Le regard des Français sur les prochaines élections européennes

Etude Harris Interactive pour LCP et Le Parisien

Dans la perspective des prochaines élections européennes, Harris Interactive réalise pour LCP-AN et Le Parisien la première vague d’une enquête barométrique auprès d’un échantillon représentatif de Français. Ce baromètre permettra de suivre les intentions de vote exprimées par les Français dans la perspective de ces élections européennes.

A l’occasion de cette première enquête, réalisée du 2 au 5 mai, Harris Interactive a interrogé plus spécifiquement les électeurs sur leur connaissance des institutions européennes, sur les conséquences qu’ils anticiperaient d’un hypothétique changement de majorité au Parlement Européen, ainsi que sur l’intérêt global pour la France de faire partie de l’Union européenne.

Que retenir de cette enquête ?

  • Les Français reconnaissent sans peine leur faible connaissance des institutions de l’Union européenne. Ainsi, un Français sur deux (49%) déclare ne pas savoir si la majorité du Parlement Européen est de Droite ou de Gauche. Seuls 35% jugent – à raison – qu’elle est de Droite, quand 15% pensent au contraire qu’elle est de Gauche. De même, le nom de l’actuel Président à la Commission Européenne est peu connu par les Français : 68% des personnes interrogées déclarent ne pas le connaître, quand seulement 30% affirment le connaître. Soulignons toutefois que, parmi les personnes indiquant qu’elles connaissent le nom du Président de la Commission (30%), la grande majorité d’entre elles (26%) restituent effectivement le nom de José Manuel Barroso, quand seulement 4% se trompent en indiquant le nom d’autres responsables européens (principalement Martin Schulz ou Herman Van Rompuy).
  • De façon générale, les hommes et les personnes les plus diplômées déclarent mieux connaître les institutions européennes que les femmes et les personnes indiquant ne se sentir proches d’aucune formation politique particulière. Sur la question spécifique de la majorité parlementaire européenne, notons que son orientation à Droite est beaucoup mieux connue par les sympathisants de Gauche (54%, contre 35% en moyenne). Cette majorité de Droite est sans doute mieux mémorisée par les sympathisants de Gauche car elle leur permet de justifier une forme de défiance à l’égard des institutions européennes dans leur état actuel.
  • Si la majorité du Parlement européen venait à passer de Droite à Gauche, la plupart des Français (61%) estiment que cela que cela ne changerait pas la politique européenne. Ce diagnostic est particulièrement partagé par les électorats de Debout la République (83%) et du Front National (75%). Si les Français ne sont que 37% à juger qu’un changement de majorité modifierait la politique européenne, ce jugement est largement majoritaire parmi les électorats du Parti socialiste (78%) mais aussi du Front de Gauche (64%). A nouveau, les personnes proches de la Gauche semblent associer une critique des institutions européennes à la majorité de Droite qui siège actuellement au Parlement Européen.
  • Au final, les Français sont partagés quant à savoir si la France a intérêt, ou non, à faire partie de l’Union européenne. Un peu plus d’un tiers des personnes interrogées (36%) estime que la France est dans l’ensemble plutôt bénéficiaire, ce sentiment étant majoritaire parmi l’électorat des formations politiques historiquement pro-européennes : le Parti socialiste (64%), Europe Ecologie (56%), l’alliance centriste MoDem/l’UDI (74%) et l’UMP (53%). A l’inverse, 28% des Français jugent que la France est au final plutôt perdante, opinion nettement plus répandue que la moyenne parmi les électeurs de partis eurosceptiques comme Debout la République (52%) ou le Front National (66%), mais aussi, dans une moindre mesure, parmi l’électorat du Front de Gauche (37%). Enfin, 34% des Français déclarent que la France ne perd ni ne gagne à être dans l’Union européenne.
  • A moins de 3 semaines du scrutin, le Front National (22%) et l’UMP (21%) arrivent en tête des intentions de vote exprimées, devançant nettement le Parti socialiste (17%). Ce dernier est notamment concurrencé par les scores réalisés par deux autres forces de Gauche : Europe Ecologie d’une part (9% des suffrages) et le Front de Gauche d’autre part (8%). Les listes soutenues par l’Alternative MoDem/UDI recueillent 9% des intentions de vote exprimées. Aucune autre force politique ne recueille plus de 3% des suffrages, qu’il s’agisse de Debout La République (3%), de partis d’extrême-Gauche comme Lutte Ouvrière (2%) ou le NPA (2%), de formations politiques récentes comme Nouvelle Donne (2%) ou Nous Citoyens (1%), ou encore des listes Cap21 (moins de 1%) et du Parti Chrétien Démocrate (moins de 1%). 4% des Français exprimant une intention de vote font part de leur préférence envers une autre liste que celles évoquées ci-dessus.

Retrouvez tous les résultats dans notre rapport.

En savoir plus :

Share