Baromètre de la crise : l’optimisme gagne du terrain

Baromètre de la crise
Vague 3 – 9/16 Septembre 2009

Un baromètre exclusif de l’institut Harris Interactive, en partenariat avec RTL Net.

La crise est grave, mais le plus dur serait-il passé ?

 

Les Français sont aujourd’hui significativement plus optimistes qu’avant l’été face à la crise :

  • Même si les Français sont de plus en plus nombreux à se sentir personnellement touchés par la crise économique (54%)
  • Pour la première fois, les pessimistes sont devenus minoritaires : seuls 4 Français sur 10 pensent que la situation va encore empirer (alors qu’ils étaient 6 sur 10 à le croire en mai dernier et 7 sur 10 en Avril). A l’inverse, 58% des français pensent que la situation ne se dégrade plus, voire s’améliore
  • 9% pensent ainsi aujourd’hui que la situation a déjà commencé à s’améliorer et 52% que la situation commencera à s’améliorer entre la fin 2009 et la fin 2010
  • L’échéance de sortie effective de la crise leur semble cependant encore lointaine : 8 Français sur 10 situent toujours la fin de la crise après 2010 ; 6 sur 10 après 2011

 

La confiance dans les dirigeants se renforce mais un jugement encore sévère sur l’action du gouvernement

Les Français déclarent toujours faire confiance avant tout à un dirigeant international pour régler la crise en France : Barack Obama.
En parallèle, ils jugent encore sévèrement l’action du gouvernement français sur ce sujet (note de 4,1 / 10) même si la confiance dans le président Nicolas Sarkozy et le premier ministre François Fillon est renforcée: 61% pensent aujourd’hui que Nicolas Sarkozy peut contribuer à l’amélioration de la situation économique en France (contre 55% en mai) et 53% pensent que François Fillon peut y contribuer (contre 48% en mai).

 

Des Français qui restent très attentifs à leur consommation

Dans ce contexte de crise, les Français se déclarent toujours très attentifs à leur consommation, et donc aux prix et promotions associés aux produits et services consommés : 77% se déclarent plus attirés qu’avant par les promotions sur les produits de consommation courante et 70% par les promotions sur les dépenses importantes

 

En savoir plus :

Share