Baromètre d’intentions de vote pour l’élection présidentielle de 2022 – Vague 43

Enquête Harris Interactive x Toluna pour Challenges

Enquête réalisée en ligne du 15 au 18 avril 2022. Échantillon de 2 363 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 2028 personnes inscrites sur les listes électorales. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, région et comportement électoral antérieur de l’interviewé(e).

 

Paris, le 20 avril,

 

 

Téléchargez le rapport

 

Que retenir de cette nouvelle vague d’enquête ?

 

  • Emmanuel Macron dispose toujours d’une petite marge sur Marine Le Pen au 2nd tour de l’élection présidentielle, avec 54% des suffrages exprimés contre 46% pour l’ex-Présidente du Rassemblement National, soit une légère progression par rapport à ce que nous mesurions juste après le scrutin (53% contre 47%). Le Président sortant conserve donc un avantage pour sa réélection mais une avance toujours faible face à Marine Le Pen.

 

  • Alors que la première semaine d’entre-deux tours a été marquée par des soutiens et appels au vote pour les candidats, mais également par des protestations contre l’issue de ce 2nd tour similaire à celui de l’élection de 2017, plus d’1/3 des électeurs de gauche indiquent toujours qu’ils ne se mobiliseraient pas dans le cadre de ce 2nd tour : 42% des électeurs de Fabien Roussel, 42% des électeurs de Yannick Jadot, 28% des électeurs d’Anne Hidalgo.

 

  • Alors que la consultation interne organisée par les équipes de campagne de Jean-Luc Mélenchon laisse apparaitre une division de ses soutiens en trois tiers entre ceux qui optent pour l’abstention, le vote blanc et le vote Macron (l’option d’un vote pour Marine Le Pen ayant été exclue par les organisateurs), plus de 4 électeurs sur 10 de Jean-Luc Mélenchon indiquent également pour l’heure qu’ils ne se mobiliseraient pas au 2nd tour de l’élection présidentielle (41%), tandis que 38% choisiraient de voter pour Emmanuel Macron et 21% se tourneraient vers Marine Le Pen, malgré l’avis contraire exprimé par Jean-Luc Mélenchon au soir du 1er tour.

 

  • On note cependant une légère progression des reports de voix en faveur d’Emmanuel Macron de la part des électeurs de Fabien Roussel (35%, +7), d’Anne Hidalgo (57%, +5) et de Jean-Luc Mélenchon (38%, +4), alors que 13% des électeurs d’Éric Zemmour (+5) indiquent cette semaine qu’ils voteraient pour le Président sortant.

 

  • A droite, Marine Le Pen peut compter à nouveau sur un report très favorable de la part des électeurs d’Éric Zemmour (79% choisiraient de voter pour la candidate du RN, soit un recul de 3 points dans un contexte où Marine Le Pen n’a pas clairement tendu la main afin qu’il la rejoigne), tandis que les électeurs de Valérie Pécresse expriment une position similaire à celle mesurée au soir du 2nd tour : 43%  choisiraient de voter pour Emmanuel Macron au 2nd tour, contre 1/4 pour Marine Le Pen (24%), et 1/3 n’exprimant pas d’intention de vote (33%, en progression de 3 points).

 

A une semaine du 2nd tour, 7 Français sur 10 inscrits sur les listes électorales estiment toujours qu’Emmanuel Macron remportera l’élection présidentielle (72%, +1), un point de vue partagé par plus de 8 électeurs sur 10 à gauche et auprès de l’électorat de Valérie Pécresse. Une majorité des électeurs de Marine Le Pen envisagent toujours de leur côté la victoire de leur candidate, de façon un peu plus affirmée qu’il y a une semaine (66%, +4), tandis qu’une moitié d’électeurs d’Éric Zemmour (51%, -5) estiment également que la candidate du Rassemblement National l’emportera face à Emmanuel Macron.

 

  • Cette enquête interrogeait également les Français sur plusieurs propositions portées par les deux candidats finalistes. 8 Français sur 10 inscrits sur les listes électorales se déclarent ainsi favorables à la proposition portée par Emmanuel Macron d’introduire une sélection des médecins conventionnés par l’Assurance maladie selon leur zone d’exercice et la couverture médicale pour lutter contre les déserts médicaux (en ne permettant plus de conventionner les médecins qui s’installent dans des zones où sont déjà installés beaucoup de médecins), une proposition majoritairement accueillie de façon favorable parmi l’ensemble des électorats. 7 Français sur 10 se déclarent par ailleurs favorables au fait de conditionner le versement du RSA à la réalisation d’un minimum de 15 heures d’activité hebdomadaire, et 6 Français sur 10 au fait d’expérimenter la rémunération au mérite des enseignants. En revanche le fait de relever l’âge légal de la retraite à 65 ans est accueillie de façon défavorable par près de 2/3 des Français, les électeurs d’Emmanuel Macron s’y déclarant majoritairement favorable mais de façon peu appuyée (61%).

 

  • A l’inverse la proposition de Marine Le Pen d’instaurer un âge légal de départ à la retraite entre 60 et 62 ans pour ceux qui ont commencé à travailler tôt est accueillie très majoritairement de façon favorable (89%). Les autres propositions testées sont par ailleurs favorablement accueillies par une majorité de Français, comme le fait de suspendre les allocations familiales et les bourses scolaires aux familles d’élèves à l’origine de perturbations graves et répétées (77%), le conditionnement du RSA et des prestations de solidarité aux étrangers ayant travaillé au moins 5 ans en France (72%), ainsi que la proposition de réguler la rémunération des consultations des médecins selon leur lieu d’installation, en rendant plus rémunératrices pour les médecins les consultations effectuées dans des zones faiblement couvertes (76%). Notons que l’ensemble de ces propositions sont perçues majoritairement de façon favorable parmi les différents électorats de gauche comme de droite (les électeurs de Jean-Luc Mélenchon étant cependant plus partagés).

 

  • Cette enquête interrogeait également les Français sur la qualification de leur vote pour les deux candidats finalistes. Ainsi près de la moitié des électeurs indiquant se porter sur Emmanuel Macron au 2nd tour indiquent faire ce choix avant tout pour faire barrage à Marine Le Pen (46%), et une autre moitié pour faire en sorte qu’Emmanuel Macron soit réélu (54%). Une partie des électeurs de Marine Le Pen estime à l’inverse le faire pour empêcher une réélection d’Emmanuel Macron (41%), et 6 sur 10 parce qu’ils souhaitent que Marine Le Pen devienne Présidente de la République (59%).

 

Téléchargez le rapport

Share

  • Challenges
  • élection présidentielle
  • le pen
  • Macron
  • politique
  • présidentielle 2022
  • second tour
  • Toluna