BAROMÈTRE DE CONFIANCE POLITIQUE LCI – EPOKA – NOVEMBRE 2020

ENQUÊTE HARRIS INTERACTIVE ET AGENCE EPOKA POUR LCI

Un exécutif tirant profit, d’un point de vue d’opinion, de la fin de la deuxième vague

Enquête réalisée par Harris Interactive en ligne du 24 au 26 novembre 2020. Échantillon de 970 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

Tous les mois, Harris Interactive / Epoka réalisent en partenariat avec LCI un baromètre de confiance politique.

 

Téléchargez le rapport

 

Analyse de Jean-Daniel Lévy 

 

Si la crise « profitait » à l’exécutif ? D’un point de vue d’opinion, la question peut se poser. En effet, la confiance en Emmanuel Macron progresse de trois points (49%) et celle en Jean Castex est stable (43%). Souvenons-nous que le premier ministre voyait le regard à son égard se dégrader depuis 3 mois, tandis que depuis avril dernier, la confiance dans le Président a cru de 6 points.

Cette progression d’Emmanuel Macron profite également à l’ensemble des ministres. Alors que certaines dissensions sont apparues au sein du gouvernement, alors que l’on a pu entendre des tensions entre, notamment, le ministre de l’économie et le ministre de la santé, des arbitrages perdus par la ministre de la culture ou encore des approches différentes de l’article 24 de la loi de « sécurité globale », chacun des ministres progresse. Pour la première fois, Roselyne Bachelot est la ministre générant le plus de confiance (51%, +5). Il faut remonter loin dans les annales pour trouver une personnalité occupant ces responsabilités se trouver à ce niveau et, surtout, en première position. Bruno Le Maire progresse de 5 points également (46%), Olivier Véran de 4 points (43%), Gérald Darmanin de 1 point (39%). Le ministre de l’Intérieur bénéficie (avant « l’évacuation » de la place de la République et le « passage à tabac » du producteur Michel Zecler) de la confiance de 74% des proches de LREM, de 54% de ceux de LR. Contrairement à ce qui peut être dit, il dispose d’un regard plus positif de la part des PCS+ que des catégories populaires (respectivement 42% et 35%) et ne parvient pas à obtenir un jugement positif chez les sympathisants du RN (18%).

Même Jean-Michel Banquer (40% stable) ne semble pas pâtir de la polémique relative aux liens entre le syndicat « Avenir lycéen » et le ministère.

En cette période de crises on pourrait s’attendre à un mouvement de balancier entre majorité et oppositions. Mais quasiment toutes les personnalités testées voient la confiance à leur égard croître. Par ailleurs le registre de la confiance penche plutôt à Droite qu’à Gauche.

L’entrée en campagne de Jean-Luc Mélenchon n’est pas passé inaperçue. Avec 22% de Français lui accordant leur confiance, il progresse de 4 points. Le « leader insoumis » recueille des avis positifs de la part de 76% des proches de « son » mouvement. Il dispose de la confiance de 31% des sympathisants socialistes et de 33% de ceux EELV.

De son côté Arnaud Montebourg – qui revient dans « l’arène politique » – dispose d’un socle de confiance et plus élevé (28%) et réparti de façon plus éparse : loin d’être leader chez les socialistes (47%, en 10ème position), il bénéficie de la confiance de 44% des sympathisants LFI, mais également de 22% des proches LR et de ceux du RN.

Il est frappant de remarquer qu’aucune de ces deux personnalités, alors même qu’il s’agit d’un de leur objectif, ne suscite de regard particulièrement positif de la part des personnes sans préférence partisane ou encore des abstentionnistes de la dernière présidentielle. Mais on sait que ce travail est de longue haleine.

 

Téléchargez également la question du mois : Les effets attendus de la loi Sécurité Globale

 

Téléchargez le rapport

 

 

 

Share

  • Baromètre de confiance politique
  • Epoka
  • exécutif
  • gouvernement
  • Jean Castex
  • LCI
  • politique
  • Premier ministre
  • président