La diffusion de sondages ou d’estimations sur les réseaux sociaux avant 20 heures le jour du premier tour Sondage Harris Interactive pour le site 2012etvous.fr, géré conjointement par M6-MSN Actualités-RTL

La diffusion de sondages ou d’estimations sur les réseaux sociaux avant 20 heures le jour du premier tour

Sondage Harris Interactive pour le site 2012etvous.fr, géré conjointement par M6-MSN Actualités-RTL

 

Enquête réalisée en ligne du 13 au 16 avril 2012. Echantillon de 1 834 individus représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

Paris, le 17 avril 2012 – A la demande de 2012etvous.fr, site géré conjointement par M6, MSN Actualités et RTL, et quelques jours après un communiqué de presse de la Commission Nationale de Contrôle de la Campagne Electorale rappelant qu’une diffusion avant 20 heures des estimations de vote ou des sondages réalisés le jour de l’élection présidentielle serait sanctionnée de 75 000 euros d’amende, Harris Interactive a interrogé les Français sur l’éventualité de voir, le 22 avril prochain, des sondages ou des estimations électorales diffusés avant 20 heures par l’intermédiaire des réseaux sociaux.

 

Que retenir de cette enquête ?

 

  • Les Français sont une très large majorité (86%) à anticiper une diffusion de sondages ou estimations électorales sur les réseaux sociaux avant 20 heures le jour du vote, et seule une personne sur trois estime (33%) qu’il s’agirait d’une bonne chose.

 

  • Si une telle diffusion devait avoir lieu, quatre Français sur dix (39%) déclarent qu’ils iraient consulter les données, et une majorité (56%) estime que cela pourrait influencer le vote des Français ne s’étant pas encore rendus aux urnes mais peu leur propre vote (12%).

graph_M6MSNRTL_17042012

 

  • Les utilisateurs actifs de Twitter se démarquent par leur certitude que de telles données seront publiées (69% « certainement »), et par leur regard à la fois plus positif et plus concerné par cette hypothèse : 52% jugent qu’il s’agirait d’une bonne chose, et 65% affirment qu’ils envisageraient d’en prendre connaissance.

 

En savoir plus :

Share