris, le 13 Février 2014 – A la demande d’Ella Factory, et à l’occasion du 50ème anniversaire des relations diplomatiques franco-chinoises, Harris Interactive a réalisé une étude afin d’identifier la perception par les Français des relations tissées entre les deux pays : comment qualifient-ils les relations économiques, diplomatiques ou culturelles entre la France et la Chine ? Ce pays leur apparait-il plutôt comme un allié ou une menace au plan économique ? Développer les relations commerciales et industrielles avec les Chinois leur semble-t-il plutôt une opportunité de conquérir de nouveaux marchés et une réponse aux besoins des consommateurs, ou plutôt un risque de voir les emplois français détruits et nos technologies copiées ? Sont-ils favorables ou opposés à l’apprentissage du mandarin à l’école en France, aux clauses de transferts de compétence ou encore à l’augmentation des droits de douane sur les produits chinois ?

Que retenir de cette enquête ?

  • 79% des Français estiment que la France et la Chine entretiennent de bonnes relations culturelles, 68% de bonnes relations diplomatiques et 60% de bonnes relations économiques, sans toutefois qu’aucun type de relations ne soit majoritairement qualifié de « très bon ». 38% portent un regard négatif sur les relations d’ordre économique : sur ce point précis, 70% considèrent même que la Chine représente plutôt une menace pour la France, contre seulement 29% une alliée.
  • Plus des trois-quarts des Français craignent en effet que développer les relations, contrats et échanges économiques avec la Chine constitue « un risque que les Chinois copient notre savoir-faire, nos technologies » (79%) ainsi qu’ « une menace pour les emplois en France » (76%). Cette dernière appréhension est particulièrement exprimée par les membres des catégories populaires et les moins diplômés. Craignant que la France ne perde le profit de savoir-faire et technologies propres, 58% des Français se déclarent opposés au fait d’accepter des clauses de transferts de compétences pour gagner des contrats en Chine.Et ils se montrent très partagés concernant la perspective d’une plus grande production des entreprises françaises en Chine : 50% y sont favorables, quand 49% font part de leur opposition. Réciproquement, 49% sont favorables au fait de faciliter les investissements chinois en France quand 50% s’y montrent défavorables.
  • Cependant, plus de sept Français sur dix estiment dans le même temps que le développement des relations franco-chinoises signifie également plus « d’opportunités de conquérir de nouveaux marchés, des débouchés plus importants pour les entreprises françaises » (73%) quand près d’un sur deux estime qu’il s’agit d’ « une réponse aux besoins et au pouvoir d’achat des consommateurs en France » (48%). Sur le premier point, 57% des Français indiquent par exemple être favorables à la construction par la France de nouvelles tranches d’EPR en Chine. Et sur le second point, notons que si seuls 48% des Français estiment que les relations économiques avec la Chine améliorent aujourd’hui leur pouvoir d’achat, 77% se déclarent favorables à l’augmentation des droits de douane sur les produits importés de Chine en France.
  • Enfin, notons que seuls 21% des Français indiquent de manière générale faire confiance aux produits « Made in China ». Les personnes âgées de 50 ans ou plus sont les plus nombreuses à déclarer ne pas accorder leur confiance aux produits en provenance de ce pays.

En savoir plus :
La note détaillée
L’ensemble des résultats

Share