La confiance des Français dans la science et la politique

Enquête Harris Interactive pour Pergamon

Enquête réalisée en ligne du 19 au 21 novembre 2019. Échantillon de 1 008 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

À la demande de Pergamon, Harris Interactive a interrogé un échantillon représentatif de la population française afin d’appréhender la confiance qu’ils accordent à la science et plus précisément aux études scientifiques ainsi que leurs attentes concernant l’implication des scientifiques dans la prise de décision politique.

 

Télécharger le rapport

 

Quels sont les principaux enseignements de cette enquête ?

 

Une représentation positive de la science et de la recherche, tout comme des femmes et des hommes qui les effectuent
  • Spontanément, les Français évoquent des termes positifs pour parler de la science et des scientifiques : « progrès », « intelligence », « avancées », etc.
  • Par ailleurs, 91% des Français considèrent les découvertes scientifiques comme un espoir contre seulement 8% qui estiment qu’il s’agit d’une menace.

 

Une grande confiance dans les études scientifiques… sous certaines conditions
  • Si plus de 9 Français sur 10 déclarent faire confiance aux études scientifiques (91%), ce niveau reste relatif. 72% d’entre eux ayant « plutôt confiance » contre seulement 19% ayant « tout à fait confiance » créant alors un halo de confiance autour de la science sans que celui-ci soit nécessairement très structuré. Notons que les plus jeunes des Français estiment faire davantage confiances aux études scientifiques que leurs aînés (29% des 18-24 ans leur font « tout à fait confiance » contre seulement 12% des 65 ans et plus).
  • Cependant, ce niveau de confiance dans les études scientifiques est soumis à certaines conditions. Tout d’abord, la transparence qui représente un enjeu clé dans la crédibilité. À ce titre, 52% des Français estiment qu’une étude est plus digne de confiance lorsqu’elle est publiée dans son intégralité et lorsque les résultats sont disponibles en libre accès.
  • Ensuite, le financement des études scientifiques par des institutions publiques ou perçues comme telles joue un rôle dans cette crédibilité. Ainsi, 90% des Français estiment faire confiance aux études scientifiques lorsque celles-ci sont financées par une université publique. Ils se montrent également confiants lorsqu’elles sont financées par des autorités ou des agences publiques (83%), des autorités européennes (70%) ou encore par une association (70%). En revanche, un financement par des organismes privés comme les fédérations professionnelles (46% de confiance), des entreprises privées (39%) ou encore un think tank (33%) ne suscitent la confiance que d’une minorité des Français. Notons que les moins de 35 ans se déclarent plus confiants que leurs aînés envers la plupart des organismes et notamment de ces acteurs privés.
  • Enfin, la troisième condition est liée à l’acteur qui cite les études scientifiques. Comme nous l’avons montré dans une étude Harris Interactive pour PMI Sciences[1], 90% des Français accordent leur confiance aux scientifiques lorsqu’ils citent une étude scientifique, alors qu’ils ne sont que 28% lorsqu’il s’agit des responsables politiques.

 

Utiliser la science pour prendre de meilleures décisions politiques
  • Dans ce contexte de confiance dans les études scientifiques et de défiance envers les responsables politiques, 85% des Français estiment que les acteurs politiques ne tiennent pas suffisamment compte des recherches scientifiques avant de prendre des décisions, sentiment particulièrement partagé par les Français les plus âgés.
  • Cette défiance envers les responsables politiques se confirme jusque dans les préférences des Français appelés à arbitrer entre différents profils-types pouvant occuper la tête de ministères. 83% des Français ne citent jamais le profil de « responsable politique » lorsque sont évoqués les postes de ministre de l’environnement, de la santé ou encore de l’économie, leur préférant systématiquement des scientifiques et des experts (médecins, économistes, etc.). Cet exemple illustre bien le grand écart qu’il existe entre des scientifiques bénéficiant d’un fort niveau de confiance pour trouver des solutions aux grands enjeux de société que sont le réchauffement climatique ou les problèmes de santé publique, et les responsables politiques qui cristallisent la défiance des Français. Ainsi, les Français estiment très largement que des initiatives favorables à la science, à sa diffusion (88%) et à son application plus concrète dans la vie publique permettraient de prendre de meilleures décisions, tout comme un meilleur financement de la recherche publique (85%).
  • Cependant et même si un halo de confiance autour de la sphère scientifique existe, celle-ci n’est pas sans limites. En effet, si une large majorité des Français considère que les responsables politiques doivent prendre en compte les avancées scientifiques pour prendre leurs décisions, ils se montrent très partagés quant à savoir s’il faut qu’ils suivent « à la lettre » ces recommandations ou bien s’ils doivent « garder la main » sur les mesures qu’ils décident de mettre en œuvre.

 

[1] Etude Harris Interactive pour Philip Morris International Science réalisée du 26 au 27 juin 2019

 

Télécharger le rapport

 

Share

  • Pergamon
  • politique
  • science
  • scientifiques