Baromètre d’intentions de vote pour l’élection présidentielle de 2022 – Vague 18

Enquête Harris Interactive pour Challenges

Enquête réalisée en ligne du 15  au 18 octobre 2021. Échantillon de 2544 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 2006 personnes inscrites sur les listes électorales. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, région et comportement électoral antérieur de l’interviewé(e).

 

Paris, le 20 octobre,

 

Télécharger le rapport

 

Que retenir de cette nouvelle vague d’enquête ?

  • Cette semaine, Emmanuel Macron arrive toujours en tête des intentions de vote (23-25%, en léger recul) devant Eric Zemmour (17-18%, stable) et Marine Le Pen (16%, en légère progression).

 

  • Les intentions de vote en faveur des 3 principaux candidats à la primaire de la droite évoluent peu cette semaine : Xavier Bertrand recueillerait 14% d’intentions de vote (stable), Valérie Pécresse 10% (-1) et Michel Barnier 8% (+1).

 

  • A gauche, cette vague confirme la dynamique observée depuis la primaire des écologistes, avec une séquence positive pour Yannick Jadot (8% à 9% selon les configurations, +1) et Arnaud Montebourg (3%, +1), tandis qu’une dynamique négative s’est installée pour Jean-Luc Mélenchon (10%, -1) et Anne Hidalgo (4% et 5% d’intentions de vote, –4 points depuis début septembre).

 

  • Comme les semaines précédentes nous avons testé plusieurs hypothèses de second tour. Dans chacune des configurations testées, le Président de la République confirme son avance acquise au 2nd tour et l’emporterait dans chacune des configurations.

Dans le cas d’un duel entre le Président de la République et Eric Zemmour, Emmanuel Macron l’emporterait avec 57% des voix contre 43% pour le chroniqueur, un écart stable par rapport à celui mesuré la semaine dernière.

Dans le cas d’un duel similaire au second tour de 2017, Emmanuel Macron l’emporterait avec 54% contre 46% pour Marine Le Pen.

Si Xavier Bertrand se qualifiait pour le second tour, le président des Hauts-de-France s’inclinerait également face à Emmanuel Macon (53% contre 47%), tandis que Valérie Pécresse serait également battue (57% contre 43%)

Enfin Jean-Luc Mélenchon, s’il se qualifiait pour le 2nd tour, s’inclinerait lui aussi face à Emmanuel Macron (62% contre 38%).

 

  • Cette enquête testait par ailleurs l’adhésion des Français à la proposition de revaloriser le SMIC de manière conséquente pour le porter à 1800€ bruts par mois. Cette mesure, principalement portée par les candidats de gauche à l’élection présidentielle, est perçue très favorablement par l’ensemble de la population. Près de 8 Français sur 10 se déclarent favorables, et 4 Français sur 10 se disent même très favorablesSi les sympathisants de gauche se déclarent quasi unanimement favorables à cette mesure, notons qu’elle remporte une adhésion majoritaire auprès de l’ensemble des familles politiques : 64% des sympathisants LREM/MoDem, 60% des sympathisants LR et 81% des sympathisants RN se déclarent favorables à cette mesure. Néanmoins et paradoxalement, l’applicabilité de cette mesure ne fait pas consensus pour les Français : 55% estiment qu’il est possible d’augmenter le SMIC à 1800€ brut, tandis que 45% estiment que ce n’est pas possible. Et sur cet aspect, les sympathisants LREM/MoDem et LR estiment majoritairement que cette mesure n’est pas applicable.

 

  • Cette enquête explorait également la réaction des Français à la notion de « grand remplacement » (défini comme un phénomène présenté par certaines personnes comme étant le risque que « les populations européennes, blanches et chrétiennes soient menacées d’extinction suite à l’immigration musulmane, provenant du Maghreb et d’Afrique noire »). Précisions que cette enquête n’avait pas pour but de déterminer la réalité de ce phénomène mais la réaction des Français à cet intitulé, utilisé dans le débat public actuellement. Plus de 6 Français sur 10 estiment que ce phénomène va se produire, dont plus d’un quart estimant que ce phénomène va « certainement » se produire. Sujet de discorde même auprès de la majorité présidentielle, les sympathisants LREM/MoDem se montrent partagés : une moitié estime que ce phénomène va se produire, une moitié que cela ne se produira pas. A droite, ce sujet est majoritairement perçu comme un risque : 77% des sympathisants LR et plus de 9 sympathisants RN sur 10 estiment que cela va se produire (et cela de façon certaine pour 6 sympathisants RN sur 10). Deux tiers des Français déclarent que ce phénomène les inquiète fortement à l’idée que cela pourrait se produire, dont près de 4 Français sur 10 que cela les inquiète beaucoup. Une perception de ce phénomène qui touche particulièrement les sympathisants LR (83% inquiets dont 54% de fortement inquiets) et surtout RN (93% d’inquiets dont 78% de fortement inquiets).

 

Télécharger le rapport

 

Share

  • Challenges
  • intention de vote
  • politique
  • président
  • présidentielle 2022