Le regard des Français sur la crise écologique et la crise économique Sondage Harris Interactive pour la Fondation Nicolas Hulot

Le regard des Français sur la crise écologique et la crise économique

Sondage Harris Interactive pour la Fondation Nicolas Hulot

 

Enquête réalisée en ligne du 4 au 6 avril 2012. Echantillon de 1 399 individus représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

Paris, le 12 avril 2012 – A la demande de la Fondation Nicolas Hulot, et alors que la campagne présidentielle s’intensifie à l’approche du premier tour, Harris Interactive a interrogé les Français sur le diagnostic qu’ils émettent et les corrélations qu’ils identifient au sujet de deux « crises » : la crise économique d’une part et la crise écologique d’autre part. Il s’agissait d’identifier le degré de préoccupation des Français à l’égard de ces deux crises et d’appréhender les convergences qu’ils dressent dans la mise en place de mesures visant à lutter contre ces deux phénomènes.

 

Que retenir de cette enquête ?

 

  • Plus de huit Français sur dix (84%) se déclarent préoccupés par la crise écologique, et préconisent d’abord l’investissement dans la recherche pour y faire face (80% jugent que cette solution serait efficace), avec le sentiment qu’un meilleur respect de l’environnement pourrait permettre de créer des emplois (75% d’accord, dont 24% « tout à fait d’accord »). 61% des Français estiment également qu’une meilleur régulation du système économique et financier pourrait contribuer efficacement à la lutte contre la crise économique.

graph_fnh_12042012

 

  • Néanmoins, les Français se refusent à accorder une priorité exclusive à la crise écologique dans l’action politique (seulement 4% des réponses), et souhaitent en majorité que le prochain Président tienne compte dans son action avant tout de la crise économique et de ses conséquences sociales (38%) ou des deux crises (55%).

 

  • Une très nette majorité de Français juge que le système financier actuel n’est pas viable sur le long terme (81%) et qu’il doit être réglementé (80%), les personnes interrogées s’accordant avant tout sur la nécessité de lutter contre les paradis fiscaux et la spéculation.

 

En savoir plus :

Share