Baromètre de confiance politique LCI – Epoka – Mars 2020

ENQUÊTE HARRIS INTERACTIVE x EPOKA POUR LCI

Un soutien à l’exécutif en période de crise du coronavirus

 

Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 mars 2020. Échantillon de 917 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région d’habitation de l’interviewé(e).

 

Tous les mois, Harris Interactive / Epoka réalisent en partenariat avec LCI un baromètre de confiance politique.

 

Télécharger le rapport

 

Peut-on parler de communion nationale dans le contexte de la crise du coronavirus ?

Jean-Daniel Lévy : Peut-être pas de communion nationale. Mais certainement de rassemblement net derrière l’exécutif.

Aujourd’hui Emmanuel Macron recueille la confiance de 51% des Français (+13 points) et Edouard Philippe de 48% d’entre eux (+10). Ces évolutions s’inscrivent dans un contexte où les allocutions présidentielles comme les interventions du Premier ministre sont fortement suivies. Suivies et appréciées. La France, pays où la contestation et la critique sont de mise, voit 76% de ses compatriotes se déclarer convaincus[1] par l’intervention du chef de l’Etat de ce début de semaine. Rarement telle évolution avait été relevée. La dernière progression nette d’un chef de l’État avait été mesurée en janvier 2015 après les attentats. Mais elle n’avait été pour le Président François Hollande que de 6 points en un mois.

Si la progression de jugements positifs progresse quelle que soit la catégorie de population interrogée, notons une forme d’uniformisation des jugements générationnels (une confiance évoluant entre 48% et 55% selon l’âge des personnes interrogées) mais pas sociale (59% des catégories supérieures accordent leur confiance au Président contre 48% des catégories populaires) ou encore moins politique (92% de confiance chez les proches de LaREM contre un proche de LR ou du PS sur deux).

Dans ce contexte, un ministre est en « première ligne ». Olivier Véran bénéficie et d’un surcroit de notoriété et de confiance. Le ministre des Solidarités et de la Santé voit la confiance à son égard croitre de 26 points (48%). Il devient le membre du gouvernement en qui les Français ont le plus confiance après Jean-Yves Le Drian. Hormis chez les proches du RN, Olivier Véran est systématiquement dans le « top 3 » des ministres suscitant le plus de confiance des Français de Gauche comme de Droite. Il progresse de 38 points chez les sympathisants LR (59% de confiance), de 29 points à LaREM (86%), de 27 au PS (48%) et même de 20 points tout à gauche de l’échiquier politique (31%) et de 18 à l’extrême-droite (23%).

Dans un environnement de crise économique en devenir, le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, progresse de 10 points (45% de confiance), celui de l’action et des comptes publics (Gérald Darmanin) de 9 points. Et, alors même que Jean-Michel Blanquer avait annoncé qu’il n’était pas question de fermer les écoles et que son propos a été désavoué quelques heures plus tard par le Président de la République, la confiance ressentie à son égard progresse malgré tout (+8, 43% de confiance). On le voit, dans tous les secteurs d’intervention régaliens, les ministres sont plus soutenus que par le passé.

Si l’exécutif bénéficie d’un plus fort soutien d’opinion, c’est un peu le cas pour d’autres responsables politiques sans que les mouvements soient aussi notables. Les hiérarchies ne sont pas « bousculées ». Les regards semblent plus portés vers la direction du pays que vers les autres acteurs.

Alors que l’enquête a été réalisée auprès de Français confinés, alors que les personnes interrogées venaient de vivre des jours éprouvants et emplis de tension, alors que nous venons de connaitre un premier tour électoral sans que le second ne soit fixé avec certitude, tout se passe comme si l’exécutif vivait un moment d’apaisement. Ce type d’attitude de la part des Français est non seulement exceptionnel dans la rapidité de son évolution (nous n’avons pas relevé en si peu de temps de tels mouvements positifs à l’égard du Président comme du Premier ministre) mais également dans son ampleur (Emmanuel Macron n’a pas généré de confiance majoritaire depuis plus de deux ans).

N’oublions pas cependant que la France est la France. Et que, souvent, passés ces moments d’émotions et de rassemblement, le temps de la confrontation revient. Nous avons pu en voir des prémices avec le débat relatif à la tenue du premier tour des élections municipales ; nous devrions en voir lorsque la période de confinement sera appelée à durer, lorsqu’il sera fait état des politiques de prévention, de la rapidité de réaction des autorités…

En effet, aujourd’hui, parler de coronavirus c’est évoquer la peur et l’inquiétude (comme on peut le voir sur l’expression spontanée de 1000 Français interrogés cette semaine). Le Président, aujourd’hui, est vu par ceux lui accordant crédit comme une personnalité ayant « pris de bonnes décisions » et bien géré la crise. Rien ne dit que nous en serons là dans un mois.

 

Télécharger le rapport

 

Share

  • Agence Epoka
  • baromètre confiance politique
  • LCI