Le regard des Français sur la taxation des allocations familiales et chômage, ainsi que des retraites

Le regard des Français sur la taxation des allocations familiales et chômage, ainsi que des retraites

Etude Harris Interactive pour LCP

Enquête réalisée en ligne les 19 et 20 février 2013. Echantillon de 1 328 individus représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

Paris, le 21 février 2013 – Suite aux déclarations de Didier Migaud, premier président de la Cour des Comptes, estimant que la fiscalisation des allocations familiales et des pensions de retraite pouvait être une piste pour augmenter les recettes de l’Etat, LCP a sollicité Harris Interactive afin de mesurer le degré d’acceptabilité de différentes mesures touchant les allocations familiales et de chômage ainsi que les retraites. Bien que sensibles à l’argument de la nécessité de rééquilibrer les comptes publics1 , les Français n’apparaissent pas aujourd’hui prêts à accepter toutes les solutions pour y parvenir, et indiquent ainsi être majoritairement réfractaires à toute mesure qui se traduirait par une hausse de l’imposition.

 

Que retenir de cette enquête ?

 

  • Si les Français sont majoritairement favorables au fait de repenser le système de distribution des allocations familiales, aujourd’hui accordées à l’ensemble des foyers sans distinction de ressources, 55% se déclarent opposés à l’idée de les fiscaliser en les intégrant dans les revenus du foyer soumis aux impôts.

graph_lcp_21022013

 

  • La question de l’accélération de la dégressivité des allocations chômage, également soulevée il y a peu par la Cour des Comptes, suscite un regard critique de la part de la population : ainsi, 58% des Français déclarent y être opposés. En revanche, la proposition d’abaisser le plafond d’indemnisation, et par conséquent les allocations chômage les plus élevées, ou encore celle de durcir les conditions selon lesquelles les chômeurs peuvent refuser une offre de Pôle Emploi obtiennent plutôt l’adhésion des Français (respectivement 65% et 60%). Toutefois, ces chiffres cachent de fortes disparités entre les sympathisants de Droite qui soutiennent largement ces perspectives et la majorité des sympathisants de Gauche, qui s’y montre opposée.
  • Enfin, ce sont les solutions envisagées sur les retraites qui rencontrent le plus l’opposition des Français : ni l’allongement de la durée de cotisation (50% opposés), ni l’augmentation des cotisations (62%), ni le gel des retraites (66%) ou encore leur soumission à un taux de CSG semblable aux revenus du travail (70%) n’apparaissent comme des solutions acceptables aux yeux des Français.

 

En savoir plus :

La note détaillée

L’ensemble des résultats

Share

  • allocations familiales
  • chômage
  • cotisations
  • CSG
  • Didier Migaud
  • français
  • LCP
  • Pôle Emploi
  • président de la Cour des Comptes
  • retraites
  • sympathisants de Droite
  • sympathisants de Gauche