Le regard des Français sur le vote obligatoire

Etude Harris Interactive pour la Fondation Jean Jaurès

Paris, le 16 avril 2015 – Dans le cadre de la mission confiée par le Président de la République à ceux de l’Assemblée Nationale et du Sénat visant à formuler des pistes permettant le renouveau de l’engagement citoyen et du sentiment s’appartenance républicaine, la Fondation Jean Jaurès, partie prenante de cette réflexion collective, a demandé à Harris Interactive de sonder le regard que les Français peuvent porter sur le vote obligatoire. Entre attrait d’un modèle appliqué dans certains pays étrangers et prudence face à une réforme qui remettrait en cause la nature volontaire de cet engagement citoyen particulier, Harris Interactive a soumis plusieurs hypothèses au jugement des citoyens français.

Que retenir de cette enquête ?

  • Alors que la France, comme nombre de pays occidentaux, est aux prises avec une crise croissante de sa démocratie représentative, certains voient en l’application d’une mesure rendant le vote obligatoire une solution pour améliorer l’engagement citoyen et l’appartenance républicaine en France.
  • D’une manière générale, et sans autre précision sur ses modalités d’application, les Français apparaissent pour 56% d’entre eux favorables au vote obligatoire (26% tout à fait favorables), contre 44% y étant opposés. Dans le détail, cette mesure recueille tout particulièrement les faveurs des plus âgés(66% des plus de 65 ans), des sympathisants du Parti socialiste (63%) et de l’UMP (64%). A l’inverse, les plus mitigés se comptent parmi les personnes âgées de 25 à 34 ans (51%) et les CSP+ (48%). Lorsque la proposition d’instaurer un vote obligatoire est assortie de la reconnaissance du vote blanc au même titre que les autres votes exprimés, la proportion des Français favorables à cette réforme s’élève à 67%, et plus encore parmi les plus âgés (75%).

  • Les Français se montrent favorables, dans des proportions similaires (54%), à l’éventualité de voir leurs concitoyens ne se conformant pas à cette nouvelle obligation être sanctionnés (et jusqu’à 69% des personnes âgées de plus de 65 ans), contre 46% s’y disant opposés. Dans le détail, les personnes appelant de leurs vœux des sanctions contre les contrevenants à la règle du vote obligatoire souhaitent avant tout que soient formulées des sanctions sous forme de travaux d’intérêt général (76%, dont plus d’un tiers tout à fait favorable) et 66% sous forme d’amendes, sans qu’il y ait de différences très marquées entre catégories de population.
  • Dans les mêmes proportions, les Français anticipent une telle mesure efficace (à 53%), notamment les plus âgés (65%), qui, nous l’avons vu, ont une appétence particulière pour cette proposition, contre 47% ne croyant pas en l’efficacité d’un tel projet.

En somme, cette césure reflète celle constatée lorsqu’est interrogée l’appétence pour l’instauration du vote obligatoire, mesure néanmoins jugée plus favorablement lorsque qu’elle est présentée en concomitance avec la reconnaissance du vote blanc parmi les suffrages exprimés.

En savoir plus :

 

 

 

 

 

Share

  • français
  • vote obligatoire