Baromètre de confiance politique LCI – Epoka – Avril 2020

ENQUÊTE HARRIS INTERACTIVE x EPOKA POUR LCI

Essoufflement de l’exécutif en fin de confinement

 

Enquête réalisée en ligne du 28 au 30 avril 2020. Échantillon de 947 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région d’habitation de l’interviewé(e).

 

Tous les mois, Harris Interactive / Epoka réalisent en partenariat avec LCI un baromètre de confiance politique.

 

Télécharger le rapport

 

Analyse de Jean-Daniel Lévy

 

En cette période de fin de confinement, le couple exécutif voir la confiance à son égard baisser mais pas s’effondrer. Baisser car la confiance en Emmanuel Macron se réduit de 8 points (43%) et celle en Edouard Philippe de 2 (46%). L’un comme l’autre restent à des niveaux supérieurs à ceux mesurés avant le début de la crise.

Il est notable de voire que la confiance dans le Premier ministre est plus importante que celle dans le Président. Le « fusible », rôle généralement attribué aux Premiers ministres de la Vème République, ne semble pas qualifier en cette période de crise Edouard Philippe. Alors même que nous avons réalisé nos interviews après son intervention devant l’Assemblée Nationale, tout se passe comme si les regards étaient tournés vers le Président et que ce dernier subissait le plus les critiques des Français. Tant et si bien que, de façon logique, les proches des Républicains se montrent plus en confiance avec le Premier Ministre qu’avec le Président, mais également les personnes âgées de 50 ans et plus, ainsi que les femmes.

Le même schéma touche les ministres : une baisse relative ce mois-ci. Niveau identique ou supérieur à celui précédent la crise. Olivier Véran, on ne peut plus exposé, reste le deuxième ministre en qui la confiance est la plus élevée. Et, alors même que les débats relatifs aux masques, aux tests, aux méthodes alternatives envahissent l’espace public, le ministre en charge notamment de la santé bénéficie de la confiance de 44% des Français et ne voit ce regard positif baisser que de 4 points ce mois-ci. Le ministre peut se targuer d’arriver deuxième aussi bien chez les proches de La République en Marche que chez les sympathisants PS et Républicains.

Derrière la crise sanitaire couve la crise économique et sociale. Les deux ministres les plus exposés voient leur confiance s’éroder mais rester à un niveau supérieur à la période pré-confinement. Seuls les ministres de l’éducation nationale et des transports voient la confiance à leur égard baisser plus nettement ce mois-ci (-6). Il s’agit des acteurs de deux secteurs suscitant le plus de crispation chez nos compatriotes : le retour à l’école d’un côté, l’utilisation des transports en commun de l’autre.

Du côté des autres personnalités c’est l’ancienne ministre, Agnès Buzyn, qui pâtit le plus de la situation. Avec retard, elle perd 7 points de confiance (20%). Elle semble cumuler les critiques de non-décision suffisante en amont et absence de responsabilité par la suite. « L’affaire des masques » semble cristalliser les regards des Français. Et l’ancienne responsable de la santé en être jugée politiquement responsable.

Il n’existe donc ni de critique démesurée à l’égard de l’exécutif. Aussi surprenant que cela puisse apparaitre aux yeux de certains, le Président comme le Premier ministre ne sont pas jugés qu’au regard de leur activité ce mois. Ni d’affirmation qu’un autre responsable politique pourrait « être plus efficace ». Et, à tout le moins, bénéficier d’une confiance supérieure à celle accordée au Président.

Après le confinement viendra le temps des critiques. Critiques acerbes qui ne manqueront pas d’être présentes dans l’espace public. Et là, le véritable « An II » du gouvernement prendra forme.

 

Télécharger le rapport

 

 

Share

  • Agence Epoka
  • Baromètre de confiance politique
  • LCI