L’alimentation à l’heure des arbitrages – Enquête 1/3

Enquête Toluna Harris Interactive pour les zOOms de l'Observatoire Cetelem

Enquête réalisée en ligne les 2 et 3 janvier 2023. Échantillon de 1 166 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

Paris, le 27 janvier,

 

Entre ébriété et sobriété, quelles dépenses alimentaires pour les fêtes 2022 ?

Télécharger le rapport complet

 

Points clés : que retenir de cette enquête ?

 

  • Spontanément, les Français font rimer repas de fêtes de fin d’année et convivialité en famille, dans une atmosphère positive, autour d’aliments « de luxe » (foie gras, champagne, saumon et autres bûches). S’ils ont retrouvé cette ambiance cette année, près d’un tiers (31%) ont trouvé leurs repas un peu moins festifs ou détendus que d’habitude, notamment du fait des différents sujets de préoccupation qui ont animé les conversations. Les enjeux sociaux (environnement, politique, etc. ; 49%) mais surtout les enjeux économiques (inflation, pouvoir d’achat, etc. 64%) semblent en effet avoir bien plus que d’habitude occupé les esprits.

 

  • Tiraillés entre l’envie de se faire plaisir (qui a dominé pour 48%) et la nécessité de modérer ses dépenses(52%, mais avec pour 66% des Français le sentiment que cet enjeu a augmenté dans leurs considérations par rapport à l’an dernier)les Français ont dû réinventer certains de leurs comportements de consommation durant les fêtes. Dans l’ensemble, ils témoignent d’un penchant vers plus de sobriété (davantage de dépenses raisonnables, moins de gaspillage, moins d’excès, voire parfois moins de cadeaux). Même la consommation de produits « de luxe » pourtant emblématiques de la période semble avoir été réduite : 1 Français sur 2 déclare en avoir consommé moins que d’habitude.

 

  • Les tensions budgétaires ont également introduit de multiples stratégies de réduction des dépenses. Si la plupart des Français (66%) partagent d’ordinaire les frais des repas de fêtes auxquels ils participent, un tiers d’entre eux indiquent avoir dû mettre en place ce partage spécifiquement cette année pour faire face aux enjeux économiques. Les Français ont également cherché à restreindre leur budget, en achetant de moindres quantités(66%), voire en renonçant totalement à certains produits (60%). Certains se sont montrés créatifs, en anticipant les dépenses et en les répartissant sur plusieurs semaines (64%) ou même en cherchant à réinventer de nouveaux plats festifs à partir d’autres ingrédients moins chers. Cette période aura vu également, sinon un changement radical du rapport aux marques, un recours plus grand que les autres années aux marques distributeur (37%) ou aux marques low cost (26%) et un renoncement plus important aux marques « haut de gamme » (41%).

 

  • Au total, le budget moyen consacré à l’alimentation de fêtes est de 214 € par personne, avec des variations importantes selon le revenu (de 174 € en moyenne chez les revenus faibles à 292 € chez les revenus élevés) mais également selon la situation à table (le fait d’être hôte ou reçu, le fait d’être nombreux ou non pour les différents réveillons). Un budget élevé qui a représenté le principal poste de dépense pour près de 37% des Français. Pour la plupart, il reste néanmoins secondaire derrière le budget consacré aux cadeaux (58%).

 

  • Les tensions qui ont pu marquer les repas de fêtes cette année donnent d’ores et déjà certaines perspectives pour l’équilibre budgétaire des ménages pour ce mois de janvier. Malgré leurs stratégies de réduction des dépenses, les Français semblent avoir anticipé sur leur budget disponible pour continuer à se faire plaisir. Ils sont ainsi les deux tiers à penser qu’ils devront se restreindre en janvier, que ce soit sur leurs dépenses alimentaires ou sur leurs autres dépenses, afin d’équilibrer leur budget.

 

Télécharger le rapport complet

 

Share

  • alimentaire
  • alimentation
  • Cetelem
  • dépenses
  • fêtes de fin d'année
  • les zooms de l'observatoire Cetelem
  • low cost
  • pénuries
  • pouvoir d’achat