Intentions de vote pour l’élection présidentielle de 2012 Sondage Harris Interactive pour Le Parisien / Aujourd’hui en France

Intentions de vote pour l’élection présidentielle de 2012

Sondage Harris Interactive pour Le Parisien / Aujourd’hui en France

Enquête réalisée en ligne du 31 août au 5 septembre 2011. Echantillon de 888 individus inscrits sur les listes électorales issus d’un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, région de l’interviewé(e) et vote à l’élection présidentielle de 2007.

Paris, le 7 septembre 2011 – A la demande du Parisien/Aujourd’hui-en-France, Harris Interactive a réalisé un sondage d’intentions de vote pour le premier tour de l’élection présidentielle de 2012.

 

Cette enquête s’inscrit dans le contexte post Université d’été de La Rochelle. Elle vise à prendre le pouls de l’opinion et à savoir, à sept mois du premier tour, si l’on peut repérer des conséquences du réel début de la campagne de la primaire socialiste sur les intentions de vote exprimées en faveur des candidats. Elle permet également de connaître l’état des lieux du regard porté sur Nicolas Sarkozy, dans un contexte où la popularité du Président ne progresse pas. Elle vise enfin à prendre en compte l’impact de la crise financière de cet été.

 

Que retenir de ce sondage ?

  • Que la crise financière de cet été ne semble pas avoir eu d’incidence sur les scores que recueille aujourd’hui François Hollande (28,5% ; + 1,5 point) ; en revanche tant Ségolène Royal (15% ; – 2 points) que Martine Aubry (24% ; – 1 point) voient leurs score légèrement baisser ;
  • François Bayrou (entre 7% et 9% avec une progression de 1 à 2 points) , qui avait fait de la dette un de ces principaux arguments de campagne lors de la précédente consultation électorale, et qui vient de sortir un livre, progresse quelque peu ;
  • Que le score dont est crédité Nicolas Sarkozy apparaît relativement étale quel que soit le candidat socialiste présent (entre 23,5% et 24%) ;
  • Que Marine Le Pen recueille des intentions de vote toujours élevées (de l’ordre de 20%) tout en poursuivant une baisse entamée avant l’été ;
  • Qu’Eva Joly progresse (entre 7% et 10%) par rapport aux intentions de vote de l’été dernier (Nicolas Hulot était, à cette époque, testé) ;
  • On le voit, ainsi, ceux parlant – ou étant vécus comme parlant – de la dette avec force (François Hollande, François Bayrou et Eva Joly) progressent dans les intentions de vote.

 

Dans le détail, observons que la remontée des intentions de vote en faveur de François Hollande est principalement le fait des électeurs de Gauche (+2 points), des catégories populaires (+ 7 points) et des personnes âgées de 35 à 49 ans et plus.

 

De son côté, François Bayrou poursuit sa progression observée en juin dernier : les intentions de vote en sa faveur progressent à nouveau de 1 à 2 points selon le candidat socialiste. On observe un renforcement des intentions de vote en sa faveur parmi les catégories les plus favorables à son égard, à savoir les 25-34 ans et ses électeurs au premier tour de l’élection présidentielle de 2007 (entre +2 points et +7 points), ainsi que parmi les catégories supérieures (entre +3 points et +6 points). Cette progression peut s’expliquer par une présence médiatique accrue de ce dernier depuis quelques semaines, que ce soit par la publication de son ouvrage « 2012 Etat d’urgence » – qui s’inscrit dans la continuité de son « Projet d’espoir » de 2007 –, ou par son discours sur la crise, qui peuvent l’un comme l’autre être interprétés par les Français comme le signe d’un positionnement cohérent. La progression de François Bayrou s’inscrit également dans le cadre d’une stagnation des intentions de vote en faveur de Jean-Louis Borloo (stables entre 7% et 9% selon l’hypothèse testée).

 

La candidate désormais désignée par Europe Ecologie- Les Verts, Eva Joly, réalise un score en progression par rapport à celui réalisé par le candidat de cette formation politique testé en juin 2011 (entre +1 point et +3 points), et ne semble donc pas marquée par la polémique de cet été sur la suppression du 14 juillet. Notons que la progression de la candidature Europe Ecologie Les Verts se fait aux dépens des candidats socialistes dans les hypothèses d’une candidature de Martine Aubry ou de Ségolène Royal.

 

Enfin, les intentions de vote en faveur de Marine Le Pen restent à un niveau élevé, mais baissent néanmoins par rapport aux vagues précédentes : entre -2 et -3 points par rapport à juin 2011. Cette baisse est particulièrement perceptible auprès des catégories populaires (entre -12 et -8 points par rapport à juin 2011).

 

En savoir plus :

Share