La réaction des Français suite à l’intervention télévisée du Président de la République Nicolas Sarkozy, le 10 février 2011 Sondage Harris Interactive pour Le Parisien / Aujourd’hui en France

La réaction des Français suite à l’intervention télévisée du Président de la République Nicolas Sarkozy, le 10 février 2011.

Sondage Harris Interactive pour Le Parisien / Aujourd’hui en France – 11/02/2011

 

Enquête réalisée en ligne par l’institut Harris Interactive les 10 et 11 février 2011. Echantillon de 1117 individus issus de l’access panel Harris Interactive, représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle de l’interviewé et taille d’agglomération.

 

A la demande du Parisien / Aujourd’hui en France, Harris Interactive vient d’interroger un échantillon de Français pour connaître leurs réactions à l’issue de l’intervention télévisée du Président de la République sur TF1 ce jeudi 10 février devant un « panel » de 9 Français.

 

26% des Français ayant suivi l’émission ou en ayant entendu parler1 estiment que Nicolas Sarkozy a été convaincant ce jeudi. Ce taux est inférieur de 10 points à celui relevé lors de la mesure réalisée en novembre dernier, suite à une émission d’un format toutefois différent, avec un Président de la République interviewé par des journalistes des chaînes de TF1, France 2 et Canal + après le remaniement gouvernemental. Même au sein des personnes ayant suivi l’émission, 46% se déclarent convaincues alors qu’elles étaient 57% à l’avoir été en novembre dernier. Pour trouver une majorité de convaincus, il faut se tourner vers les personnes ayant suivi l’intégralité de l’émission (57%), les sympathisants de droite (66%) et plus particulièrement ceux de l’UMP (74%). Toutefois, notons que ce chiffre est en forte baisse puisque 84% des sympathisants de droite avait jugé le Président convaincant lors de sa dernière intervention. Enfin, 68% des électeurs de Nicolas Sarkozy lors du premier tour de l’élection présidentielle de 2007 l’ont trouvé convaincant dans cette émission.
1 Il apparait essentiel d’interroger les Français au sens large. C’est-à-dire ceux s’étant forgé une opinion soit directement soit à travers les échos qu’ils peuvent avoir de l’intervention du Président : journalistes, éditorialistes, amis, collègues, famille… On le sait, nous ne testons pas un « film publicitaire » mais bien une communication dont les effets ne se ressentent pas uniquement au travers de l’exposition directe mais également – et parfois plus – par le retour des entourages.

 

Plus précisément, aucun des aspects testés ne semble avoir convaincu les Français ayant été soumis à la communication présidentielle. Nicolas Sarkozy n’a convaincu ni sur les scandales qui ont touché récemment le gouvernement (29% et 28% de convaincus concernant l’utilisation par François Fillon d’un avion de la flotte égyptienne et par Michèle Alliot-Marie d’un avion privé lors de son séjour en Tunisie ; 29% également concernant la grève des magistrats déclenchés par les propos du Président sur les responsabilités de la justice dans « l’affaire Laëtitia »), ni sur les grands chantiers gouvernementaux de l’année 2011 (33% sur la dépendance des personnes âgées et 22% sur les réformes de la fiscalité), ni sur les effets de sa politique sociale (23% sur la lutte contre le chômage, 23% sur la réduction des effets de la crise en France, 20% sur les inégalités sociales et 18% sur le pouvoir d’achat des Français). Il n’a guère davantage convaincu sur le rôle de la France dans le cadre du G20 (32%), le cap donné au gouvernement (29%), la sécurité des biens et des personnes (26%) ou encore sur la réduction des déficits publics (24%).
Les chiffres pour lesquels on dispose de comparatifs pour l’intervention de novembre dernier montrent des baisses entre 3 et 10 points.

 

Si les téléspectateurs directs ont davantage apprécié l’intervention présidentielle, ils ne se déclarent majoritairement convaincus que sur trois thèmes, la dépendance des personnes âgées, le rôle de la France dans le cadre du G20 et la grève des magistrats. Seuls les spectateurs ayant suivi la totalité de l’émission ont trouvé le Président convaincant sur une majorité des thèmes (8 sur les 13 testés).

 

Les sympathisants de Droite ont été majoritairement convaincus par l’ensemble des points abordés, à l’exception du pouvoir d’achat (53% ne l’ont pas trouvé convaincant à ce sujet). Ils ont en revanche été très majoritairement convaincus sur la question de la dépendance (79%), du rôle de la France dans le cadre du G20 (78%) et dans une moindre mesure, et moins qu’en novembre dernier, sur le cap donné au gouvernement (70%, -18 points).

 

Comme en novembre dernier, nous avons également interrogé l’ensemble des Français, qu’ils aient vu ou non l’émission, sur les traits d’image du Président Nicolas Sarkozy. Ceux-ci semblent se dégrader depuis l’automne dernier.

Les Français le créditent toujours majoritairement d’un dynamisme (65%, -5 point) et d’un courage (52%, -3 points).

Ils sont plus nombreux à douter du fait qu’il sait où il va (57%, cela lui correspond mal, +6 points) mais également de sa capacité àbien représenter la France à l’étranger (60% « correspond mal », +4 points).

Sa compétence est également questionnée (64%, +4 points). Les deux points sur lesquels les Français sont les plus critiques sont sa manière de diriger la France (72%) et sa compréhension des préoccupations des Français (73%).

Dans le détail, on constate que les sympathisants de droite lui reconnaissent en revanche toutes ses qualités ainsi que les personnes ayant suivi l’émission dans sa totalité.

 

* * * * *

On le voit le Président de la République n’a pas, à l’issue de cette prestation télévisuelle, convaincu les Français, que ces derniers aient ou non regardé l’émission. Reste que Nicolas Sarkozy a convaincu les téléspectateurs, sympathisants de Droite et ses électeurs du premier tour de l’élection de 2007 sur ses points de force (dépendance, rôle de la France dans le G20, grève des magistrats…). Et qu’il rencontre toujours des difficultés sur le terrain économique et surtout social. L’objectif, que certains assignaient à cette émission, de reconquête ne semble pas être tout à fait réussi, à tout le moins au lendemain de l’émission. S’il s’agissait d’assoir le Président de la République au sein de son camp politique, l’objectif semble pour partie, rempli.

 

En savoir plus :

Share