Le regard des Français sur le système de collecte et de tri des déchets Sondage Harris Interactive pour l’Assemblée des Communautés de France et Suez Environnement

Le regard des Français sur le système de collecte et de tri des déchets

Sondage Harris Interactive pour l’Assemblée des Communautés de France et Suez Environnement

Enquête réalisée en ligne du 5 au 12 octobre 2011. Echantillon de 997 individus représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

Paris, le 1er décembre 2011 – Dans le cadre des 14èmes « Rencontres Environnement et Intercommunalité » sur la responsabilité élargie du producteur, organisées le 30 novembre 2011, l’Assemblée des Communautés de France et Suez Environnement ont chargé Harris Interactive de réaliser une étude sur la façon dont les Français perçoivent le système de collecte et de tri des déchets, et sur les améliorations qui leur semblent envisageables afin de perfectionner le fonctionnement global de ce système.

 

Que retenir de cette enquête ?

 

  • De façon générale, cette enquête montre que le tri des déchets est globalement perçu de façon très positive par l’ensemble des Français. Soulignons par exemple que 88% des Français estiment que leurs efforts pour trier leurs déchets valent la peine au regard de ce que cela apporte à la société, quand 97% jugent même « nécessaire » le système actuellement en place dans leur commune pour la collecte et le tri de leurs déchets. Notons néanmoins que ce consensus ambiant peut parfois pousser les répondants à revendiquer des efforts plus importants que ceux qu’ils mettent en œuvre en réalité.
  • Dans l’esprit des Français, le tri des déchets est indissociable de considérations environnementales ou écologiques. Ainsi, les Français jugent le tri des déchets important avant tout parce que le recyclage est bénéfique pour l’environnement (réponse la plus citée, à 59%). De même, les personnes indiquant trier régulièrement leurs emballages ou leurs verres déclarent principalement qu’ils le font pour protéger l’environnement (respectivement 59% et 57% des réponses spontanées).
  • Les Français ne perçoivent pas le tri des déchets comme une contrainte rédhibitoire sur leur mode de vie : cette pratique semble être entrée dans les mœurs. Ainsi, seuls 2% des Français ont le sentiment de faire trop d’efforts pour trier leurs déchets. De façon plus projective, les Français se déclarent majoritairement prêts à rapporter eux-mêmes certains produits (meubles, produits toxiques, produits coupants ou tranchants) dans des points de collecte spécifiques : si ces éléments déclaratifs doivent être pris avec précaution, on constate néanmoins que les Français se montrent ouverts au principe de tri accru et qu’ils ne rejettent pas cette perspective d’emblée.
  • Les Français connaissent mal les différents acteurs et vecteurs d’information intervenant dans le tri : seule la commune est spontanément identifiée par les citoyens dans ce système complexe. S’ils déclarent en apparence que l’information dont ils disposent est claire (78%) et suffisante (66%), ils ont du mal à citer le support qu’ils utilisent pour s’informer : avec 22% seulement de citation spontanée, le journal municipal est pourtant le support le plus mentionné. Ce déficit d’information se retrouve également dans la connaissance imparfaite des coûts induits pour les collectivités : les Français sont ainsi partagés sur la question de savoir si le système actuel est coûteux pour leur mairie (52% oui, 45% non).
  • Pour les inciter à trier davantage, les Français estiment qu’il faudrait d’abord rendre le système actuel plus pratique et plus facilement accessible pour tous (que ce soit en mettant davantage de moyens collectifs à disposition – 43% de citation – ou en généralisant la collecte en porte-à-porte – 32%), puis qu’il faudrait développer des incitations financières et fiscales (35%), et enfin qu’il faudrait améliorer l’information, que ce soit en termes de visibilité sur le fonctionnement du système (24%) ou de clarification des consignes de tri (22%).
  • Enfin, soulignons que les habitants des communes rurales indiquent généralement trier plus fréquemment leurs déchets que les habitants des plus grandes agglomérations, et se disent plus satisfaits des systèmes en place. Ainsi, les habitants des plus grandes agglomérations, qui n’identifient pas de déchetterie à proximité de chez eux, portent un regard plus négatif sur l’état actuel du système. Dans ces grandes agglomérations, on peut suggérer l’hypothèse que l’absence de contact avec une déchetterie, cumulée à une collecte des déchets dans des locaux à poubelles partagés, constitue un obstacle à la transparence et l’accessibilité du tri, qui sont pourtant des leviers essentiels de l’adhésion des populations aux politiques publiques.

 

En savoir plus :

Share