Le plaisir face aux enjeux actuels

Enquête Harris Interactive pour les zOOms de l'Observatoire Cetelem

Enquête réalisée en ligne du 21 au 25 avril 2022. Échantillon de 1 290 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

Thème 2 : Les contours du plaisir en temps de crise

 

Paris, le 18 mai,

 

Enquête 1/3 : Quelle place pour le plaisir dans une période si mouvementée ?

 

Télécharger le rapport

 

Que retenir de cette enquête ?

 

  • Ouvertement à la recherche d’hédonisme, les Français ne cachent pas leur quête du plaisir. Qu’il soit synonyme de moments sociaux (en famille, entre amis) de sensations (notamment gustatives), ou de bien-être (sport, promenades dans la nature,…), il est important de se faire plaisir au quotidien pour 94% d’entre eux. Cependant, seuls 40% ont le sentiment de s’offrir suffisamment de petits plaisirs au quotidien, quand les 60% restants voudraient pouvoir s’en accorder davantage, se sentant restreints par les contraintes auxquelles ils doivent faire face.

 

  • Aux yeux des Français, l’un des premiers facteurs limitant leur plaisir est ainsi à chercher dans leur budget, plus que dans leur état physique, psychologique ou encore le temps dont ils disposent… Une hiérarchie des facteurs qui peut être liée à la conjoncture actuelle, puisque depuis quelques mois, de nombreux Français accusent le coup d’une inflation à la fois forte et inattendue. Et en effet, lorsqu’ils reviennent sur les dernières années, nombreux sont ceux qui estiment que la crise économique et l’inflation des prix a affecté leur capacité à trouver du plaisir (77%) autant voire plus que la pandémie de Covid-19 (75%).

 

  • Au-delà des questions de budget, on note assez nettement le poids des événements extérieurs, de la situation internationale, environnementale, etc. sur la capacité des Français à éprouver du plaisir. 51% indiquent un lien direct entre l’actualité et leur capacité à se faire plaisir, et près de 41% indiquent avoir plus de difficultés qu’il y a 3 ans à en trouver au quotidien. Nombreux sont ainsi les Français qui expriment une forme de nostalgie à l’égard des générations précédentes : 75% pensent que leurs aînés pouvaient éprouver du plaisir de manière plus insouciante.

 

  • S’estimant généralement mieux lotis que la moyenne de la population dans le monde (54%), les Français sont loin d’être indifférents au sort des autres. 56% s’estiment beaucoup affectés par l’idée que d’autres sont plus à plaindre qu’eux, une idée qui les amène parfois à ressentir parfois de la culpabilité à éprouver du plaisir (60%) ou à souhaiter pouvoir se couper du monde (68%).

 

  • Dans ce contexte où la capacité à éprouver du plaisir est largement poreuse aux événements extérieurs, quid du souci de l’environnement, et les gestes écologiques qu’il implique ? Nettement, au cours des dernières années, le dérèglement climatique a pesé sur l’insouciance et le bien-être de plus d’un Français sur deux (56%). Mais adapter son mode de vie vers des comportements plus vertueux pour l’environnement relève en réalité pour les Français davantage d’un choix d’autodiscipline que de contraintes purement externes. En effet, pour plus de 8 Français sur 10, les écogestes comme privilégier les douches aux bains, acheter des produits locaux ou encore consommer des produits de saison constituent des comportements choisis librement et réalisés avec plaisir, plutôt que des contraintes pesantes – qu’ils en aient fait des habitudes ou non dans leur propre quotidien.

 

Télécharger le rapport

Share

  • covid
  • crise sanitaire
  • Guerre
  • les zooms de l'observatoire Cetelem
  • Observatoire Cetelem
  • plaisir
  • pouvoir d’achat
  • Réchauffement climatique