Le regard des Français, et notamment des classes moyennes, sur la fiscalité

Le regard des Français, et notamment des classes moyennes, sur la fiscalité

Etude Harris Interactive pour Marianne

Enquête réalisée en ligne les 19 et 20 février 2013. Échantillon de 1 328 individus représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

Paris, le 22 février 2013 – A la demande de Marianne, Harris Interactive a réalisé une enquête auprès des Français concernant la politique fiscale mise en œuvre par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault : estiment-ils que cette politique est juste ou non ? Si la répartition des impôts est jugée inéquitable, quelles sont les catégories de population les plus sollicitées selon les Français ? Les « classes moyennes », qu’elles soient définies objectivement ou subjectivement, ressentent-elles particulièrement une forme de pression fiscale ? Plus généralement, les Français ont-ils le sentiment que la politique menée par le gouvernement actuel améliore ou non leur situation ? Et rétrospectivement, quel regard portent-ils sur l’action déployée par le gouvernement précédent ?

 

Que retenir de cette enquête ?

 

  • Deux Français sur trois (66%) estiment faire partie de ce que l’on appelle les « classes moyennes », ce sentiment étant paradoxalement particulièrement répandu parmi les personnes appartenant de fait1 aux catégories supérieures (79%).
  • Les Français estiment très majoritairement que les classes moyennes (74%) – bien davantage que les catégories aisées (20%) – sont les principales contributrices de l’effort fiscal. Au regard de leur sentiment majoritaire d’appartenir eux-mêmes aux classes moyennes, ces Français expriment sans doute leur sensation d’être personnellement fortement sollicités en matière fiscale.
  • Plus précisément, les Français estiment majoritairement (63%) payer trop d’impôts par rapport aux personnes plus fortunées qu’eux-mêmes, mais une minorité juge payer trop d’impôts par rapport aux personnes disposant de revenus inférieurs (40%) – à l’exception des sympathisants de Droite (52%), qui semblent juger insuffisante la contribution apportée par les personnes plus modestes qu’eux.
  • Au global, plus de huit Français sur dix (83%) jugent la politique fiscale actuelle inéquitable, principalement parce qu’ils estiment que les personnes disposant de revenus plus faibles paient trop d’impôts par rapport aux personnes disposant de revenus plus élevés (64%). Et 74% dénoncent une politique fiscale plutôt injuste pour les personnes comme eux (80% des classes moyennes).
  • Plus généralement, les Français portent un regard critique à l’égard de la politique menée par François Hollande et le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, dont 70% jugent qu’elle a dégradé leur situation, entraînant une défiance prononcée à l’égard du couple exécutif actuel, qui suscite déception (32%) voire révolte (38%) – quand le quinquennat de Nicolas Sarkozy est jugé, rétrospectivement, de façon sensiblement moins négative.

 

1 Pour obtenir une définition aussi objective que possible des « classes moyennes », Harris Interactive s’est appuyé sur la catégorisation proposée par le CREDOC et l’Observatoire des Inégalités : les « classes moyennes » constituent la population intermédiaire entre les 20% les plus aisés (catégories supérieures) et les 30% les moins aisés (catégories populaires), en prenant en compte les revenus du foyer croisés par le nombre de personnes présentes au foyer. (http://www.inegalites.fr/spip.php?article1015)

 

En savoir plus :

La note détaillée

L’ensemble des résultats

Share

  • classes moyennes
  • fiscalité
  • français
  • françois hollande
  • Jean-Marc Ayrault
  • Marianne
  • Nicolas Sarkozy
  • politique fiscale
  • sympathisants de Droite