Consultation auprès des professionnels libéraux : Quel état d’esprit et quelles attentes à l’approche de l’élection présidentielle de 2017 ?

Consultation Harris Interactive pour l’UNAPL

Consultation réalisée en ligne du 17 au 28 novembre 2016. Echantillon de 1 626 professionnels libéraux à partir d’un fichier d’adresses e-mails fourni par l’Union Nationale des Professions Libérales (UNAPL).


6 mois. Voilà la durée à attendre avant de connaître le nom du futur Président de la République qui succèdera à François Hollande
.

La France est déjà entrée en campagne, notamment avec l’organisation inédite d’une Primaire ouverte permettant de désigner le candidat qui portera l’étendard « Les Républicains » au 1er tour de la présidentielle, dont est sorti victorieux l’ex-Premier ministre François Fillon. Suivront fin janvier 2017 les « Primaires citoyennes » organisées par le Parti socialiste et ses alliés. Puis les 23 avril et 7 mai les deux tours de l’élection phare de la V ème République.

C’est donc au cœur de ce semestre très largement teinté de politique, que l’UNAPL tient son congrès annuel. Comment, dans ces conditions, éluder ces échéances électorales dans les débats qui y sont organisés ? Afin de nourrir ces échanges et objectiver les prises de parole, l’UNAPL a sollicité Harris Interactive afin de réaliser une étude auprès des professionnels libéraux afin de mieux comprendre leur perception et leurs attentes à l’égard de la période électorale qui s’ouvre.

Que retenir de cette enquête ?

  • Les professionnels libéraux font montre d’une inquiétude importante et grandissante concernant leur activité.

 

  • Ils estiment n’être que trop marginalement présents dans le débat public, espérant avoir l’opportunité de défendre les réformes qu’ils encouragent de leurs vœux:
    moins de charges, notamment celles pesant exclusivement sur les professions libérales, et une simplification des démarches administratives qui aujourd’hui les paralysent parfois.

 

  • Ces mesures s’avèrent d’autant plus importantes à leurs yeux qu’elles constituent un réel prisme par lequel les professionnels libéraux indiquent lire les programmes et choisir le candidat pour lequel ils voteront en 2017.

 

  • Dans un climat de défiance vis-à-vis du politique, une majorité relative de professionnels libéraux affiche sa confiance dans la formation « Les Républicains », et plus particulièrement envers son candidat, sorti vainqueur de la Primaire de la droite et du centre, François Fillon.Dans une moindre mesure, Emmanuel Macron arrive parmi les trois responsables politiques en qui les professionnels libéraux déclarent avoir le plus confiance, très loin devant François Hollande

Dans le détail…

En toile de fond, l’inquiétude croissante des professionnels libéraux concernant l’avenir de leur activité

 

  • Confiants pour l’avenir ? Absolument pas : ce sont près de 4 professionnels libéraux sur 5 (79%) qui se disent inquiets concernant l’avenir de leur activité libérale, voire même « très inquiets » pour 1/3 d’entre eux.Une situation nouvelle ? Non, car cette inquiétude était déjà présente parmi les professionnels libéraux depuis plusieurs années[1], mais une tendance qui empire avec le temps: elle a augmenté de 10 points en un peu moins de 3 ans.Notons que l’inquiétude s’avère particulièrement diffuse parmi les professionnels libéraux de sexe féminin (82%), ceux exerçant un métier juridique (86%) et ceux dans une structure comprenant plusieurs personnes (81%).

    Une lecture de ces chiffres par le prisme de l’analyse politique révèle une inquiétude particulièrement partagée par les libéraux proches de la droite et du centre (83%) et plus encore parmi les proches du Front National (92%).

[1] Notamment en 2014 : http://harris-interactive.fr/opinion_polls/consultation-aupres-des-professions-liberales-dans-la-perspective-des-elections-municipales-de-mars-2014/

Les professionnels libéraux s’estiment peu pris en compte par les différents candidats à l’élection présidentielle, alors même qu’ils appellent de leurs vœux la diminution des charges et la simplification des démarches administratives, des motivations de vote importantes à leurs yeux…

 

  • Comment expliquer cette importante inquiétude ? A n’en pas douter, de nombreux facteurs pèsent et entretiennent cette situation.Lorsque les professionnels libéraux sont interrogés spontanément sur les mots qu’ils associent à l’élection présidentielle, est souvent évoqué le poids des « charges » qui pèsent sur leur activité professionnelle.

    Cette préoccupation peut également prendre d’autres formes (« impôts », « fiscalité », « taxes ») et répond à un souhait général d’une liberté et indépendance plus importantes, avec moins de « contraintes administratives » notamment. Notons que ces préoccupations étaient déjà évoquées en 2014. En mineur, sont également soulevées les thématiques des retraites, de la santé, du chômage et de l’éducation.

UNAPL-harris-2016

  • Point commun à la plupart des thématiques évoquées spontanément par les professionnels libéraux : elles touchent à leur activité professionnelle.Or, ils sont une très large majorité (85%) à estimer que leurs conditions d’exercice ne sont pas assez présentes dans la campagne présidentielle (contre 3% trop et 12% « ni trop ni pas assez »).
    Dans le détail, notons que les professionnels libéraux de santé (87%) et les professionnels inquiets pour l’avenir de leur activité (89%) se montrent plus critiques encore.

 

  • S’estimant absents des débats, les professionnels libéraux ne se retrouvent que très rarement dans les programmes des candidats :
    seuls 9% estiment que ces derniers prennent en considération les attentes des entreprises de moins de 20 salariés alors qu’ils sont 87% à penser qu’ils font la part belle aux grandes et très grandes sociétés (et même 42% considèrent que leurs attentes sont « tout à fait » prises en considération).

 

  • Cette absence perçue de points programmatiques portant sur les petites structures s’avère, à leurs, yeux, d’autant plus regrettable qu’ils estiment très majoritairement que ce critère jouera sur leur choix du candidat qu’ils souhaitent voir entrer à l’Elysée en 2017:
    82% des professionnels libéraux affirment que le programme économique en direction des TPE/PME jouera un rôle « important » dans leur choix de vote (et même « très important » pour 40% d’entre eux).Ce critère, dont l’importance est en hausse de 8 points par rapport à 2014 (certes, les attentes dans le cadre d’élections locales, municipales plus précisément, diffèrent nécessairement de celles exprimées dans le cadre d’un scrutin national), apparaît plus encore essentiel aux yeux des sympathisants « Les Républicains » (92%).

 

  • Insatisfaits du statu quo, les professionnels libéraux jugent toutes les mesures testées « importantes » (entre 62% et 95% s’expriment dans ce sens), mais en distinguent certaines particulièrement prioritaires.Parmi ces mesures dont ils attendent qu’elles soient portées en priorité par les candidats à l’élection présidentielle, la mise en place d’une équité fiscale et sociale entre professions libérales et autres secteurs (77% « tout à fait prioritaire »), la simplification des normes et des démarches administratives (76%) et dans une moindre mesure l’allègement du coût du travail (71%).Notons que ces deux dernières mesures s’avèrent particulièrement portées par les libéraux exerçant dans des cabinets comportant plusieurs collaborateurs (respectivement 79% et 76%). A l’opposé, l’abandon du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu est jugé moins prioritaire que les autres mesures (38%), bien que les professions juridiques (49%) et les structures comportant plusieurs personnes (41%) y montrent un attachement plus important.

 

UNAPL-harris-2016-2

 

François Fillon émerge comme le seul candidat à l’élection présidentielle bénéficiant de la confiance d’une majorité d’entre eux, devant Emmanuel Macron

 

  • Dans la situation d’inquiétude désormais connue, et avec des attentes importantes à l’égard du vainqueur de la prochaine élection présidentielle, quel parti pour porter leurs attentes et améliorer leurs conditions d’exercice ?Tout d’abord, notons qu’un tiers des professionnels libéraux interrogés ne fait confiance à aucune formation politique parmi la liste leur étant proposée, un scepticisme vis-à-vis de l’action politique qui n’est pas propre aux professionnels libéraux.Mis à part ces répondants, les professionnels libéraux font avant tout confiance à la formation « Les Républicains» (37%, et même 46% parmi les 65 ans et plus), et dans une moindre mesure à « En Marche », le mouvement lancé en avril dernier par l’alors Ministre de l’Economie Emmanuel Macron (10%, et même 15% auprès des libéraux optimistes pour l’avenir de leur activité).

    Toutes les autres formations politiques ne sont sélectionnées que par une minorité de professionnels libéraux : 4% MoDem, 4% UDI, 4% FN, 2% Parti socialiste, 2% Debout la France, 1% Front de Gauche et 1% Europe Écologie Les Verts.

 

UNAPL-harris-2016-3

  • Cependant l’élection présidentielle au suffrage universel direct voulue par le Général De Gaulle n’est pas qu’une question de partis, elle est aussi, voire avant tout, une question d’hommes (et de femmes).Qui alors pour porter les revendications exprimées par les professionnels libéraux ? Seuls deux responsables politiques recueillent la confiance d’une majorité de professionnels libéraux:
    le vainqueur de la Primaire de la droite et du centre au programme jugé très libéral, François Fillon (63%) ainsi que son adversaire de 2nd tour, Alain Juppé (50%).Notons que le terrain d’enquête a été réalisé au cours des dernières semaines de campagne de la Primaire. Dans le détail, François Fillon suscite particulièrement la confiance des hommes (70%), des plus âgés (71% des 65 ans et plus) ainsi que des libéraux exerçant dans le domaine de la santé (67%) ou de la comptabilité et agents d’assurance (76%).

    Troisième homme, Emmanuel Macron bénéficie de la confiance de 40% des libéraux interrogés, notamment ceux exerçant en région parisienne (47%) ou dans le secteur de la comptabilité et agents d’assurance (53%).

    Les autres responsables politiques de droite et du centre ne recueillent la confiance que d’une petite minorité de professionnels libéraux : François Bayrou 28%, Nicolas Sarkozy 27%, Nicolas Dupont-Aignan 22%.

    Enfin, seuls 13% des professionnels libéraux font part de leur confiance en Marine Le Pen, ce qui la place, hormis Manuel Valls (16%), devant tous les responsables politiques de gauche, au premier lieu desquels François Hollande (5%).

 

En savoir plus

Le rapport

La note détaillée

Share

  • Alain Juppé
  • Debout La France
  • Emmanuel Macron
  • En Marche
  • Europe Ecologie – Les Verts
  • fn
  • François Fillon
  • françois hollande
  • Front de Gauche
  • Général De Gaulle
  • Les Républicains
  • LR
  • MoDem
  • Nicolas Dupont-Aignan
  • Parti socialiste
  • Primaires citoyennes
  • PS
  • UDI
  • UNAPL
  • Union Nationale des Professions Libérales