Baromètre de confiance politique – Juillet 2023

Enquête Toluna Harris Interactive pour LCI

Enquête réalisée par Toluna Harris Interactive en ligne du 25 au 27 juillet 2023. Échantillon de 1 043 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

Paris, le 28 juillet,

 

Tous les mois, Toluna – Harris Interactive réalise en partenariat avec LCI un baromètre de confiance politique.

Téléchargez le rapport complet

Téléchargez la note d’analyse de Jean-Daniel Lévy

 

Remontée de l’exécutif indépendamment du remaniement

 

Plusieurs formes de remaniement existent. Plusieurs sens politiques peuvent y être associés. Et, logiquement, les réactions des Français sont intimement liées à l’intensité du remaniement et de son accompagnement politique.

En l’espèce, tout se passe comme… s’il ne s’était rien passé. S’il fallait un exemple illustratif du décalage entre nombre de commentaires médiatiques et perception par les Français, observons les expressions spontanées des Français.

Ni les personnes exprimant leur confiance en Emmanuel Macron, ni même celles défiantes ne mentionnent le remaniement dans leur explication du jugement porté à l’égard du chef de l’État. Nous observons la même non-évocation de ce moment politique lorsque nos compatriotes sont invités à se prononcer sur Elisabeth Borne. L’analyse de la situation doit donc s’inscrire dans un continuum d’actualité dont la modification de l’équipe gouvernementale est absente.

 

Après s’être exprimé ce début de semaine lors d’une allocution télévisée, Emmanuel Macron voit son niveau de confiance gagner 2 points ce mois-ci (42%). Depuis la promulgation de la réforme des retraites le Président voit la confiance à son égard progresser de 3 points et la baisse mesurée depuis son élection apparait quelque peu jugulée. Avec 87% des proches de la majorité présidentielle (toutes formations confondues) et 56% des sympathisants LR lui accordant leur confiance, l’objectif stratégique semble atteint.

Elisabeth Borne, quant à elle, enregistre la confiance de 36% des Français, soit 1 point de plus que le mois dernier. Elle aussi bénéficie du soutien de franges de population ressemblant à celles en soutien à l’égard du Président (ce qui est logique).

Si, comme c’est souvent le cas pour les Premiers Ministres, la principale critique n’est pas directement liée à ce qu’ils sont (en l’espère, les contempteurs d’Elisabeth Borne parlent avant tout d’Emmanuel Macron) on remarque que l’appréciation portée à l’égard de la Première Ministre repose sur ce qu’elle est personnellement. Évidemment au fait qu’il s’agit d’une femme, mais également à son caractère : travailleuse, ferme, droite, prend des décisions, a du caractère, est sérieuse… ce qui montre une meilleure caractérisation d’Elisabeth Borne au regard de ce qu’elle est et non de ce qu’elle représente.

 

Presque indépendamment du remaniement, bon nombre de ministres enregistrent une baisse de leur niveau de confiance en juillet. Seuls Bruno Le Maire (38%, +1) et Gabriel Attal (36%, +2), fraichement nommé ministre de l’Education nationale et de la jeunesse, voient leur confiance progresser. Confronté à une fronde de la police, Gérald Darmanin ne semble pas subir les effets de cette crise : le ministre de l’Intérieur ne concède qu’un point de confiance et conserve sa place parmi les ministres jouissant des niveaux de confiance les plus élevés (34%). Relevons toutefois que son niveau de confiance progresse chez les 65 ans et plus (49%, +8) mais baisse chez les catégories populaires (27%, -8). Surtout, politiquement, est stable chez les sympathisants d’Ensemble ! (75%) et progresse de 2 points chez deux de LR (55%).

 

Comme les mois précédents, Edouard Philippe reste la personnalité enregistrant le plus de confiance de la part des Français malgré une diminution importante (39%, -4). Cette baisse de confiance est à analyser au regard de la hausse forte relevée le mois dernier et replace l’ex-Premier Ministre à un niveau globalement mesuré depuis décembre dernier. Dans le détail, il bénéficie toujours de la confiance de la grande majorité des sympathisants Ensemble ! (81%, -2).

 

Stable le mois dernier, Marine Le Pen se classe toujours en deuxième position parmi les personnalités politiques envers lesquelles les Français ont le plus confiance (35%, +2), resserrant mois après mois l’écart avec Edouard Philippe. Elle continue logiquement d’être la personnalité recueillant le plus de confiance auprès de sa famille politique (91%, +7). Jordan Bardella (29%, -1) est devancé ce mois-ci par Jean Castex (30%, +1). Mais nous sommes à ce niveau, dans la marge d’erreur statistique. Cela n’enlève rien au fait que nous pouvons identifier dans le « Top 10 » des personnalités hors gouvernement : deux anciens Présidents de la République, deux anciens Premiers ministres, trois représentants de l’extrême-droite ainsi que deux responsables politiques que sont Fabien Roussel et Xavier Bertrand.

 

A droite, aucune évolution notable n’est à relever, si ce n’est la perte de 3 points de confiance par Xavier Bertrand (25%). Si le Président de la région Hauts-de-France apparait comme la personnalité de droite jouissant du meilleur niveau de confiance auprès de l’ensemble des Français, il est légèrement devancé par Nicolas Sarkozy (62% vs 64%) auprès des sympathisants de sa famille politique.

 

A gauche, comme le mois dernier, on observe une baisse de confiance auprès de plusieurs personnalités politiques. Jean-Luc Mélenchon perd 2 points auprès des Français (19%) et même 4 auprès de ses sympathisants (68%). Alors qu’il avait connu une progression ces derniers mois, François Ruffin voit son ascension s’amenuiser (22%, -3) et chute auprès des sympathisants LFI (32%, -13). Moins en avant que d’autres personnalités de gauche, Bernard Cazeneuve poursuit sa discrète progression (27%, +1), faisant de lui la personnalité de gauche bénéficiant du plus haut niveau de confiance auprès des Français et la cinquième sur l’ensemble des personnalités testées.

 

Le remaniement a-t-il rebattu les cartes politiques ? Visiblement non. Les émeutes en banlieue ? Pas plus. Tout au plus ces évènements semblent avoir confirmé les opinions pré-existantes. Nous ne sommes visiblement pas confrontés à des prises de conscience, à des modifications profondes d’opinion. Tout semble se dérouler selon un continuum où les logiques de ces derniers mois semblent se poursuivre. La réforme des retraites n’est plus au centre des échanges, les conséquences du décès du jeune Nahel confortent chacun dans ses positions. Il nous faudra voir au cours des prochains mois si cette forme d’imperméabilité de l’opinion à l’égard de l’actualité du monde politique persiste ou non.

 

Téléchargez aussi notre question du mois : Les Français et la sécurité

Share

  • confiance politique
  • gouvernement
  • mesure de confiance dans l'executif
  • politique