En ce début d’été, l’exécutif doit faire face à une nouvelle baisse de confiance Baromètre Harris Interactive pour Le Parisien

En ce début d’été, l’exécutif doit faire face à une nouvelle baisse de confiance

Baromètre Harris Interactive pour Le Parisien : la confiance des Français dans l’exécutif

Enquête réalisée en ligne les 6 et 7 juillet 2011. Echantillon de 1005 individus issus de l’access panel Harris Interactive, représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

La confiance des Français, basse, a quelque peu réduit au cours de ce dernier mois. 21% des Français font aujourd’hui confiance à Nicolas Sarkozy pour mener une politique correspondant à leurs attentes, 31% des Français exprimant le même jugement lorsqu’il s’agit de François Fillon. Les deux responsables de l’exécutif voient leur cote s’éroder d’un point.

 

Si la structure des soutiens ne change pas, on observera néanmoins une baisse de 3 points de la confiance exprimée par les personnes âgées de 65 ans et plus à l’égard du Président de la République, de 6 points chez les retraités et de 13 points à Droite. Cette baisse à Droite est, dans le détail, plus marquée chez les sympathisants des formations politiques autres que l’UMP. Ainsi, le retrait est caractérisé parmi les sympathisants de la nouvelle formation politique représentée par Jean-Louis Borloo (l’ARES).

 

On remarquera que, lorsqu’ils sont invités à s’exprimer spontanément, un certain nombre de thèmes – qui pourraient être portés au crédit du gouvernement – ne sont pas abordés. Ainsi (pour prendre les événements récents) ni la libération des otages, ni l’accession de Christine Lagarde au FMI, ni même le remaniement ne sont mentionnés par les soutiens de Nicolas Sarkozy ou de François Fillon.

 

baroexe_072011

 

De même le changement de posture du Président de la République (plus en retrait, prenant moins la parole, s’exposant moins) est, dans le cadre de cette enquête quantitative, peu souligné. On se rappellera cependant que le « peuple de Droite » s’émeut généralement d’échanges vifs se déroulant au sein du gouvernement ou entre l’UMP et l’exécutif. On peut ainsi penser que les conditions dans lesquelles s’est déroulé le remaniement ou encore l’opportunité de maintenir les 35 heures après 2012 n’ont pas été de nature à rassurer cette frange de population. Et, on le sait, au sujet de l’exécutif, les Français attendent sérénité, rassemblement et perspectives. L’été dernier avait été animé par le discours de Grenoble et les débats en découlant. Ces mois de Juillet et ’Août devraient l’être, notamment, par les socialistes : lancement de la primaire et suites de « l’affaire DSK ». Il sera intéressant de voir comment les Français vont juger, dans ce contexte, l’exécutif.

 

En savoir plus :

Share